Après le décès d’Addie Bundren, son mari et ses cinq enfants entament un long périple à travers le Mississippi pour accompagner la dépouille jusqu’à sa dernière demeure. Anse, le père, et leurs enfants Cash, Darl, Jewel, Dewey Dell et le plus jeune d’entre eux profondément affecté, vit la mort d’Addie à sa façon. Leur voyage jusqu’à Jefferson, la ville natale de la défunte, sera rempli d’épreuves, imposées par la nature ou le destin. Mais pour ce qu’il reste de cette famille, rien ne sera plus dangereux que les tourments et les blessures secrètes que chacun porte au plus profond de lui.

 

♥♥♥♥♥

 

As I Lay Dying afficheLe polyvalent et hyperactif James Franco se révèle de plus en plus étonnant, après avoir présenté voici trois ans son court métrage à la Semaine de la Critique. S’il enchaîne les projets les uns derrière les autres, devant et derrière la caméra, il signe ici son premier long-métrage, sélectionné dans la section parallèle Un Certain Regard du 66e festival de Cannes, qui vient de dévoiler son palmarès. Rayonnant sur la Croisette, la star montante hollywoodienne, accompagnée des comédiens principaux, est venue présentée dans une salle majoritairement féminine, son adaptation originale d’As I Lay Dying, écrite à quatre mains avec Matt Rager, d’après le roman Tandis que j’agonise de William Faulkner. La plus grande force de l’œuvre de James Franco réside essentiellement dans sa mise en scène stylisée, qui démontre sa capacité à avoir su se réapproprier l’univers de l’auteur pour retranscrire à l’écran toute la complexité d’un chef d’œuvre de la littérature américaine, paru en 1930 et rédigé en six semaines. Ainsi au travers de split screen s’ouvrant aux multiples perspectives, de monologues face caméra tirés du texte de Faulkner, et d’une bande son fiévreuse, il nous fait suivre le parcours épique d’une famille de fermiers en plein cœur du Mississippi qui, après le décès de la matriarche (Beth Grant), décide de transporter sa dépouille pour l’enterrer dignement.

 

 As I Lay Dying de James Franco

 

Si l’on éprouve quelques difficultés à entrer dans l’histoire au cours du premier acte, en partie à cause de ces techniques de mise en scène et à l’installation des personnages avec leurs accents traînants à couper au couteau, on finit cependant par être happé par le périple éprouvant de cette famille chargée de secrets dès leur traversée dans une rivière en crue. James Franco, qui se donne également un rôle et pas le plus sympathique, adopte un ton anxiogène et contemplatif dans son traitement narratif au propos très religieux qui explore, au travers des pensées des personnages via leur voix intérieures, les réalités et les conditions pénibles et difficiles de cette époque comme l’avortement. Tous prennent corps devant la caméra de ce jeune cinéaste en herbe, mais on retient particulièrement la prestation sans doute la plus authentique de Tim Blake Nelson dans le rôle du patriarche, qui accomplit ici une véritable prouesse dans son élocution avec sa bouche complètement édentée. Si As I Lay Dying est une première œuvre certes imparfaite, elle affiche néanmoins de manière très satisfaisante l’ambition, le potentiel de créativité et les capacités artistiques indéniables de James Franco.

 

 

 

AS I LAY DYING de James Franco en salles le 9 octobre 2013 avec James Franco, Tim Blake Nelson, Danny McBride, Logan Marshall-Green, Ahna O’Reilly, Jim Parrack, Beth Grant, Brady Permenter. Scénario : James Franco et Matt Rager d’après l’oeuvre de William Falkner. Producteurs : Lee Caplin, Matt O’Toole, Rob Van Norden, Caroline Aragon, Miles Levy, Vince Jolivette. Photographie : Christina Voros. Montage : Ian Olds. Décors : Kristen Adams. Costumes : Caroline Eselin-Schaefer. Distribution : Metropolitan FilmExport. Durée : 1h50.

.

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts