Synopsis : Bob et Ruth s’aiment, envers et contre tout. Et surtout contre la loi. Un jour, un braquage tourne mal et les deux amants sont pris dans une fusillade. Quand Bob est emmené par la police, Ruth a tout juste le temps de lui annoncer qu’elle est enceinte. Dès lors, Bob n’aura qu’une obsession : s’échapper de prison pour rejoindre sa femme et son enfant. Mais quand il y parvient, quatre ans plus tard, le rêve correspond mal à la réalité. En fuite, poursuivi par la police et par les membres d’un gang, Bob peine à rétablir le lien avec sa famille. Ruth est devenue mère et elle ne veut pas d’une vie de cavale : courtisée par un policier attentionné, la jeune femme devra choisir entre le passé et l’avenir.

 

♥♥♥♥

 

Les Amants du Texas afficheSans être un coup de maître, le second long métrage de David Lowery après St. Nick en 2009, s’avère une belle petite réussite du cinéma américain indépendant, présentée à Sundance, Cannes et Deauville. A l’image de La balade sauvage de Terrence Malick (1975) ou de Bonnie and Clyde d’Arthur Penn (1967), Les Amants du Texas dépeint l’amour fou d’un couple de hors-la-loi uni dans le meurtre à la suite d’un braquage ayant mal tourné. Bob (Casey Affleck) doit finir ses jours en prison pendant que Ruth (Rooney Mara) l’attend en élevant seule leur petite fille. Un troisième personnage vient perturber les événements en offrant un avenir possible à Ruth, loin de la cavale à venir lorsqu’elle renoue avec son amant. Il s’agit du jeune shérif Patrick Wheeler (Ben Foster), blessé lors de l’arrestation de Bob et depuis fasciné par elle. Porté par une mise en scène et une photographie très soignées, avec un rythme lent débordant de mélancolie, Les Amants du Texas renvoie à l’imagerie visuelle de Terrence Malick. David Lowery surprend par sa maîtrise de l’espace et des enjeux dramatiques. Force est de constater que la rigueur de sa réalisation n’a d’égal que celle de sa direction d’acteur.

.

Les Amants du Texas Rooney Mara Casey Affleck

.

A commencer par Casey Affleck. Le choix est particulièrement judicieux car l’acteur a bien évolué depuis ses interprétations dans L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford d’Andrew Dominik, Gone Baby Gone de son frère Ben ou encore THE KILLER INSIDE ME de Michael Winterbottom (notre critique). Son rôle mélange ici avec brio nervosité et fragilité qui colle parfaitement à son personnage de braqueur romantique et rêveur, un être jusqu’au-boutiste qui ne vit que pour l’amour de celle qui partage sa vie et qui lui a donné un enfant. De son côté Rooney Mara – vue dernièrement dans MILLENIUM de David Fincher (notre critique) et EFFETS SECONDAIRES de Steven Soderbergh (notre critique) – s’impose étonnamment en amoureuse à la fois fragile et forte partagée entre la passion et la raison. Le travail sur les décors est aussi d’importance ici puisqu’ils parviennent à dépeindre toutes les variations et l’atmosphère de ce drame entre les extérieurs éclatants de lumière et les intérieurs tout en clair-obscur.

.

Les Amants du Texas Casey Affleck Rooney Mara

.

David Lowery offre ainsi un cinéma indépendant américain doté d’une ambition pleine de modestie, dont ferait bien de s’inspirer certains cinéastes français pour leur première réalisation. Il explore son sujet avec une profonde retenue et une grande délicatesse tout en évitant de brosser des portraits trop manichéens, à l’instar du shérif incarné par Ben Foster, personnage complexe qui semble perdu entre sa compassion pour Ruth et sa volonté de remettre son amant sous les verrous. Les Amants du Texas est à l’image d’une tragédie grecque. Le spectateur saisit rapidement que les retrouvailles de Bob et Ruth deviennent aussi fatales que leur destin les ayant séparés dans le sang. Un dénouement poignant qui laisse un goût amer et durable.

.

Thierry Carteret

 

 

LES AMANTS DU TEXAS (Ain’t Them Bodies Saints) écrit et réalisé par David Lowery, disponible en DVD le 12 février 2014 et en VOD depuis le 18 janvier 2014, avec Casey Affleck, Rooney Mara, Ben Foster et Keith Carradine. Production : Jay Van Hoy, Lars Knudsen, James M. Johnston, Toby Halbrooks, Cassian Elwes, Amy Kaufman. Photographie : Bradford Young. Montage : Robert Grigsby Wilson. Décors : Adam Willis. Compositeur : Daniel Hart. Editeur DVD : Diaphana Edition Vidéo. Bonus : Entretien écrit avec le réalisateur David Lowery + Bande annonce. Durée : 1h34.

. 

Commentaires

A la Une

Louise Fletcher s’est éteinte à l’âge de 88 ans

Louise Fletcher, l’interprète de la redoutable infirmière Mildred Ratched dans Vol au-dessus d’un nid de coucou, est décédée ce vendredi 23… Lire la suite >>

Vince Gilligan retrouve Rhea Seehorn dans une nouvelle série pour Apple

Alors que Better Call Saul, série dérivée de Breaking Bad, s’est conclue au terme de sa sixième saison en août… Lire la suite >>

Blitz : Saoirse Ronan en tête d’affiche pour le film de guerre de Steve McQueen chez Apple

Pour son cinquième long-métrage, le réalisateur britannique Steve McQueen réalisera un film de guerre à destination d’AppleTV + avec Saoirse… Lire la suite >>

Bardo : Alejandro González Iñárritu dévoile la bande-annonce de son nouveau film

Sept ans après The Revenant, le réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu livre des images de son prochain film, Bardo, disponible… Lire la suite >>

David Cronenberg donne des nouvelles de son prochain film et produira pour HBO une série adaptée de Scanners

Depuis son retour au cinéma après huit ans d’absence, David Cronenberg est au taquet. Il prépare son nouveau long-métrage en… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 KOMPROMAT 136 417 2 341 864
2 CHRONIQUE D'UNE LIAISON PASSAGERE 119 790 1 119 790
3 REVOIR PARIS 114 784 2 257 625
4 LE VISITEUR DU FUTUR 83 842 2 231 030
5 TOP GUN : MAVERICK 59 367 17 6 554 634
6 CITOYEN D'HONNEUR 57 538 1 57 538
7 COUP DE THEATRE 56 893 1 56 893
8 BULLET TRAIN 55 892 7 1 468 204
9 EVERYTHING EVERYWHERE ALL AT ONCE 55 329 3 263 548
10 LA DEGUSTATION 51 821 3 229 074

Source: CBO Box office

Nos Podcasts