Synopsis : Les dernières années de l’existence du peintre britannique, J.M.W Turner (1775-1851). Artiste reconnu, membre apprécié quoique dissipé de la Royal Academy of Arts, il vit entouré de son père qui est aussi son assistant, et de sa dévouée gouvernante. Il fréquente l’aristocratie, visite les bordels et nourrit son inspiration par ses nombreux voyages. La renommée dont il jouit ne lui épargne pas toutefois les éventuelles railleries du public ou les sarcasmes de l’establishment. A la mort de son père, profondément affecté, Turner s’isole. Sa vie change cependant quand il rencontre Mrs Booth, propriétaire d’une pension de famille en bord de mer.

♥♥♥♥♥

 

Mr Turner - affiche

Mr Turner – affiche

Après avoir remporté la Palme d’Or pour Secrets et Mensonges (1996), le prix de la Mise en Scène pour Naked (1993) et présenté Another Year en 2010, le cinéaste et dramaturge britannique Mike Leigh est revenu en compétition officielle au dernier festival de Cannes. Mr Turner trace le portrait du prodigieux paysagiste J.M.W Turner (Joseph Mallord William Turner) durant ses 25 dernières années, de son apogée jusqu’à sa mort à l’âge de 76 ans. Il livre une mise en scène à la texture visuelle virtuose qui intensifie et restitue tout le Londres de l’époque victorienne – de la fin du 18e au début du 19siècle. Si la narration est souvent statique et bavarde, Mike Leigh sublime son biopic en proposant d’un côté un véritable sens du cadrage, et de l’autre une intelligente mise en abyme de l’univers pictural via la personnalité de ce peintre, aquarelliste et graveur britannique, apprécié par certains et raillé par d’autres. Toutes les situations deviennent dès lors propices pour le cinéaste de filmer son personnage, et ceux qui gravitent autour de lui, comme des peintures vivantes. Timothy Spall, reparti naturellement avec le prix d’interprétation masculine, est alors capturé dans la brume des paysages, le reflet d’un miroir ou encore dans un simple tableau. Car l’oeuvre puise vraiment sa force dans la performance de cet acteur britannique – vu dans Harry Potter et Sweeney Todd. Habité par son rôle à la fois monolithe, rugueux et taciturne, il parvient à dessiner l’évolution personnelle, le poids et l’affect de cet artiste bourru, qui fréquente l’aristocratie, les bordels et grogne plus qu’il ne parle.

 

Mr Turner de Mike Leigh / Prokino Filmverleih

Mr Turner de Mike Leigh – © Prokino Filmverleih

 

Alors que l’univers s’assombrit après la mort de son père/assistant (Paul Jesson) avec lequel il était très proche, le plongeant progressivement dans l’isolement, Mike Leigh parsème son récit de tout cet humour anglais pétillant et tout en retenue, qui lui confère une sensibilité vibrante. Le cinéaste offre de surcroît une galerie de portraits superbement caractérisés, précisément sur deux personnages féminins. Si Marion Bailey est pleine de vivacité dans le rôle de celle qui devient sa compagne, on tient particulièrement à saluer la performance de Dorothy Atkinson, formidable dans celui de sa servante atteinte d’une forme de psoriasis aigüe. Totalement dévouée et introvertie, elle s’impose remarquablement à l’écran avec son regard expressif, sa posture recroquevillée et les problèmes de peau que son personnage développent au fur et à mesure que sa relation d’amante secrète se délite avec l’artiste. Mike Leigh nous plonge dans l’existence de ce peintre, sans doute peu connu du grand public, au milieu de ses magnifiques toiles, de la photographie naissante (la camera obscura), de ses relations avec les autres membres de la Royal Academy of Arts et de son regard observateur sur le monde. Mr Turner se dévoile comme une oeuvre picturale, emportée par une musique perçante et sombre au son des violons, composée par Gary Yershon en charge aussi des décors, qui fait résonner sans cesse une note profondément mélancolique…

 

 

  • MR TURNER écrit et réalisé par Mike Leigh en salles le 3 Décembre 2014.
  • Avec : Timothy Spall, Dorothy Atkinson, Marion Bailey, Paul Jesson, Lesley Manville, Martin Savage, Ruth Sheen…
  • Production : Georgina Lowe
  • Photographie : Dick Pope.
  • Décors : Suzie Davies, Charlotte Watts
  • Costumes : Jacqueline Durran
  • Musique : Gary Yershon
  • Montage : Jon Gregory
  • Son : Tim Fraser
  • Distribution : Diaphana
  • Durée : 2h29

.

Commentaires

A la Une

Twin Peaks : Kyle MacLachlan propose aux fans de fêter les 30 ans de la série avec lui

Le confinement n’empêchera pas les adeptes de Twin Peaks de se réunir pour fêter les trente ans de sa première… Lire la suite >>

J.K. Rowling lance « Harry Potter at Home », une plateforme pour occuper les enfants

La célèbre autrice britannique propose aux parents un site éducatif centré sur l’univers de Poudlard et ses sorciers, pour apprendre… Lire la suite >>

Le remake de Candyman écrit par Jordan Peele sortira à l’automne 2020

Le retour du terrible Candyman sur grand écran devra attendre septembre prochain.       Il va falloir patienter pour… Lire la suite >>

Call Me By Your Name : le réalisateur confirme la suite avec le casting du premier film au complet

La pépite aux allures de dolce vita oscarisée pour son scénario en 2018, va bien connaître une suite sur grand… Lire la suite >>

Hollywood : premières images de la minisérie Netflix de Ryan Murphy

La nouvelle série progressiste du créateur de Glee et American Horror Story sera consacrée à un groupe de talents dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts