22 Jump Street de Phil Lord et Chris Miller: critique

Publié par Didier Flori le 22 juillet 2014

Synopsis : Les deux policiers Schmidt et Jenko, après être retournés au lycée pour mettre à découvert un nouveau réseau de trafiquants, retournent cette fois-ci à la fac pour démanteler un trafic de drogues.

 

♥♥♥♥

 

22 Jump Street de Phil Lord et Chris Miller - affiche

22 Jump Street de Phil Lord et Chris Miller – affiche

21 Jump Street fut voici deux ans une adaptation plutôt convaincante de la série des années 80, qui avait fait de Johnny Depp une star. Reprenant le concept de policiers infiltrés dans un lycée, le long métrage de Phil Lord et Chris Miller l’actualisait efficacement en lorgnant vers un humour régressif dans la lignée des productions de Judd Apatow. La présence de Jonah Hill (Superbad, C’EST LA FIN), acteur principal mais aussi coscénariste, n’était assurément pas pour rien dans ce relooking. 21 Jump Street livrait son lot de séquences délirantes, allant du trip sous acides à phases multiples à l’arrachage de pénis, avec en bonus un caméo surprise de Johnny Depp, qui en profitait pour faire toujours son autocritique. Après le succès au box office (201M$ de recettes pour un budget de 42M$), une suite était évidemment prévisible. La bonne surprise est que 22 Jump street, loin d’être une simple copie du premier opus, le dépasse assez largement repoussant davantage le décalage. L’argument comique de 21 Jump Street était basé sur une inversion des rôles, Jonah Hill devenant cool tandis que le beau gosse Channing Tatum se retrouvait à traîner avec les geeks. Mais dans l’ensemble l’adaptation suivait une trajectoire assez prévisible. Si l’intrigue de 22 Jump Street est également construite sur un schéma conventionnel, le détournement qu’il opère du buddy movie vers la romance ne s’essouffle jamais, du fait d’une écriture qui parvient à prendre le spectateur au dépourvu, en explorant toujours plus loin un sous-texte homosexuel, dont ni Jenko (Tatum) ni Schmidt (Hill) ne semblent avoir vraiment conscience.

 

Jonah Hill et Channing Tatum – 22 Jump Street / © Sony Pictures

Jonah Hill et Channing Tatum – 22 Jump Street / © Sony Pictures

 

Le nouveau statu quo de la relation entre les deux ‘partners’ est posé dès l’introduction en forme de résumé de l’épisode précédent, comme ce passage inséré parmi les séquences de 21 Jump Street où le duo prépare des homards. Les spectateurs éclairés y reconnaitront la reprise d’une scène de Annie Hall, qui symbolisait la complicité du couple formé par Woody Allen et Diane Keaton. Alors qu’un running gag faisait de Jenko un objet de désir féminin dans le premier opus, ce sont ses affinités avec un joueur de football qui sèment ici la discorde dans le tandem/couple avec Schmidt. De son côté, son coéquipier féminisé, rejoint à plusieurs reprises les étudiantes du campus, où ils sont infiltrés, pour une marche de la honte au petit matin. Idée de mise en scène parfaitement judicieuse, le split screen récurrent permet ici de mentionner à la fois toute la proximité et la séparation des deux héros, notamment lors d’une séquence cartoonesque hilarante de double hallucination sous drogue. Schmidt cherche à sortir de son mauvais trip pour rejoindre le bon trip de Jenko dans l’autre moitié de l’écran.

 

Jonah Hill et Channing Tatum – 22 Jump Street / © Sony Pictures

Jonah Hill et Channing Tatum – 22 Jump Street / © Sony Pictures

 

Si 22 Jump Street prend un malin plaisir à repousser les limites de la bromance déjà explorée dans le premier opus, il s’amuse également de son statut de suite, avec toutes les attentes et obligations qui y sont liées. Assumant sans complexe les similitudes avec son prédécesseur pointées par les personnages, l’œuvre revendique son aspect de copie au budget plus élevé (20M$ de plus) dans un humour méta-référencé. Schmidt et Jenko font face aux spectateurs pour présenter les différents accessoires que les fonds supplémentaires leur ont permis d’acquérir, mais se soucient aussi de l’explosion du budget de leur mission lors d’une poursuite en voiture dont une partie sera dissimulée, faute de moyens. Comédie réussie de bout en bout sans aucun temps mort, 22 Jump Street est tout aussi à l’aise dans l’action, offrant un final spectaculaire digne du Michael Bay de la première heure (Bad Boys, The Rock), avec la dérision franchement assumée et l’inventivité en plus. Channing Tatum y inaugure entre autres des tactiques de combat qui tombent sous le sens, étant donné le cadre du Spring Break où se déroule l’action. Parallèlement, le trouble qui s’installe dans la confrontation entre Jonah Hill et un adversaire inattendu, sera une source de rires garantie. Et pour ceux qui hésiteraient encore à se détendre devant la bombe comique de Phil Lord et Chris Miller, disons juste que la générosité et la sophistication de son générique de fin le fera sans doute rentrer dans les annales…

 

Didier Flori

 

 

  • 22 JUMP STREET réalisé par Phil Lord et Chris Miller en salles le 27 août 2014.
  • Avec : Channing Tatum, Jonah Hill, Peter Stormare, Ice Cube, Amber Stevens, Wyatt Russell, Nick Offerman, Jillian Bell, Jimmy Tatro…
  • Scénario : Rodney Rothman, Michael Bacall, Oren Uziel, Jonah Hill
  • Production : Neal H. Moritz, Jonah Hill, Channing Tatum
  • Photographie : Barry Peterson
  • Montage : David Rennie
  • Décors : Steve Saklad
  • Costumes : Leesa Evans
  • Musique : Mark Mothersbaugh
  • Distribution : Sony Pictures
  • Durée : 1h52

.

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts