Synopsis : Bob Saginowski, barman solitaire, suit d’un regard désabusé le système de blanchiment d’argent basé sur des bars-dépôts – appelés « Drop bars » – qui sévit dans les bas-fonds de Brooklyn. Avec son cousin et employeur Marv, Bob se retrouve au centre d’un braquage qui tourne mal. Il est bientôt mêlé à une enquête qui va réveiller des drames enfouis du passé…

 

♥♥♥♥♥

 

Quand vient la nuit de Michael R. Roskam - affiche

Quand vient la nuit de Michael R. Roskam – affiche

Après son drame choc et bouleversant Bullhead, nommé à l’Oscar du meilleur film étranger en 2011, le réalisateur belge Michael R. Roskam revient avec un second long métrage – mais son premier tourné en langue anglaise – tout aussi immersif et efficace. Quand vient la nuit rejoint les adaptations réussies des romans complexes de Dennis Lehane, après Mystic River de Clint Eastwood (2003), Gone Baby Gone de Ben Affleck (2007) ou encore Shutter Island de Martin Scorsese (2010). Mais si des scénaristes sont habituellement affectés à ses scénarios, l’écrivain américain prend ici les commandes de sa propre nouvelle, Animal Rescue, parue dans la collection Boston Noir. Quand vient la Nuit se rapproche quelque peu d’History of Violence dans sa finalité, via cette thématique de l’individu rattrapé par son passé, et c’est ce qui fait en outre toute sa puissance. Mais Roskam, dont il faut suivre assurément la carrière, excelle ici dans l’élaboration de son atmosphère, excessivement pesante et latente, voire même insupportable. Car il installe, dans un rythme lent, le cadre du récit, plongé cette fois dans les bas-fonds de Brooklyn, dans lequel évoluent ces personnages, tous plus ou moins désabusés et dépendants de cette Mafia. On attend dès lors instamment que se libère et éclate cette tension lourde et comprimée. Cette sensation oppressante est accentuée grâce aux performances de Tom Hardy et de James Gandolfini, décédé en juin 2013, marquant ici son ultime apparition au cinéma.

 

James Gandolfini et Tom Hardy dans Quand vient la nuit de Michael R. Roskam

James Gandolfini et Tom Hardy dans Quand vient la nuit de Michael R. Roskam

 

Le premier incarne un barman solitaire et impassible au service du second, son cousin, ex-propriétaire amer de ce bar exploité par des gangsters tchétchènes pour faire tourner le business de blanchiment d’argent. Tom Hardy est une nouvelle fois à saluer tant il impose cette force calme par son charisme intrinsèque et son regard doux, ayant même quelques similitudes avec celui de DES HOMMES SANS LOI (notre critique), via ce côté dur à cuire réservé, imperturbable et idéaliste, à la démarche pataude. Un homme, dont on ne perçoit rien, n’élevant jamais la voix, et qui accepte les conditions tout en restant volontairement en retrait. A la différence de notre ex-Tony Soprano qui, dans sa volonté de se sortir de ce train de vie, entre son travail et sa femme, porte ici les traits doubles et fatalistes envers ce système qu’il ne supporte plus, tout en pensant le déjouer pour son propre compte. Mais au centre de toutes ces manipulations, le moteur du récit de Dennis Lehane se situe au niveau d’un chiot pitbull. Cet animal blessé, abandonné dans une poubelle par un voyou violent (Matthias Schoenaerts), est recueilli par le personnage de Tom Hardy qui fait la rencontre d’une serveuse (Noomi Rapace), avec laquelle il entame une relation singulière. Progressivement l’étau se resserre mêlant ces deux histoires, entre cet ancien maître qui refait surface, dont il devient la cible, et le cambriolage un soir dans le bar.

 

Tom Hardy et Noomi Rapace dans Quand vient la nuit de Michael R. Roskam

Tom Hardy et Noomi Rapace dans Quand vient la nuit de Michael R. Roskam

 

Si le récit se disperse par moments, avec notamment cette trame secondaire impliquant le détective, Dennis Lehane place consciencieusement tous les éléments pour nous plonger dans de fausses certitudes, esquissant des personnages qui ne sont jamais ce qu’ils semblent être, tout en jouant avec leur réputation. Car l’écrivain-scénariste est finalement moins intéressé par la criminalité que par ceux qui les commettent. Son regard se porte non pas sur ces parrains de la Pègre, mais sur ces individus qui doivent composer avec eux dans les quartiers malfamés de New York, tout en tentant de renouer avec leur identité et existence perdues. Déjà présent dans Bullhead, Roskam saupoudre l’ensemble d’un humour subtile et parfaitement adapté aux situations. Il multiplie également les gros plans visages pour saisir au plus près ces personnages en sursis, tout en apportant un cachet énigmatique à certains autres en les floutant en arrière plan lorsqu’il arrivent ou quittent le champ. Quand vient la Nuit génère ainsi un suspense et une pression soutenus et palpables, alimentés par une bande son inquiétante, jusqu’au rebondissement culminant du dernier acte. Dennis Lehane et Michael R. Roskam forment un duo de scénariste/réalisateur assez efficace, nous livrant un drame criminel brillant et rusé qui mérite toute cette attente, certes un peu longue, mais néanmoins finement exercée.

 

 

 

  • QUAND VIENT LA NUIT (The Drop) de Michael R. Roskam en salles le 12 Novembre 2014.
  • Avec : Tom Hardy, Noomi Rapace, James Gandolfini, Matthias Schoenaerts, John Ortiz, Elizabeth Rodriguez, Michael Aronov, Morgan Spector, Michael Esper…
  • Scénario : Dennis Lehane d’après sa nouvelle Animal Rescue
  • Production : Peter Chernin, Jenno Topping
  • Photographie : Nicolas Karkatsanis
  • Montage : Christopher Tellefsen
  • Décors : Thérèse DePrez
  • Costumes : David C. Robinson
  • Musique : Marco Beltrami
  • Distribution : 20th Century Fox
  • Durée : 1h47

.

Commentaires

A la Une

Sony conclut un accord avec Disney pour diffuser les Spider-Man et ses prochains films sur Disney+

Sony Pictures est l’un des seuls groupes à ne proposer pour le moment aucune plateforme de diffusion en streaming. Pourtant,… Lire la suite >>

Antoine Fuqua à la barre d’une nouvelle adaptation de La chatte sur un toit brûlant

Le réalisateur de Training Day et d’Equalizer va adapter la pièce de Tennessee Williams, La chatte sur un toit brûlant…. Lire la suite >>

Monte Hellman, le prix de l’indépendance

Principalement connu pour son film Macadam à deux voies (1971), le réalisateur Monte Hellman nous a quittés ce mardi 20… Lire la suite >>

Rob Zombie à la réalisation d’une adaptation de la série Les Monstres

Rob Zombie va réaliser un film adapté de la série Les Monstres des années 1960. Cette relecture pourrait être diffusée à la… Lire la suite >>

Love, Death + Robots : une première bande-annonce impressionnante pour la saison 2

La série animée d’anthologie de David Fincher et Tim Miller sera de retour sur Netflix en mai prochain.      … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts