Synopsis : Octobre 1944, Auschwitz-Birkenau. Saul Ausländer est membre du Sonderkommando, ce groupe de prisonniers juifs isolé du reste du camp et forcé d’assister les nazis dans leur plan d’extermination. Il travaille dans l’un des crématoriums quand il découvre le cadavre d’un garçon dans les traits duquel il reconnaît son fils. Alors que le Sonderkommando prépare une révolte, il décide d’accomplir l’impossible : sauver le corps de l’enfant des flammes et lui offrir une véritable sépulture.

 

♥♥♥♥

 

Le Fils de Saul - affiche

Le Fils de Saul – affiche

Laszlo Nemes, ancien assistant de Bela Tarr, se lance aujourd’hui derrière la caméra avec une œuvre fictionnelle fulgurante et audacieuse. Le Fils de Saul de ce réalisateur hongrois de 38 ans se penche ici sur un sujet brûlant et pour le moins casse-gueule puisqu’il s’agit de montrer toute la mécanique de la solution finale à Auschwitz par le prisme d’un prisonnier juif du Sonderkommando. Cette unité spéciale fut forcée par le régime nazi de nettoyer, brûler et faire disparaître tous les cadavres passés dans les chambres à gaz. Ce récit s’inspire des textes rédigés par ces déportés, choisis par les SS. Laszlo Nemes, qui a eu une partie de sa famille déportée en 1944, choisit donc pour ce premier long métrage de représenter la Shoah en nous projetant au cœur de l’horreur extrême. Avec sa coscénariste Clara Royer, il dévoile ainsi trois niveaux d’intrigues qui se juxtaposent en prenant le parti frontal de ne jamais quitter son personnage principal placé au premier plan. Saul Ausländer (impressionnant Géza Röhrig) tente, pendant tout le processus insupportable de nettoyage, parfois flouté mais toujours en arrière plan, de trouver un rabbin pour réciter le Kaddish afin d’enterrer un enfant mort, son fils qu’il pense reconnaître, dans la chambre à gaz. Dans un rythme frénétique, on est alors entraînés à travers ce périple inextricable, avec cette caméra livrant des images léchées à l’esthétique funèbre, qui donne l’illusion d’un temps réel effroyable. Jamais le camp d’Auschwitz n’avait été filmé de cette manière au cinéma, une vision aussi abominable que fascinante. Le Fils de Saul veille ainsi consciencieusement au devoir de mémoire indispensable et ce, malgré un procédé parfois répétitif. En donnant le point de vue subjectif de ce héros de guerre, Laszlo Nemes signe une expérience sensorielle radicale et sans concession, que les coprésidents, Joel et Ethan Coen, et les membres du Jury ont dignement récompensé par le Grand Prix lors de cette 68e édition du Festival de Cannes.

 

 

>> Lire notre interview avec Laszlo Nemes sur Le Fils de Saul <<

 

 

  • LE FILS DE SAUL (Saul Fia) de Laszlo Nemes en salles le 4 novembre 2015.
  • Avec : Géza Röhrig, Molnar Levente, Urs Rechn, Todd Charmont, Sándor Zsótér, Marcin Czarnik, Jerzy Walczak, Uwe Lauer…
  • Scénario : Laszlo Nemes et Clara Royer
  • Production : Gábor Sipos, Gábor Rajna
  • Photographie : Mátyás Erdély
  • Montage : Matthieu Taponier
  • Décors :Rajk László
  • Costumes : Edit Szücs
  • Son : Támás Zányi
  • Musique : László Melis
  • Distribution : Ad Vitam
  • Durée : 1h47

 .

Commentaires

A la Une

House of Gucci : le casting cinq étoiles du prochain Ridley Scott se révèle dans une bande-annonce

Les premières images du nouveau film de Ridley Scott ont enfin été dévoilées, avec une distribution en or, menée par… Lire la suite >>

Ghostbusters Afterlife dévoile sa nouvelle génération de chasseurs dans un nouveau trailer

Après plusieurs reports, le troisième film de la franchise culte des années 1980 se dévoile dans une nouvelle bande-annonce. Prévu… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Adam Driver et Matt Damon s’affrontent jusqu’à la mort

La bande-annonce de la prochaine réalisation de Ridley Scott, Le Dernier Duel, avec Adam Driver et Matt Damon, a enfin… Lire la suite >>

Rifkin’s Festival : Une bande annonce pour le prochain Woody Allen

À 85 ans, le plus européen des réalisateurs américains continue malgré vents et marées à sortir ses films une fois… Lire la suite >>

No Man of God : Elijah Wood face à Ted Bundy dans la bande annonce

Ted Bundy n’en finit plus d’investir le cinéma. No Man of God, le nouveau film basé sur les enregistrements entre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 KAAMELOTT - PREMIER VOLET 1 015 247 1 1 015 247
2 FAST & FURIOUS 9 248 852 2 1 550 441
3 SPACE JAM - NOUVELLE ERE 182 763 1 182 763
4 BLACK WIDOW 129 821 3 1 479 510
5 LES CROODS 2 : UNE NOUVELLE ERE 120 040 3 908 886
6 OLD 105 841 1 105 841
7 DESIGNE COUPABLE 61 155 2 209 601
8 TITANE 57 184 2 145 707
9 AINBO, PRINCESSE D'AMAZONIE 56 993 2 166 315
10 CRUELLA 50 574 5 1 366 861

Source: CBO Box office

Nos Podcasts