Absolutely Anything de Terry Jones: critique

Publié par Yvan Lozac'hmeur le 7 août 2015

Synopsis : Neil Clarke, un enseignant désenchanté, amoureux de sa voisine du dessous qui sait à peine qu’il existe, se voit attribuer par un conseil extraterrestre le pouvoir de faire absolument tout ce qui lui passe par la tête. Neil l’ignore mais la manière dont il va se servir de ce nouveau pouvoir va dicter le destin de l’humanité. Un seul faux pas de sa part et les extraterrestres anéantiront la planète Terre.

 

♥♥♥♥♥

 

 

Absolutely Anything - affiche

Absolutely Anything – affiche

Absolutely Anything signe le grand retour (hélas ponctuel) de la célèbre troupe britannique des Monty Python. Terry Jones, derrière la caméra, réunit l’équipée burlesque au complet, à l’exception de feu Graham Chapman, pour cette comédie fantastique, chose qui n’était pas arrivée depuis 1983 avec Le Sens de la Vie. Les humoristes sont en effet les doubleurs animés du groupe d’extraterrestres venu juger si l’Humanité est digne d’intégrer le cercle des espèces supérieures, ou le cas échéant la réduire à néant. Absolutely Anything profite de cette mise à l’épreuve de l’Humanité via le don de pouvoir absolu de Neil (Simon Pegg) pour libérer l’humour potache des Monty Python. Cet enseignant désenchanté ignore qu’il est mis à l’épreuve, il ne cherche donc pas à faire bonne figure et les situations déclenchées par la découverte de ses pouvoirs, son quotidien professionnel et ses déboires amoureux plus que laborieux, sont autant de terrains fertiles où pousse allègrement tout type de comique de situation. Celui-ci arrive bien souvent par des rebondissements inattendus (les erreurs d’énonciation de Neil font un malheur). Les situations insensées et hyperboliques, résultant de l’imagination exubérante de Neil, se disputent également la vedette avec un comique de répétition (notamment autour du personnage de Ray). Mais aussi avec des personnages loufoques comme le chien de Neil, autre source importante de gags, doublé par le très regretté Robin Williams, dont les images bonus du travail de doublage durant le générique de fin ne manque pas d’émouvoir.

 

Absolutely Anything de Terry Jones

Absolutely Anything de Terry Jones

 

Il est si simple de voir ses volontés accomplies par un petit geste de la main… La moindre erreur d’énonciation de ses volontés entraîne Neil dans une avalanche de conséquences épineuses qui secouent la tranquille banlieue anglaise où les personnages résident. Malheureusement pour lui, que ce soit faire le bien ou rester éthique, rien n’est aussi aisé qu’il n’y parait et ces pouvoirs deviennent bien vite un poids difficile à porter. Il ne tente pas d’être un héros, il veut simplement combler un manque affectif et rendre un peu plus rose son quotidien désabusé. Il rêve ainsi éveillé que sa séduisante voisine (Kate Beckinsale) tombe entre ses bras. Cette valse sentimentale entre la belle Catherine et le timide Neil permet à l’œuvre de se revêtir d’un soupçon de tendresse qui s’accorde plutôt bien avec l’humour, certes potache, mais bon enfant d’Absolutely Anything.

 

Absolutely Anything de Terry Jones

Absolutely Anything de Terry Jones

 

Les effets spéciaux matérialisent les fantaisies de Terry Jones, qui peut ainsi pousser à leur paroxysme certains gags. La bande originale, quant à elle, reste très discrète et souligne les grandes lignes de l’oscillation émotionnelle. Le film se trouve être presque aussi coloré que son affiche, que ce soit via ses extraterrestres cocasses ou bien les costumes des personnages et figurants à l’extravagance bien anglaise. Si Absolutely Anything fait rire, c’est indéniable, il nous laisse néanmoins un peu sur notre faim. Peut-être est-ce du à une certaine attente du fait de son casting de haut vol humoristique, entre les Monthy Python, Robin Williams, Simon Pegg, Eddie Izzard ou encore Joanna Lumley d’Absolutely Fabulous. Si cette la comédie fantastique ne déçoit pas, elle ne décolle pas pour devenir le monument que l’on aurait espéré, et fonctionne moins bien qu’un Bruce tout puissant, pour prendre une référence narrative similaire. Absolutely Anything reste néanmoins un divertissement familial agréable et nous fait passer un bon moment au frais dans les salles de cinéma par ces temps de fortes chaleurs.

 

 

 

  • ABSOLUTELY ANYTHING réalisé par Terry Jones en salles le 12 août 2015.
  • Avec : Simon Pegg, Kate Beckinsale, Rob Riggle, Robin Wiliams, Terry Jones, Michael Palin, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Sanjeev Bhaskar, Eddie Izzard, Joanna Lumley, Marianne Oldham.
  • Scénario : Terry Jones, Gavin Scott.
  • Production : Bill Jones, Benjamin Timlett.
  • Photographie : Peter Hannan.
  • Montage : Julian Rodd.
  • Décors : James Acheson, Naomi Moore.
  • Costumes : James Acheson.
  • Musique : George Fenton.
  • Distribution: Océan Films
  • Durée : 1h25

.

Commentaires

A la Une

L’actrice et chanteuse Olivia Newton-John est décédée à l’âge de 73 ans

La célèbre interprète de Sandy Olsson dans la comédie musicale Grease a poussé son dernier souffle des suites d’un long… Lire la suite >>

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BULLET TRAIN 460 136 1 460 136
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 251 426 5 3 145 264
3 THOR : LOVE AND THUNDER 250 210 4 2 379 227
4 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 222 730 2 556 091
5 TOP GUN : MAVERICK 165 278 11 5 877 276
6 DUCOBU PRESIDENT ! 132 886 4 870 163
7 MENTEUR 109 332 4 694 419
8 L'ANNEE DU REQUIN 79 534 1 79 534
9 LA NUIT DU 12 54 557 4 296 044
10 JOYEUSE RETRAITE 2 52 910 3 300 700

Source: CBO Box office

Nos Podcasts