El Club de Pablo Larraín : critique

Publié par Lucia Miguel le 16 novembre 2015

Synopsis : Dans une ville côtière du Chili, quatre prêtres marginalisés par l’Église vivent ensemble dans une maison. L’arrivée d’un nouveau pensionnaire va perturber le semblant d’équilibre qui y règne.

 

♥♥♥♥♥

 

El Club - affiche

El Club – affiche

Après la trilogie consacrée au dictateur Augusto Pinochet (Tony Manero, Santiago 73, Post Mortem et NO – notre critique), Pablo Larraín revient avec un autre sujet social et politique controversé qui domine le cinéma du Chili depuis plusieurs années. Primé par l’Ours d’Argent à la dernière Berlinale, El Club aborde les “maisons de retraite” mises en place par l’église catholique pour “accueillir” les prêtres interdits d’exercer leurs fonctions. Le concept même de ces maisons est choquant et Pablo Larraín le montre parfaitement, malgré une trop grande distanciation sur ces individus. Cette maison, remplacement grotesque des cellules de prison, ressemble plutôt à un havre de paix dans lequel évoluent ces religieux, entre courses de lévriers, balades sur la plage et prières collectives. Cette tranquillité extérieure est cependant stoppée par les cris de Sandokan (Roberto Farías), un homme ravagé par les abus sexuels subis dans son enfance. Cette séquence est d’une puissance incroyable : le cadre, qui cloisonne ce personnage, plonge le spectateur dans l’horreur, saisissant l’interminable description de sauvageries. Sandokan expose de manière crue, précise, graphique et mécanique les injustices intolérables ; un peu comme ‘s’il détaillait une recette de cuisine’ avait souligné Pablo Larraín. Il révèle ainsi ce monde parallèle où ces prêtres vivent au-dessous des lois, aussi bien chiliennes qu’humaines. L’opposition entre la justice judiciaire et la justice humaine est en outre très bien traitée : l’individu peut certes échapper à la justice judiciaire mais plus difficilement à celle des hommes.

 

El ClubEl ClubEl ClubEl Club

 

Si l’institution vaticane est directement visée, le cinéaste apporte une certaine lueur d’espoir à travers le figure du père Garcia, “technocrate du Vatican” (Marcelo Alonso). Face à cette vieille Église conservatrice, hantée par la corruption et la pédophilie, il existe une nouvelle foi, véhiculée par le père Garcia, qui prône la transparence et le renouvellement des valeurs catholiques. La lenteur de certaines séquences traduit la sensation d’enfermement nous provoquant une angoisse constante. La force de l’image dans ce temps extrêmement dilaté construit parfaitement un climat de malaise qui tourne inévitablement à la tragédie. Les teintes bleuâtres du directeur de la photographie, Sergio Armstrong, imprègnent l’atmosphère crépusculaire et accentue la froideur spirituelle des personnages. El Club mérite véritablement un détour dans le traitement de ce sujet passé sous silence. Pablo Larraín n’a pas besoin de théâtralité pour faire ressentir l’horreur ; les abus commis par les prêtes sont de l’ordre de l’indicible mais le cinéaste parvient à le crier haut et fort. C’est ici la force de cette œuvre poignante, qui représente le Chili aux Oscars en 2016, évitant tout jugement basique et sentimentalisme inutile ; Larraín nous fait comprendre que pour montrer l’horreur, il suffit de le dire.

 

 

Lucia Miguel

 

 

  • EL CLUB réalisé par Pablo Larraín en salles le 18 novembre 2015.
  • Avec : Alfredo Castro, Roberto Farías, Antonia Zegers, Jaime Vadell, Alejandro Goic, Alejandro Sieveking, Marcelo Alonso, José Soza, Francisco Reyes.
  • Scénario : Guillermo Calderón, Daniel Villalobos, Pablo Larraín
  • Production : Juan de Dios Larraín
  • Photographie : Sergio Armstrong
  • Montage : Sebastián Sepúlveda
  • Décors et Costumes: Estefanía Larraín
  • Musique : Miguel Hormazábal
  • Distribution : Wild Bunch
  • Durée : 1h37

.

Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts