Anomalisa de Charlie Kaufman et Duke Johnson: critique

Publié par Antoine Gaudé le 26 janvier 2016

Synopsis : Michael Stone, mari, père et auteur respecté de « Comment puis-je vous aider à les aider ? » est un homme sclérosé par la banalité de sa vie. Lors d’un voyage d’affaires à Cincinnati où il doit intervenir dans un congrès de professionnels des services clients, il entrevoit la possibilité d’échapper à son désespoir quand il rencontre Lisa, représentante de pâtisseries, qui pourrait être ou pas l’amour de sa vie

 

♥♥♥♥♥

 

Anomalisa - affiche

Anomalisa – affiche

Célèbre pour ses scénarios (Eternel Sunshine of the Spotless MindDans la peau de John Malkovich, Adaptation, Human Nature), Charlie Kaufman l’est moins en tant que réalisateur. Avec seulement deux films à son actif – Synecdoche, New York (2008) et maintenant Anomalisa, coréalisé avec Duke Johnson –, il a fait de chacune de ses réalisations et de ses scénarios des « mini-événements ». À l’instar d’autres cinéastes américains (Spike Jonze, Todd Haynes, Jonathan Glazer), il cultive parfaitement cette image de marginal à l’imagination débordante. Avec Anomalisa, il s’attaque pour la première fois à la stop-motion, et livre une fable existentialiste dérangeante, empreinte d’un pessimisme appuyé. Dans les univers enfermés, souvent des huis clos, du cinéaste, la douce ironie initiale laisse rapidement place à un cynisme ravageur, puis à un pessimisme cinglant. Une déclinaison qui s’inscrit directement dans le comportement psychique, souvent instable, du héros, et se concentre dans des lieux d’enfermement réels (avion, taxi, hôtel, chambre, foyer familial) et parfois mentaux (subconscient). Sa critique du système disciplinaire régi par ces fameux lieux, et donc d’un certain mode de vie à l’occidentale, nourrit sa fable, et lui donne son charme ornemental ; toutes ces allégories et autres symboles viennent agrémenter des élans comiques et oniriques généralement savoureux.

 

AnomalisaAnomalisaAnomalisaAnomalisa

 

Lorsqu’on découvre Michael Stone (David Thewlis), la cinquantaine, assis dans cet avion, on comprend rapidement qu’il méprise les gens et déteste sa vie ; c’est l’archétype du vieux cynique. Limite dépressif – il prend des médocs, fume et boit toute la journée –, Stone porte en lui les travers de cette société qui a fini par lui pomper toute son énergie. Célèbre pour avoir écrit un bouquin sur le « service clientèle » – qui fait gagner 90% de productivité à chaque entreprise ! –, il participe pleinement à l’expansion de cette société d’assistés, obséquieuse, incapable de réfléchir par soi-même et sur soi-même. Mais son cynisme, son caractère austère, voire dédaigneux à l’égard des choses matérialistes tels que le zoo ou le chili de Cincinnati, le rend néanmoins différent des autres (son visage conserve sa singularité) et lui permet de ne pas rentrer dans le « moule » de tous ces clones, et d’aspirer à autre chose, et pourquoi pas quelque chose de sublime.

 

Alors que l’on pouvait s’attendre à un changement d’attitude lors de sa rencontre avec « l’anomalie » Lisa (Jennifer Jason Leigh), qui conserve également la féminité de sa voix et une singulière cicatrice sur le visage, il n’en est finalement rien. Car dans un monde aussi déshumanisé, tout se consomme rapidement, y compris les sentiments. La vérité du lendemain n’est jamais celle de la veille. Si vivante, si douce et si belle le soir, « AnomaLisa », une fois consommée, perd toute sa fraîcheur atypique au petit matin. Éternel insatisfait, Stone est finalement ramené à cette réalité morose, où tout le monde a la même tête et, la même voix masculine (Tom Noonan). Et bien qu’il soit en quête de sens, et qu’il se pose les bonnes questions, personne n’est en mesure de lui donner satisfaction. La résignation devient son leitmotiv.

 

AnomalisaAnomalisaAnomalisaAnomalisa

 

Cette nuit à l’hôtel Fregoli – comme le syndrome du même nom, sorte de paranoïa qui donne le sentiment d’être persécuté par une seule et même personne que l’on s’imagine changeant d’apparence –, n’a véritablement eu aucun effet sur sa vie, mais a néanmoins laissé apparaître la déformation psychique dans laquelle il se trouve. La scénographie, très théâtrale, prend alors toute sa puissance évocatrice dans ce jeu labyrinthique entre portes, ascenseurs et couloirs qui s’instaurent dans cet hôtel. Comme le héros, on y perdrait presque la raison. Les deux cinéastes n’hésitent d’ailleurs pas à jouer entre la réalité et le rêve, ou plutôt le cauchemar, pour signifier l’angoisse et le refoulement qui consument littéralement Stone. De ce point de vue, la mise en scène en stop-motion est brillante. Il y a d’ailleurs quelque chose de magnifique dans cette mise à nu des corps, en particulier ceux de Stone et Lisa ; ils sont montrés sans artifice, sans voile, ce qui les rend fragiles et terriblement humains. Kaufman et Johnson réalisent à ce titre une scène de sexe absolument remarquable, tant ils parviennent à exalter le nœud intime de cette relation unique et pourtant éphémère.

 

Mais être existentialiste ne signifie pas forcément être pessimiste. Bien au contraire, ce sentiment doit être dépassé, ce qu’est incapable de faire la pensée marxiste de Kaufman. Cela rend d’ailleurs la critique d’Anomalisa inoffensive. Abattu (ou trop discipliné), Stone finit par rejoindre sa femme et son fils dans sa propre prison mentale, figurée par la maison familiale. Une fin plus ouverte, plus optimiste aussi, montrant Stone en proie à un projet de révolte et de liberté, aurait sans doute donné plus de ferveur, et moins de mépris, à cette fable existentialiste. Car c’est encore l’homme qui crée son existence en se choisissant. Et si « l’homme est condamné à être libre » (Sartre), il doit également être capable de s’insurger contre une situation qui lui semble insurmontable…

 

Antoine Gaudé

 

 

 

  • ANOMALISA réalisé par Charlie Kaufman et Duke Johnson en salles le 3 février 2016.
  • Avec les voix de : David Thewlis, Jennifer Jason Leigh, Tom Nooman.
  • Scénario : Charlie Kaufman
  • Production : Duke Johnson, Charlie Kaufman, Dino Stamatopoulos, Rosa Tran
  • Photographie : Joe Passarelli
  • Montage : Garret Elkins
  • Direction Artistique : John Joyce
  • Décors : John Joyce, Huy Vu
  • Costumes : Susan Donym
  • Effets Spéciaux : Derek Smith
  • Animation personnages : Dan Driscoll
  • Musique : Carter Burwell
  • Distribution : Paramount Pictures
  • Durée : 1h30


Commentaires

A la Une

Twin Peaks : Kyle MacLachlan propose aux fans de fêter les 30 ans de la série avec lui

Le confinement n’empêchera pas les adeptes de Twin Peaks de se réunir pour fêter les trente ans de sa première… Lire la suite >>

J.K. Rowling lance « Harry Potter at Home », une plateforme pour occuper les enfants

La célèbre autrice britannique propose aux parents un site éducatif centré sur l’univers de Poudlard et ses sorciers, pour apprendre… Lire la suite >>

Le remake de Candyman écrit par Jordan Peele sortira à l’automne 2020

Le retour du terrible Candyman sur grand écran devra attendre septembre prochain.       Il va falloir patienter pour… Lire la suite >>

Call Me By Your Name : le réalisateur confirme la suite avec le casting du premier film au complet

La pépite aux allures de dolce vita oscarisée pour son scénario en 2018, va bien connaître une suite sur grand… Lire la suite >>

Hollywood : premières images de la minisérie Netflix de Ryan Murphy

La nouvelle série progressiste du créateur de Glee et American Horror Story sera consacrée à un groupe de talents dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts