Musique/ Le spectre musical des James Bond

Publié par Jérôme Nicod le 14 mars 2016
James Bond logo

James Bond logo

SPECTRE de Sam Mendes est disponible dans les bacs depuis le 11 mars 2016, l’occasion de revenir sur l’univers musical de la saga James Bond, qui a largement contribué à faire de l’espion britannique une légende du cinéma mondial depuis plus de 50 ans. Bandes originales et génériques chantés ont mis en lumière les talents de John Barry, Shirley Bassey ou encore d’Adèle.

.

.

.

En composant le James Bond Thème, qui accompagne le lancement des films avec le gun barrel, son créateur Monty Norman ne pensait pas devenir iconique, à l’instar de John Williams (Indiana Jones), Lalo Shiffrin (Mission : impossible) ou encore Henry Mancini (La Panthère Rose). À chaque héros son thème. Mais si ce compositeur est resté relativement peu connu dans l’Histoire de la musique de films en général et de la saga en particulier, c’est parce que l’orchestration et l’interprétation ont été réalisées de manière récurrente par le grand John Barry. Ce dernier a tenté, sans succès, pendant des années de faire valoir ses droits sur ce score, qu’il considère avoir réellement remanié. Lorsqu’on lui posait la question, il renvoyait à l’écoute du reste de la bande originale de Dr No pour comprendre la différence entre le style de Monty Norman et le sien. Cette recherche de paternité ne doit toutefois pas faire oublier qu’il s’est lui-même inspiré d’Artie Shaw, clarinettiste et chef d’orchestre de jazz américain, pour la base du thème, en reprenant l’esprit d’un morceau composé en 1938, Nightmare. Par la suite, les successeurs comme David Arnold, Eric Serra et Thomas Newman ou encore brièvement Bill Conti et Michel Legrand, ont livré toutes sortes de partitions, s’harmonisant avec les différentes chansons et génériques populaires.

.

John Barry - photo 007

John Barry – photo 007.com

LE MAÎTRE JOHN BARRY

.

Le légendaire compositeur britannique a écrit la musique pour 11 épisodes sur les 25 sortis en totalité, avec Sean Connery (6 musiques pour 7 films) et Roger Moore (4 pour 7). Sa dernière partition remonte à 1987 pour Tuer n’est pas Jouer, sans doute l’une de ses meilleures. À partir de Bons Baisers de Russie (1963), il considère que le James Bond Thème n’est pas adapté pour les scènes d’action : il incarne le héros mais pas la séquence entière. Il compose alors le thème 007, repris dans la plupart des aventures avec Sean Connery et Roger Moore uniquement pour Moonraker et la splendide poursuite en bateau sur l’Amazone. Pendant un quart de siècle, Barry a évolué avec l’espion le plus sexy de Sa Majesté, et sa musique a suivi le fil du temps : cuivrée dans les années 1960, décontractée jusqu’au milieu des années 1970, puis mature par la suite. Il s’est rapidement opposé à la partition démonstrative sur l’image, qu’il surnommait la musique pour films de Mickey Mouse. Son style a dès lors toujours recréé musicalement l’ambiance, la direction et le style du film, en concevant une bande sonore cohérente, plutôt qu’à chercher l’effet immédiat, dont il estimait à juste titre être la responsabilité du cinéaste. C’est particulièrement vrai à partir de Moonraker (1979). Cependant, son chef-d’oeuvre reste sans doute la bande originale d’Au Service Secret de Sa Majesté (1969), d’une incroyable richesse, dense, inventive. Comme si, débarrassé de l’influence de Sean Connery, absent de cet opus, il avait mis à profit toutes les idées emmagasinées depuis sept ans.

.

Au Service Secret de Sa Majeste - musique par John Barry

Au Service Secret de Sa Majeste – musique par John Barry

John Barry fut aussi le compositeur des mélodies de toutes les chansons qui ont accompagné ses bandes originales, lui permettant d’obtenir une totale maîtrise de la couleur musicale. Dans les années 80, il a compris l’évolution de la musique au cinéma et a insufflé pour Tuer n’est pas Jouer (1987) une nouvelle dynamique instrumentale, qui a modernisé le son orchestral. Cependant, cet essai assez brillant n’a pas été transformé, puisqu’il n’a pas participé au volet suivant, Permis de Tuer (1989), confié à Michaël Kamen. Un hiatus juridique avec Sony a ensuite bloqué la franchise jusqu’en 1995, soit 8 ans après la dernière contribution de John Barry. Il fut rappelé par EON Productions, mais il refusa, considérant que son style n’était plus adapté à James Bond. Le thème nécessitait en effet une modernisation, qu’il avait commencé à insuffler. Il a alors suggéré Eric Serra ; choix qu’il regretta publiquement par la suite.

.

Casino Royale - musique par David Arnold

Casino Royale – musique par David Arnold

LES SUCCESSEURS

.

David Arnold, considéré comme le disciple de Barry, a tenté à cinq reprises, entre 1997 et 2008, d’être le digne héritier de John Barry. Cependant, avec Demain ne meurt jamais, Le Monde ne suffit pas, Meurs un autre jour, Casino Royale et Quantum of Solace, il est davantage vu aujourd’hui comme le compositeur attitré de Pierce Brosnan (3 musiques sur 4 films). De la même manière que ce dernier eut du mal à affirmer un style après Roger Moore, Arnold fut à la peine pour faire évoluer la musique post-Barry, ne s’inscrivant pas dans sa ligne moderne souhaitée. Elle demeure très efficace et certain morceaux ne manquent pas de panache, mais elle a perdu la subtilité et l’insolence du grand compositeur. C’est avec l’arrivée de Daniel Craig qu’il s’est révélé, en même temps que la saga a pris un nouveau départ. Casino Royale reste ainsi sa meilleure composition.

.

Skyfall - musique par Thomas Newman

Skyfall – musique par Thomas Newman

Thomas Newman a signé deux musiques pour James Bond, même si concrètement les 27 pistes de SPECTRE (notre critique) peuvent très bien constituer une extended edition de SKYFALL (notre critique), tant il repend les mêmes tics et même certains morceaux. En cherchant à composer au plus près des images, il se rapproche, sans l’égaler, du travail d’Eric Serra pour GoldenEye (1995). Ce dernier, conspué à la sortie du film, avait en fait 20 ans d’avance. Il raconta sa mésaventure avec la production, qui n’avait pas compris sa musique. Si elle fut sous-mixée (alors que ce n’est pas le cas dans SPECTRE), son score de la poursuite en char dans Saint-Petersbourg (qui figure sur le CD) fut remplacé par un James Bond Thème étiré, bricolé à la va-vite par l’arrangeur musical John Altman. La raison ? Le morceau n’était pas assez présent pour une scène majeure. L’ironie veut qu’aujourd’hui Thomas Newman n’utilise jamais le James Bond Thème in extenso, alors que Serra l’interprétait avec une orchestration très différente. Il faut écouter la musique du pré-générique, dans laquelle le Bond Thème est joué aux percussions.

.

GoldenEye - musique par Eric Serra

GoldenEye – musique par Eric Serra

Parmi les autres compositeurs, qui n’ont signé qu’un film, on peut oublier Michel Legrand (Jamais Plus Jamais, 1983, non produit par EON), contresens filmique et musical, et Bill Conti (Rien Que Pour Vos Yeux, 1981) même si ce volet demeure majeur dans la série. Parmi les réussites, on retient Vivre et Laisser Mourir (1973), composée par George Martin, le célèbre producteur des Beatles qui nous a quitté le 8 mars 2016 à l’âge de 90 ans, et dont la chanson-titre est interprétée par Paul McCartney avec les Wings, ainsi que L’Espion qui m’aimait (1977) de Marvin Hamlisch. S’ils ont revigoré l’ambiance musicale de James Bond pour la faire correspondre aux modes du moment, ils ont aussi réussi la réorchestration du Bond Thème, que l’on pensait alors intouchable.

.

CHANSONS MYTHIQUES

.

Bien sûr, l’espion 007 possède également la plus belle collection de chansons à succès, interprétées par les stars de chaque époque, avec des génériques d’ouverture emblématiques : Shirley Bassey (trois chansons, dont Goldfinger en 1964 sans doute la plus célèbre), Tom Jones, Nancy Sinatra, Sheena Easton (chanson nommée à l’Oscar), Duran Duran, A-ha, Tina Turner, Madonna, Alicia Keys & Jack White ou dernièrement Adele pour SKYFALL et Sam Smith pour SPECTRE, tous deux récipiendaires d’un Oscar. On reconnaît d’ailleurs là l’inventivité du producteur Albert R. ‘Cubby’ Broccoli (père de Barbara) dans l’art de la promotion de cette saga populaire. Comme Walt Disney, il a bâti et popularisé les produits dérivés (jouets) et le cross-marketing. En choisissant des stars de la chanson, il s’est rapidement garanti une campagne gratuite de publicité, surfant sur le succès attendu d’un tube en bonne et due forme.

Commentaires

A la Une

David Fincher prépare un prequel à Chinatown pour Netflix

Le réalisateur David Fincher, à l’origine des shows Mindhunter et House of Cards, s’associe au légendaire scénariste Robert Towne pour le… Lire la suite >>

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 J'ACCUSE 501 228 1 501 228
2 LE MANS 66 402 917 1 402 917
3 LA BELLE EPOQUE 301 927 2 867 356
4 HORS NORMES 237 055 4 1 766 186
5 JOKER 214 963 6 5 289 128
6 COUNTDOWN 151 196 1 151 196
7 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 131 970 5 2 534 381
8 ABOMINABLE 120 298 4 1 757 859
9 MIDWAY 104 749 2 342 818
10 RETOUR A ZOMBIELAND 72 263 3 531 019

Source: CBO Box office

Nos Podcasts