Synopsis : En 1974, le funambule français Philippe Petit tente illégalement une traversée, suspendu au-dessus du vide, au sommet des deux tours jumelles du World Trade Center.

♥♥♥♥♥

 

The Walk - jaquette

The Walk – jaquette

Perché sur son fil, à plus de 400 mètres de hauteur, Philippe Petit contemple l’horizon. Loin du brouhaha urbain, le funambule devenu célèbre semble oublier tous les problèmes du monde. En s’emparant de son histoire rocambolesque, Robert Zemeckis propose un film aux intentions louables mais pour le moins laborieux. Si l’exploit de Philippe Petit constitue bien l’événement central de The Walk, Zemeckis brosse surtout le portrait de son initiation au funambulisme et son immersion dans l’univers du cirque, révélant une force de caractère à toute épreuve. Ébahi par une photo du World Trade Center dans un journal, cet homme entreprend d’aller poser son fil entre les deux tours, planifiant ainsi le fameux « crime artistique du siècle ». Il est épaulé par une bande de complices, recrutés par-ci par-là, afin de se rendre sur le lieu en usant de tous les stratagèmes pour parvenir à ses fins (déguisement, mensonge, manipulation). La question qui se pose ici découle de l’évidence même du geste représenté à l’écran : pourquoi Zemeckis s’acharne t-il à donner autant d’éléments qui convergent vers la mise en place d’un événement ne constituant finalement pas une surprise ? En cherchant à sur-dramatiser son récit, le cinéaste américain s’enfonce dans les méandres d’un pseudo film d’aventure et en oublie presque l’essentiel de son histoire : la traversée des deux tours. C’est dans cette seconde partie, bien plus intéressante, que Zemeckis fait naviguer The Walk vers un terrain clairement enivrant.

.

The WalkThe WalkThe WalkThe Walk

.

Le réalisateur de Retour vers le Futur, Qui veut la peau de Roger Rabbit, Pôle Express ou encore plus récemment FLIGHT (notre critique), peut enfin laisser éclater sa maîtrise de la 3D et entreprendre l’exploration d’un espace de jeu tout en apesanteur. Il arpente le fil, de long en large, en suivant un Joseph Gordon-Levitt qui assume enfin son rôle dans cette partie introspective et quasi silencieuse. Il parvient à s’extraire de ce registre cabotin volontairement appuyé, avec cette accent français à la Maurice Chevalier, qui ne parvient hélas jamais à convaincre. Le reste du casting est de la même trempe ; les personnages sont bien trop lisses et superficiels, comme l’ami fidèle qui met en garde, l’amoureuse secrète qui incite au dépassement de soi, l’ami introverti qui dépasse ses peurs… The Walk aurait certainement gagné en intensité si le questionnement sur la nature même du geste de Philippe Petit n’était pas doublée d’un hommage appuyé à la mémoire des deux tours, tristement dévastées le 11 septembre 2001. La fascination de Zemeckis pour le monument semble alors dépasser le projet même du funambule. Qu’importe, il reste un auteur qui assume le caractère grand public du cinéma, en étant capable d’offrir de belles envolées visuelles lorsqu’il se détache d’une dramaturgie exacerbée et laborieuse. Car quand il évolue dans un registre plus subtil, il offre un aperçu bluffant d’une expérience sociologique aérienne ; The Walk délivre un message d’espoir et de liberté, incitant tout un chacun à rêver plus haut.

.

.

DVD : En bonus, vous pouvez retrouver un court documentaire (8 min) comprenant des interviews du casting principal, entrecoupées par des séquences du film. Un peu maigre pour en apprendre d’avantage sur la conception de The Walk.

.

.

.

  • THE WALK – Rêver plus haut réalisé par Robert Zemeckis, disponible en DVD/Blu-ray depuis le 9 mars 2016.
  • Avec : Joseph Gordon-Levitt, Ben Kingsley, Ben Schwartz, Charlotte Le Bon, James Badge Dale, Steve Valentine, Sergio Di Zio, Mark Camacho, Jason Deline, Benedict Samuel, Clément Sibony…
  • Scénario : Christopher Browne, Robert Zemeckis d’après l’oeuvre de Philippe Petit
  • Production : Jack Rapke, Tom Rothman, Steve Starkey, Robert Zemeckis
  • Photographie : Dariusz Wolski
  • Montage : Jeremiah O’Driscoll
  • Décors : Naomi Shohan
  • Costumes : Suttirat Anne Larlarb
  • Musique : Alan Silvestro
  • Edition : Sony Pictures Home Entertainment
  • Distribution : Sony Pictures
  • Date de sortie en salles : 28 octobre 2015
  • Durée : 2h03

.

Commentaires

A la Une

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Ridley Scott donne des nouvelles des séries Alien et Blade Runner

Au micro de la BBC, Ridley Scott a confirmé la progression du développement des séries adaptées de ses films à… Lire la suite >>

Oppenheimer : Les enjeux du prochain film de Christopher Nolan

La pandémie, qui a stoppé le monde sur près de deux ans, a également provoqué le divorce entre Christopher Nolan… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LES BODIN'S EN THAILANDE 580 181 1 580 181
2 ALINE 301 206 2 896 417
3 LES ETERNELS 209 800 3 1 455 865
4 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 158 922 1 158 922
5 AMANTS 136 003 1 136 003
6 MOURIR PEUT ATTENDRE 83 764 7 3 892 174
7 AFFAMES 75 483 1 75 483
8 MARATHON ONE PIECE 1000 LOGS 69 460 1 69 460
9 VENOM : LET THERE BE CARNAGE 63 113 5 1 586 933
10 ILLUSIONS PERDUES 60 444 5 752 693

Source: CBO Box office

Nos Podcasts