Synopsis : En 1974, le funambule français Philippe Petit tente illégalement une traversée, suspendu au-dessus du vide, au sommet des deux tours jumelles du World Trade Center.

♥♥♥♥♥

 

The Walk - jaquette

The Walk – jaquette

Perché sur son fil, à plus de 400 mètres de hauteur, Philippe Petit contemple l’horizon. Loin du brouhaha urbain, le funambule devenu célèbre semble oublier tous les problèmes du monde. En s’emparant de son histoire rocambolesque, Robert Zemeckis propose un film aux intentions louables mais pour le moins laborieux. Si l’exploit de Philippe Petit constitue bien l’événement central de The Walk, Zemeckis brosse surtout le portrait de son initiation au funambulisme et son immersion dans l’univers du cirque, révélant une force de caractère à toute épreuve. Ébahi par une photo du World Trade Center dans un journal, cet homme entreprend d’aller poser son fil entre les deux tours, planifiant ainsi le fameux « crime artistique du siècle ». Il est épaulé par une bande de complices, recrutés par-ci par-là, afin de se rendre sur le lieu en usant de tous les stratagèmes pour parvenir à ses fins (déguisement, mensonge, manipulation). La question qui se pose ici découle de l’évidence même du geste représenté à l’écran : pourquoi Zemeckis s’acharne t-il à donner autant d’éléments qui convergent vers la mise en place d’un événement ne constituant finalement pas une surprise ? En cherchant à sur-dramatiser son récit, le cinéaste américain s’enfonce dans les méandres d’un pseudo film d’aventure et en oublie presque l’essentiel de son histoire : la traversée des deux tours. C’est dans cette seconde partie, bien plus intéressante, que Zemeckis fait naviguer The Walk vers un terrain clairement enivrant.

.

The WalkThe WalkThe WalkThe Walk

.

Le réalisateur de Retour vers le Futur, Qui veut la peau de Roger Rabbit, Pôle Express ou encore plus récemment FLIGHT (notre critique), peut enfin laisser éclater sa maîtrise de la 3D et entreprendre l’exploration d’un espace de jeu tout en apesanteur. Il arpente le fil, de long en large, en suivant un Joseph Gordon-Levitt qui assume enfin son rôle dans cette partie introspective et quasi silencieuse. Il parvient à s’extraire de ce registre cabotin volontairement appuyé, avec cette accent français à la Maurice Chevalier, qui ne parvient hélas jamais à convaincre. Le reste du casting est de la même trempe ; les personnages sont bien trop lisses et superficiels, comme l’ami fidèle qui met en garde, l’amoureuse secrète qui incite au dépassement de soi, l’ami introverti qui dépasse ses peurs… The Walk aurait certainement gagné en intensité si le questionnement sur la nature même du geste de Philippe Petit n’était pas doublée d’un hommage appuyé à la mémoire des deux tours, tristement dévastées le 11 septembre 2001. La fascination de Zemeckis pour le monument semble alors dépasser le projet même du funambule. Qu’importe, il reste un auteur qui assume le caractère grand public du cinéma, en étant capable d’offrir de belles envolées visuelles lorsqu’il se détache d’une dramaturgie exacerbée et laborieuse. Car quand il évolue dans un registre plus subtil, il offre un aperçu bluffant d’une expérience sociologique aérienne ; The Walk délivre un message d’espoir et de liberté, incitant tout un chacun à rêver plus haut.

.

.

DVD : En bonus, vous pouvez retrouver un court documentaire (8 min) comprenant des interviews du casting principal, entrecoupées par des séquences du film. Un peu maigre pour en apprendre d’avantage sur la conception de The Walk.

.

.

.

  • THE WALK – Rêver plus haut réalisé par Robert Zemeckis, disponible en DVD/Blu-ray depuis le 9 mars 2016.
  • Avec : Joseph Gordon-Levitt, Ben Kingsley, Ben Schwartz, Charlotte Le Bon, James Badge Dale, Steve Valentine, Sergio Di Zio, Mark Camacho, Jason Deline, Benedict Samuel, Clément Sibony…
  • Scénario : Christopher Browne, Robert Zemeckis d’après l’oeuvre de Philippe Petit
  • Production : Jack Rapke, Tom Rothman, Steve Starkey, Robert Zemeckis
  • Photographie : Dariusz Wolski
  • Montage : Jeremiah O’Driscoll
  • Décors : Naomi Shohan
  • Costumes : Suttirat Anne Larlarb
  • Musique : Alan Silvestro
  • Edition : Sony Pictures Home Entertainment
  • Distribution : Sony Pictures
  • Date de sortie en salles : 28 octobre 2015
  • Durée : 2h03

.

Commentaires

A la Une

Le Magicien d’Oz célèbre 80 ans de magie 

Ce 15 août 2019 marque le 80ème anniversaire de la première hollywoodienne du Magicien d’Oz au Grauman’s Chinese Theatre. Retour… Lire la suite >>

Première bande-annonce de Little Women de Greta Gerwig

Voici les premières images de l’adaptation par Greta Gerwig du roman de Louisa May Alcott Les quatre filles du Docteur… Lire la suite >>

Trailer de Dolemite is my name avec Eddie Murphy et Wesley Snipes

Cette première bande annonce prometteuse de Dolemite is my name ressuscite la Blaxploitation, avec l’une des icônes du genre, Rudy… Lire la suite >>

Trailer de Honey Boy avec Shia LaBeouf dans la peau de son propre père

Amazon Studios a livré les premières images de Honey Boy, tiré d’un scénario écrit par Shia LaBeouf et dans lequel il… Lire la suite >>

Guillermo Del Toro prévoit une pléiade de stars pour Nightmare Alley

Le casting du prochain film de Guillermo Del Toro, Nightmare Alley, pourrait faire sensation, avec Bradley Cooper, Toni Collette, Cate… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 FAST & FURIOUS : HOBBS & SHAW 1 131 141 1 1 131 141
2 LE ROI LION 979 701 4 7 932 664
3 COMME DES BETES 2 551 753 2 1 262 634
4 C'EST QUOI CETTE MAMIE ?! 425 378 1 425 378
5 PLAYMOBIL, LE FILM 176 947 1 176 947
6 TOY STORY 4 157 651 7 4 170 035
7 SPIDER-MAN : FAR FROM HOME 139 759 6 3 044 380
8 CRAWL 73 407 3 422 889
9 PARASITE 67 101 10 1 473 889
10 ANNABELLE - LA MAISON DU MAL 62 996 5 887 075

Source: CBO Box office

Nos Podcasts