Synopsis : Maria et Jonathan se rencontrent après avoir été témoins d’un accident de la route. Malgré le coup de foudre immédiat, Jonathan va devoir composer avec un étrange compagnon qui envahit Maria depuis trop longtemps: “ELLE”

♥♥♥♥♥

 

Elle de Vincent Toujas - affiche

Elle de Vincent Toujas – affiche

Découvert grâce à son beau court-métrage NOCT (notre critique), récompensé du Méliès d’Argent, Vincent Toujas propose un nouveau film à l’aura fantastique qui dévoile son penchant affirmé pour la représentation du monstre à l’écran. Elle, présenté dans de nombreux festivals comme le BIFFF, Fantastic Planet, Mauvais Genre Tours ou encore le Boston Sci-Fiest, s’ouvre sur une scène d’accident renvoyant quelque peu à l’introduction d’À l’Intérieur de Julien Maury et Alexandre Bustillo. Magnifiquement réalisée, grâce à un effet de ralenti renforçant le côté dramatique de l’action, la séquence permet de confronter rapidement les deux protagonistes principaux. Jonathan (Théo Frilet) va donc à l’encontre de Maria (Annabelle Hettmann) dans le but de la réconforter et de lui apporter du soutien. À la suite de ce prélude, Elle se déroule à huis-clos dans l’appartement étrangement féerique de Maria. Le décor central est en outre sublimé par la photographie de Thomas Pantalacci et la musique de Ernst W. Meinrath. On se retrouve donc instantanément plongé dans une relation sentimentale qui va toutefois être perturbée par d’étranges bruits émanant de la chambre voisine de Maria. Naturellement intrigué par son nouvel environnement, Jonathan finit par s’aventurer dans la fameuse chambre rose, qu’il ne doit absolument pas ouvrir, pour découvrir l’origine de cette créature qui instaure un climat inquiétant. Si Noct reposait sur l’apparition surprenante d’une figure monstrueuse, Elle emprunte davantage les terres du conte fantastique intimiste et plein de délicatesse. Le motif fantastique se soumet ici à une thématique éminemment humaine, à savoir l’acceptation de l’autre. Vincent Toujas et Giles Daoust posent un regard plus doucereux et fragile, dévoilant en creux certaines influences comme Edward aux mains d’argent ou encore E.T. L’extraterrestre. Cependant, l’univers onirique et inspirant de l’appartement aurait vraiment gagné en intensité si le récit n’avait pas laisser place à une séquence de discussions trop explicatives. Quoi qu’il en soit, la mise en scène reste efficace, tout comme la direction d’acteur. Elle se dévoile au final comme un exercice de style qui a la principale qualité de confirmer le savoir-faire d’un jeune cinéaste. Il est temps que Vincent Toujas et son scénariste Giles Daoust mettent leur talent au service d’une longue intrigue véritablement complexe, énergique et surprenante. Et cela tombe bien car le duo, via leur société Title Media, planche sur Painkillers, leur premier long-métrage, un drame fantastique.

.

.

.

  • ELLE réalisé par Vincent Toujas disponible prochainement sur internet.
  • Avec : Annabelle Hettmann, Théo Frilet, Camille Durand-Tovar
  • Scénario :  Giles Daoust
  • Production :  Giles Daoust, Vincent Toujas
  • Photographie : Thomas Pantalacci
  • Effets Spéciaux : Adrien Pennequin, Jacques-Olivier Morlon
  • Design : Kevin Macio
  • Musique :  Ernst W. Meinrath
  • Distribution : Premium Films
  • Durée : 19 minutes

.

Commentaires

A la Une

Les cinémas rouvriront à partir du 22 juin

C’est désormais officiel, le gouvernement a annoncé ce 28 mai la reprise d’activité des cinémas pour le 22 juin prochain…. Lire la suite >>

Cannes 2020 : la sélection officielle dévoilée le 3 juin

La liste des cinquante films labellisés Cannes 2020 sera révélée le 3 juin prochain depuis l’UGC Normandie, et diffusée en… Lire la suite >>

Killers of The Flower Moon : Apple pourrait hériter du nouveau Scorsese

La plateforme de streaming d’Apple serait sur le point d’ajouter le prochain long-métrage de Martin Scorsese à son catalogue. Une… Lire la suite >>

Labyrinthe : Scott Derrickson réalisera la suite du film culte de Jim Henson

Le long-métrage TriStar porté par David Bowie se dote d’une suite dirigée par Scott Derrickson, près de trente-quatre ans après… Lire la suite >>

Blue Movie, le porno satirique que Stanley Kubrick a manqué de réaliser

Le réalisateur d’Orange Mécanique s’est vu un jour proposer de porter à l’écran un récit parodique sur l’industrie pornographique, l’histoire… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts