Sortie DVD/ The Wedding Party de Brian De Palma : critique

Publié par Thierry Carteret le 4 juin 2016

Synopsis : Deux jours avant son mariage, un jeune homme se retrouve dans la maison des parents de sa fiancée, à parler sexe, Vietnam et Black Power…

♥♥♥♥

 

The Wedding Party - jaquette DVD

The Wedding Party – jaquette DVD

Bach Films nous permet de (re)découvrir les premières réalisations de Brian De Palma, et particulièrement son tout premier film : The Wedding Party. Il s’agit d’une oeuvre de fin d’études, tournée en 1963 au Sarah Lawrence College, avec la collaboration de Wilford Leach, son professeur, et Cynthia Munroe, une étudiante. N’étant pas encore le génial cinéaste formaliste que nous connaissons, le jeune De Palma s’autorise ici toutes les libertés. Filmé en noir et blanc, The Wedding Party est doté d’un budget modeste de 43 000 dollars ; la plus grande part étant apportée par Cynthia Munroe, fille d’une riche famille américaine, qui cosigne également le scénario. Son histoire initiée par un concours, dont le thème était « l’amour en Amérique », s’avère aux yeux de De Palma bien meilleure que la sienne. Au final, The Wedding Party se présente comme une comédie burlesque et acerbe sur le mariage, qui rend hommage au cinéma muet, à la Nouvelle Vague française et au Free Cinéma britannique. Brian De Palma cite également le réalisateur Richard Lester comme principale influence. Appuyée par des effets d’accélérés et de ralentis, la mise en scène et le montage progressent sur un rythme frénétique. Les dialogues sont habités par une réflexion sur les contraintes de l’institution du mariage face à la liberté du célibat. Le personnage principal, Charlie (Charles Pfluger), futur marié, est ainsi constamment tiraillé entre plusieurs sentiments contradictoires. Alors qu’il devrait être le centre des attentions, ce décalage mis en place le montre au contraire perdu au milieu des membres d’une future et étonnante belle-famille qui ne lui prête que peu d’égard, trop occupée à préparer le mariage de leur fille Josephine (Jill Clayburgh). Le « pauvre » Charlie a heureusement ses deux meilleurs amis avec lui, lesquels font un peu tâche dans le tableau bien embourgeoisé et guindé.

.

The Wedding PartyThe Wedding PartyThe Wedding PartyThe Wedding Party

.

Ces deux jeunes garçons anticonformistes deviennent dès lors la véritable surprise de The Wedding Party. Le premier, Alistair, est incarné par William Finley, fidèle et futur complice du réalisateur que l’on retrouve dans Le Dahlia noir (2006), Pulsions (1980), Furie (1978), Soeurs de sang (1973) et surtout Phantom of the Paradise (1974) où il incarnait Winslow, le compositeur devenu l’inquiétant fantôme défiguré et caché sous un masque. Le second, Cecil, est joué par un tout jeune Robert De Niro qui trouve ici son tout premier rôle (rebaptisé Robert De Nero dans le générique de fin!). La star de Taxi Driver et de Casino impose ici déjà son charisme. Il eut été d’ailleurs sans doute plus judicieux de lui confier le personnage du fiancé ; Charles Pfluger, dans l’unique rôle de sa carrière, s’avère en effet un choix assez discutable. C’est d’ailleurs par le biais du succès de Greetings, troisième long métrage de De Palma sorti en 1968, dans lequel joue de Niro, que The Wedding Party (et sa sortie tardive en 1969) se fait véritablement connaître auprès du public. Si le discours politique, qui sous-tend tout le cinéma de De Palma s’avère quasiment absent ici, on retient surtout la dimension satirique et le regard critique sur les conventions du mariage dans la bourgeoisie américaine de l’époque. La sortie de The Wedding Party se révèle ainsi un achat indispensable pour les admirateurs d’un cinéaste dont on aimerait voir reprendre la caméra pour le meilleur.

.

.

Meurtre à la mode

Meurtre à la mode

DVD : Dans cette édition, qui comprend deux disques, Bach Films propose en bonus de découvrir quatre autres réalisations étudiantes de Brian De Palma. S’il eut été plaisant de (re)voir Greetings pour lier les deux rôles de Robert de Niro, l’éditeur nous gratifie de deux longs métrages – Meurtre à la mode (1968) et Dionysus in ‘69 (1970) – ainsi que deux courts, Woton’s Wake (1962) et The Responsive Eye (1966). Les copies proposées au format originel auraient pu certainement aussi bénéficier d’une restauration. Néanmoins, les suppléments sont intéressants. On peut notamment découvrir l’intervention d’Agnès Michaux, écrivaine et chroniqueuse TV et radio, qui revient sur The Wedding Party. Elle livre ses impressions et quelques anecdotes, n’hésitant pas à pointer les « défauts » de ce premier essai d’étudiant. Concernant les autres réalisations à disposition, Meurtre à la mode pose déjà les premières bases de l’univers de De Palma avec cette histoire de meurtre d’une jeune mannequin. On pense évidemment aux grands thrillers à venir comme Pulsions (1980) ou Blow out (1981) mais aussi à Snake Eyes (1998), oeuvre incomprise construite comme The Wedding Party, à savoir sur l’idée de la multiplication des différents points de vue. Dionysus in ’69 est un documentaire réalisé avec la collaboration de Richard Schechner via sa représentation des Bacchantes d’Euripide par la troupe théâtrale Performance Group, menée par William Finley. En pleine période libertaire et de guerre du Vietnam, cette pièce est une performance où les acteurs, à demi nus, jouent avec le public. De Palma expérimente ici le split-screen, un procédé qu’il utilisera sur de nombreux longs métrages par la suite. Notons qu’il collabore à nouveau avec Richard Schechner pour chorégraphier la séquence finale de Phantom of the Paradise. De son côté, Woton’s Wake, malgré son aspect un peu potache et amateur, préfigure justement Phantom of the Paradise, avec son inquiétant sculpteur adepte du grimage et du déguisement, toujours incarné par William Finley. Le cinéaste s’amuse en bon cinéphile avec des références comme Le Septième Sceau (1957), King Kong (1933) ou l’expressionnisme allemand du Cabinet du docteur Caligari (1920). Enfin, The Responsive Eye est un reportage au sein d’une exposition d’Art moderne où le jeune cinéaste donne une vision plutôt féroce du monde de l’Art.

.

.

.

  • THE WEDDING PARTY réalisé par Brian de Palma disponible en DVD depuis le 24 mai 2016.
  • Avec : Robert De Niro, Charles Pfluger, Jill Clayburgh, William Finley, Judy Thomas, Valda Setterfield…
  • Scénario : Brian De Palma, Wilford Leach, Cynthia Munroe
  • Production : Brian De Palma, Wilford Leach, Cynthia Munroe
  • Photographie : Peter Powell
  • Montage : Brian De Palma, Wilford Leach, Cynthia Munroe
  • Costumes : Nancy Reeder, Ellen Rand
  • Musique : John Herbert McDowell
  • Edition DVD : Bach Films
  • Prix public : 20 €
  • Durée : 1h27
  • Sortie en salles : 9 avril 1969

.

Commentaires

A la Une

L’actrice et chanteuse Olivia Newton-John est décédée à l’âge de 73 ans

La célèbre interprète de Sandy Olsson dans la comédie musicale Grease a poussé son dernier souffle des suites d’un long… Lire la suite >>

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 THOR : LOVE AND THUNDER 404 765 3 2 129 017
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 351 988 4 2 893 838
3 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 333 361 1 333 361
4 TOP GUN : MAVERICK 188 380 10 5 711 998
5 DUCOBU PRESIDENT ! 188 015 3 737 277
6 MENTEUR 151 586 3 585 087
7 JOYEUSE RETRAITE 2 92 299 2 247 790
8 LA NUIT DU 12 72 629 3 241 487
9 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 67 113 8 3 357 635
10 ELVIS 58 542 6 1 074 116

Source: CBO Box office

Nos Podcasts