Dernier train pour Busan de Yeon Sang-ho : critique

Publié par Erwin Haye le 23 août 2016

Synopsis : Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l’état d’urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu’à Busan, l’unique ville où ils seront en sécurité…

♥♥♥♥♥

 

Dernier train pour Busan  - affiche

Dernier train pour Busan  – affiche

Pour vibrer au cinéma cet été, il faut oublier les blockbusters anémiques d’Hollywood et porter son regard à l’Est, en direction de la Corée du Sud, plus précisément, pour apercevoir une véritable ruée vers l’horreur nommée Dernier train pour Busan. Présenté et ovationné lors de la séance de minuit du dernier Festival de Cannes, le film de Yeon Sang-ho est une très belle surprise. Débarquant tout droit du cinéma d’animation, le réalisateur sud-coréen a longuement hésité avant de tourner son premier live action, suite de Seoul Train, son précédent long-métrage d’animation. Cette première incursion dans le cinéma en prises de vues réelles est impressionnante, d’autant plus qu’elle réussit à amener de la fraîcheur au sous-genre du film de zombies, largement surexploité et quelque peu épuisé. Le tout, en évitant la possible comparaison avec Le Transperceneige, son illustre prédécesseur en matière de film ferroviaire. En apparence, Dernier train pour Busan est ce film que l’on a déjà vu un bon nombre de fois : une contamination d’origine inconnue, un quasi huis clos et une poignée de personnages stéréotypés dont l’éternel éclopé prophétique illuminé… Tous les poncifs du survival de film de zombies sont donc réunis et condensés. Mais en s’appuyant sur les clichés du genre, le génie de Yeon Sang-ho se résume à mettre en place les pièces du puzzle simplement mais méthodiquement, les imbriquer au bon endroit et au bon moment, puis d’un coup, user d’une pirouette, d’une trouvaille ou d’une fantaisie pour surprendre le spectateur et chasser son impression de déjà-vu.

.

Dernier train pour Busan

Dernier train pour Busan

.

En dépassant ce stade, on s’étonne alors de la profondeur des personnages et de l’importance de chacun dans la mécanique narrative. Une grande partie de la réussite du film tient d’ailleurs dans la justesse de l’écriture de ses personnages et dans l’interprétation épurée de ses deux acteurs principaux, Gong Yoo (Soek-woo) et Dong-seok Ma (Sang-Hwa), qui abandonnent, non sans un certain plaisir, le surjeu traditionnel des productions cinématographiques asiatiques. En conférant à chaque protagoniste une catégorie sociale bien précise, Yeon Sang-ho forme un microcosme, une représentation de la civilisation moderne. En ajoutant en fond le contexte d’une société capitaliste, hiérarchisée et déshumanisée et en dénonçant au passage un tragique fait divers sud-coréen (le naufrage du ferry « Sewol » où le gouvernement a atténué dans un premier temps la gravité de l’affaire), le réalisateur n’oublie pas la portée socio-politique du film de zombies. Un réel parti pris qui manque à beaucoup d’autres productions souhaitant mettre en scène des morts-vivants, de la chair et de l’hémoglobine.

.

Dernier train pour Busan

Dernier train pour Busan

.

Outre son message critique, Dernier train pour Busan est aussi et avant tout un pur film d’action. Le spectateur est embarqué à un rythme effréné dans chaque recoin du train par le biais d’une multitude de prises de vues originales et soignées, sans que le découpage n’en soit pour autant affecté. Le réalisateur évite ainsi l’étalage de cadrages superflus en donnant un poids et une valeur à chacun de ses plans. Cette mise en scène virtuose sait emprunter à d’autres univers que le cinéma. La linéarité du train et le degré de difficulté augmentant à chaque wagon renvoie au gameplay de certains vieux jeu vidéo de combat. Encore une fois, la référence n’est pas de trop, tout est calculé pour impliquer émotionnellement le spectateur et l’installer davantage dans des conditions d’immersion totale.

.

Servi par une photographie étincelante et des effets spéciaux discrets et très efficaces, Dernier train pour Busan est probablement un film qui compte déjà dans le paysage cinématographique zombiesque. C’est une œuvre explosive, intelligente mais surtout généreuse, ce que certains blockbusters d’action actuels peinent à offrir au public. Avec cette production sud-coréenne, on ne reste pas à quai, on vit le cinéma à toute allure. On pleure les morts, on combat avec les vivants, notre cœur s’emballe, notre corps frissonne, on se crispe, on souffre, on souffle, on exulte… Et ça repart sans un arrêt en gare.

.

Erwin Haye

.

.

.

  • DERNIER TRAIN  POUR BUSAN (Busanhaeng) réalisé par Yeon Sang-ho en salles depuis le 17 août 2016.
  • Avec : Gong Yoo, Kim Su-ahn, Yu-mi Jeong, Dong-seok Ma, Choi Woo-shik, Ahn So-hee, Eui-sung Kim…
  • Scénario: Joo-Suk Park
  • Production : Lee Dongha
  • Photographie : Lee Hyung-deok
  • Montage : Yang Jin-mo
  • Décors : Lee Mok-won
  • Costumes : Kwon Yoo-jin, Rim Seung-Hee
  • Musique : Jang Young-gyu
  • Distribution : ARP Sélection
  • Durée : 1h58

.

Commentaires

A la Une

Tomb Raider : Phoebe Waller-Bridge prépare une série dérivée pour Amazon

L’héroïne des jeux vidéo Tomb Raider reprendra bientôt vie sur le petit écran, dans une série créée par Phoebe Waller-Bridge…. Lire la suite >>

Jennifer Aniston et Julia Roberts échangent leurs corps dans le prochain film de Max Barbakow

La nouvelle comédie de Max Barbakow réunira Julia Roberts et Jennifer Aniston, dans le corps l’une de l’autre.    … Lire la suite >>

Michael Jackson sera incarné par son neveu dans un biopic signé Antoine Fuqua

Jaafar Jackson prendra les traits de son oncle Michael Jackson dans un biopic qui sera réalisé par Antoine Fuqua, avec… Lire la suite >>

César 2023 : La liste des nommés

Les nominations de la 48e cérémonie des César font la part belle à L’Innocent et à La Nuit du 12,… Lire la suite >>

Les nommés aux Oscars 2023

C’est ce mardi 24 janvier que l’Académie des Oscars a révélé sa sélection pour sa 95e cérémonie. Grand favori de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR : LA VOIE DE L'EAU 719 221 6 8 388 607
2 BABYLON 508 796 1 508 796
3 LA GUERRE DES LULUS 200 047 1 200 047
4 TIRAILLEURS 176 551 3 914 457
5 LE CHAT POTTE 2 : LA DERNIERE QUETE 148 313 7 2 465 668
6 LE CLAN 101 291 1 101 291
7 LES CYCLADES 96 097 2 266 479
8 YOUSSEF SALEM A DU SUCCES 72 216 1 72 216
9 LES BANSHEES D'INISHERIN 50 952 4 321 624
10 L'EMPRISE DU DEMON 48 248 2 133 316
11 L'IMMENSITA 46 659 2 138 565
12 FESTIVAL CINEMA TELERAMA (2023) 38 554 1 38 554
13 M3GAN 37 969 4 452 376
14 TEMPETE 33 534 5 668 886
15 NOSTALGIA 23 642 3 132 148
16 CARAVAGE 22 258 4 239 990
17 NOS SOLEILS 20 951 1 20 951
18 LA CONSPIRATION DU CAIRE 20 533 13 518 626
19 TERRIFIER 2 19 362 2 53 451
20 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 19 109 11 3 634 550

Source: CBO Box office

Nos Podcasts