Hard Day de Kim Seong-hun: critique

Publié par Hélène Sécher le 22 décembre 2014

Synopsis : En route pour assister aux funérailles de sa mère, et tandis qu’il est visé par une enquête pour corruption, le commissaire KO Gun-su renverse accidentellement un homme. Pour se couvrir, il décide de cacher le corps dans le cercueil de sa mère.
Lorsque l’affaire est découverte, on nomme son partenaire pour mener l’enquête. Et quand l’unique témoin de l’accident l’appelle pour le faire chanter, Gun-su comprend qu’il n’est pas au bout de ses peines…

 

♥♥♥♥

 

Hard Day - affiche

Hard Day – affiche

Quel culot ! L’expression s’invite sur le bout des lèvres à la vision de Hard Day, polar imparable et délicieusement cynique de Kim Seong-hun, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au dernier festival de Cannes. Tout commence fort et mal pour le lieutenant Ko Gun-su. Le même jour, il perd sa mère, heurte mortellement un inconnu avec sa voiture, enterre le corps en lieu et place de sa parente, avant qu’un méchant coup de téléphone ne vienne aggraver les choses. L’audace, de prime abord, ne semble donc pas venir des divers éléments disposés sur l’échiquier : ce flic ripoux, ce cadavre gênant, ce maitre-chanteur, ce compte à rebours… autant de signes propres à un polar classique au sens noble du terme. Tout ici dépend plutôt de la façon dont cet échiquier va évoluer. Car l’image et la tonalité du long-métrage du cinéaste sud-coréen, à l’instar du visage de son protagoniste, ne sont pas si brutes de décoffrage et équivoques. Thriller divertissant et efficace, cette descente aux enfers en un temps resserré se découvre également en tant qu’œuvre acerbe sur le pouvoir des forces de l’ordre. Le décalage vient d’abord sur le plan privé. Comment ne pas ressentir un certain malaise lorsqu’il choisit de trahir la sépulture de sa mère pour sauver sa peau ? Car dans un style hitchcockien, le spectateur est confronté à sa volonté de voir ce flic lâche et corrompu s’en sortir dans cette scène dingue. Le plus fort – et le plus osé – dans cette exposition des personnages est de lui insuffler un peu du burlesque qui, du propre aveu de Kim Seong-hun, le rapproche du cinéma des frères Coen.

 

Lee Seon-gyoon dans Hard Day de Kim Seong-hun

Lee Seon-gyoon dans Hard Day de Kim Seong-hun

 

Hard Day se veut ainsi sans limites sans être excessivement choquant ou pénible grâce à ses pointes d’humour noir et son élégance. Ne reculant devant rien, le cinéaste prolonge certains plans, profitant du regard apeuré d’un Lee Seon-gyoon au jeu nerveux. Le cœur du film et celui de son anti-héros battent au son des sonneries de portable, au rythme des accélérations et décélérations sur le bitume, mais aussi au fil des rebondissements de situation. On pourrait regretter de connaître à mi-parcours la personnalité de l’antagoniste Park Chang-min (Jo Jin-woong, charismatique à souhait), le flic le plus ripoux et cruel d’entre tous qui menace Gun-Su. Loin de plomber l’énergie de Hard Day, cette révélation précoce a le mérite de donner encore plus de clarté à la vision du réalisateur. Le personnage de Chang-min, brute épaisse impitoyable à qui l’on doit la dose de venin humoristique de cette histoire macabre, n’est en rien la némésis du ‘malheureux’ lieutenant. Juste un reflet plus violent, pitoyable et crasseux de sa propre personnalité. Une sorte de version amplifiée jusque dans la carrure, Park Chang-min/Jo Jin-woong ayant un physique nettement plus massif que le fluet Ko Gun Su/Lee Seon-gyoon.

 

Jo Jin-woong dans Hard Day de Kim Seong-hun

Jo Jin-woong dans Hard Day de Kim Seong-hun

 

Leur confrontation, dans la seconde partie, permet aussi au cinéaste de changer de fusil d’épaule. Avant, il s’en prenait plus à son personnage, un brin pathétique, et mettait l’accent sur ses réactions. Dès lors que l’affrontement augmente et remplace le suspense sur l’identité du maître-chanteur, il filme davantage les corps à corps. Alors plus proche du film noir moderne et coutumier du genre, Hard Day se poursuit sur une note plus viscérale. Moins surprenante, cette dimension rend le propos plus nuancé que si Kim Seong-hun en était resté au mode sarcastique. Il laisse pourtant craindre une conclusion trop policée, celle du flic désormais clean. Heureusement, la dernière scène ne simplifie et n’arrange pas tout. Il s’en est même fallu de peu pour que le plaisir coupable s’évapore, même si l’ultime plan peut être vu comme la dernière carte maléfique abattue par le réalisateur avant de quitter la scène. Ou comme un dernier moyen de déjouer – et jouer avec – les codes du genre ici exploré. L’important est de saisir cette carte dans l’instant et de s’amuser avec lui de ce portrait au vitriol comme on voit peu…

 

 

  • HARD DAY (Moo-deom-kka-ji Gan-da) de Kim Seong-hun en salles le 7 Janvier 2015
  • Avec : Lee Seon-gyoon, Jo Jin-woong, Shin Jung-keun, Shin Jung-keun, Jeong Man-sik, Dong Mi shin, Joo Seok-tae, Heo Jung-eun…
  • Scénario : Kim Seong-hun, Hae-Jun Lee.
  • Producteurs : Billy Acumen, Cha Ji-Hyun.
  • Photographie : Tae-Sung Kim.
  • Montage: Chang-ju Kim.
  • Décors: Lee Mi-kyoung.
  • Costumiers : Ko Hee-jung.
  • Son : In-gyu Lee. Mixage : Jung Jin-wook.
  • Musique: Young-Jin Mok.
  • Distribution : Bodega Films.
  • Durée : 1h41

.

Commentaires

A la Une

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

L’actrice et chanteuse Olivia Newton-John est décédée à l’âge de 73 ans

La célèbre interprète de Sandy Olsson dans la comédie musicale Grease a poussé son dernier souffle des suites d’un long… Lire la suite >>

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BULLET TRAIN 460 136 1 460 136
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 251 426 5 3 145 264
3 THOR : LOVE AND THUNDER 250 210 4 2 379 227
4 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 222 730 2 556 091
5 TOP GUN : MAVERICK 165 278 11 5 877 276
6 DUCOBU PRESIDENT ! 132 886 4 870 163
7 MENTEUR 109 332 4 694 419
8 L'ANNEE DU REQUIN 79 534 1 79 534
9 LA NUIT DU 12 54 557 4 296 044
10 JOYEUSE RETRAITE 2 52 910 3 300 700

Source: CBO Box office

Nos Podcasts