Ressortie/ Amour de Karoly Makk : critique

Publié par Philippe Descottes le 21 décembre 2016

Synopsis : Budapest, 1953. Une vieille femme dans sa chambre encombrée de meubles désuets. Elle ne se lève plus que rarement. Mais elle veut vivre. Les visites de Luca, sa belle-fille, sont les grands événements de sa vie. Elle vient chaque jour. La vieille femme croit que son fils Janos est en Amérique où il travaille sur un film. Il ne faut pas qu’elle apprenne que son fils est en prison, condamné suite à des accusations dénuées de fondement dans un des procès de l’époque du culte de la personnalité. Il faudra beaucoup d’années encore avant qu’il ne soit libéré. Même si elle vivait jusqu’à l’âge de cent ans, ce ne sera pas suffisant… Et Luca joue la comédie, jour après jour, pour maintenir sa belle-mère en vie.

♥♥♥♥

 

Amour de Karoly Makk - affiche

Amour de Karoly Makk – affiche

Karoly Makk fait partie de ces cinéastes hongrois, tels Miklos Jancso, Marta Mészaros ou Istvan Szabo, qui ont apporté un nouveau souffle au cinéma magyar à partir des années 1960. Ses démêlés avec la censure gouvernementale l’ont forcé à attendre six ans avant d’obtenir, en 1970, l’autorisation de tourner Amour, qui ressort en salles ce 21 décembre en version restaurée 4K. Présenté au Festival de Cannes en 1971, le film est récompensé par le Prix du Jury, ex-aequo avec Joe Hill de Bo Widerberg. À cette occasion, les deux comédiennes principales, Lili Darvas et Mari Töröcsik, avaient obtenu une Mention spéciale. Comme beaucoup de cinématographies d’Europe de l’Est à cette époque, le cinéma hongrois est lié au contexte social et politique. La Hongrie, faisant alors partie du bloc de l’Est contrôlé par l’URSS, on imagine aisément les réticences des censeurs, d’autant plus que le réalisateur adapte deux nouvelles autobiographiques de l’écrivain Tibor Déry, qui fut proche du parti communiste avant d’en être exclu. La situation politique est évoquée, la Hongrie des années 1950 subit la répression du régime communiste de Mátyás Rákosi, mais elle est à peine abordée frontalement. Janos (Iván Darvas) est arrêté et jeté en prison, mais on ne sait rien des raisons ni de son activité de dissident présumé. À son travail, Luca (Mari Töröcsik), son épouse est surveillée par sa hiérarchie et elle reçoit un jour la visite de policiers en civil. Si l’oppression du régime totalitaire est présente et pesante, Karoly Makk s’intéresse d’abord aux fragments d’humanité qui substituent en ces temps obscurs et se focalise essentiellement sur les sentiments d’amour et de fidélité.

.

Amour de Karoly Makk

Amour de Karoly Makk

.

Luca ne sait pas si son mari est mort ou vivant. Les autorités lui mentent. Elle subit des brimades. Alors, malgré les difficultés quotidiennes, elle aussi se réfugie dans le mensonge. Pour protéger sa belle-mère (Lili Darvas), elle lui affirme que tout va bien et lui remet régulièrement de fausses lettres de son fils qu’elle a écrites. La vieille dame semble croire à cette version. Rassurée de voir son fils faire carrière en Amérique, elle se fait une raison de devoir encore attendre son retour. Apaisée, elle plonge à l’occasion dans ses souvenirs, ceux du passé ou d’une jeunesse fantasmée. Drame intimiste, Amour est à la fois un beau portrait sur la vieillesse, mais aussi celui de deux femmes de générations différentes, interprétées par deux grandes comédiennes, Mari Töröcsik, sensible et délicate, et Lili Darvas, bouleversante et dont ce sera le dernier film à 68 ans. Bien qu’il n’intervienne que dans la dernière partie du film, Iván Darvas (Janos) tire également son épingle du jeu. Au soin apporté à l’image, avec un magnifique noir et blanc du chef opérateur János Toth, il convient d’associer la qualité du montage. Si Karoly Makk s’inspire des textes de Tibor Déry, il a enrichi le scénario de « petites histoires » (selon son expression) qui prennent la forme de flashbacks constitués de plans furtifs sur des objets de la chambre de la vieille dame ou de cartes postales anciennes, qui s’intègrent sans nuire à la narration et au rythme du film. La ressortie d’Amour, présenté en mai dernier à Cannes Classics, est ainsi l’occasion de découvrir sur grand écran un film oublié et un cinéaste méconnu.

.

.

.  

  • AMOUR (Szerelem) réalisé par Karoly Makk qui ressort en salles en version restaurée 4K le 21 décembre 2016.
  • Avec : Lili Darvas, Mari Töröcsik, Iván Darvas, Erzsi Orsolya, László Mensáros, Tibor Bitskey, András Ambrus, József Almási, Zoltán Bán, Éva Bányai
  • Scénario : Péter Bacsó, d’après les nouvelles Deux femmes (Két asszony) et Amour (Szerelem) de Tibor Déry 
  • Production :Stúdió 1 de Mafilm, Hungarofilm
  • Photographie : János Toth   
  • Son : Janos Réti
  • Montage : György Sívó
  • Décors : Jozsef Romvari
  • Musique : Andras Mihaly
  • Costumes : Piroska Katona
  • Distribution : Clavis Films
  • Durée : 1h32
  • Sortie initiale : 21 janvier 1971 (Hongrie) – 26 janvier 1972 (France)


Commentaires

A la Une

Une nouvelle bande-annonce pour Le Daim de Quentin Dupieux

Le Daim de Quentin Dupieux, comédie absurde présentée en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs, a dévoilé une nouvelle bande-annonce…. Lire la suite >>

Un premier trailer pour Terminator Dark Fate 

Paramount Pictures a mis en ligne le premier trailer de Terminator Dark Fate, sixième opus de la saga, réalisé par… Lire la suite >>

Aaron Taylor-Johnson et Kenneth Branagh au casting de Tenet de Christopher Nolan 

Aaron Taylor-Johnson et Kenneth Branagh rejoignent le casting de Tenet, nouveau film de Christopher Nolan.       Aaron Taylor-Johnson… Lire la suite >>

[vidéo] À la rencontre de Charlotte Blum pour The Art of Television saison 2

OCS poursuit son exploration des coulisses des séries américaines avec la deuxième saison de The Art of Television réalisée par… Lire la suite >>

De fausses affiches et une lettre aux fans pour Once Upon A Time In Hollywood

Alors que Once Upon A Time In Hollywood sera présenté cette semaine à Cannes, Quentin Tarantino écrit une lettre à ses fans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 NOUS FINIRONS ENSEMBLE 357 301 3 2 307 854
2 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 352 168 2 1 088 742
3 AVENGERS : ENDGAME 338 792 4 6 339 797
4 DOULEUR ET GLOIRE 237 771 1 237 771
5 THE DEAD DON'T DIE 186 806 1 186 806
6 LES CREVETTES PAILLETEES 142 779 2 396 188
7 SEDUIS-MOI SI TU PEUX ! 122 000 1 122 000
8 COLD BLOOD LEGACY : LA MEMOIRE DU SANG 77 596 1 77 596
9 HELLBOY 58 010 2 210 693
10 LA MALEDICTION DE LA DAME BLANCHE 43 421 5 779 786

Source: CBO Box office

Nos Podcasts