Ressortie/ Sweetie de Jane Campion: critique

Publié par Olivier H. Gamas le 29 juillet 2015

Synopsis : Kay a peur de tout : du présent, de l’avenir, de la vie, de la mort. Tout semble s’arranger lorsqu’elle se met en ménage avec Louis, l’ancien fiancé d’une collègue. Mais ce bonheur apparent ne dure qu’un temps et ses angoisses la reprennent. C’est alors qu’apparaît Sweetie, sa jeune sœur, obèse, débraillée et sympathique, qui laisse dans son sillage un énorme nuage d’entropie…

 

♥♥♥♥♥

 

Sweetie - affiche

Sweetie – affiche

Sweetie de Jane Campion reprend les chemins des salles obscures en version restaurée le 2 septembre prochain. L’occasion de (re)découvrir cette œuvre de la cinéaste néo-zélandaise, première femme à avoir remporté une Palme d’or au Festival de Cannes avec La Leçon de Piano en 1993. Sweetie, premier d’une filmographie régulière et maîtrisée, sorti en 1989, est à la fois viscéral et délicat, pétri des obsessions de la réalisatrice dont le fameux point de vue sur les féminités hors-normes est ici déjà pleinement formé. L’opposition entre Kay (Karen Colston), effacée et pleine d’incertitude face à sa sœur, et la cultissime Sweetie (Geneviève Lemon) fonctionne toujours autant et révèle avec efficacité la famille dysfonctionnelle. Outre cette direction d’acteur si particulière, cette lenteur dans l’articulation et cette sensation de formol qui entoure les personnages, les partis pris visuels ne sont pas sans rappeler le David Lynch des années 80 comme Blue Velvet : des compositions, décompositions de cadres recherchées, accompagnées par une photographie bleutée frôlant un surréalisme onirique. Une ode au sensitif et à l’émotionnel des personnages, Sweetie est une tentative de rendre compte, à travers le cinéma, des troubles psychologiques qui affectent et enferment ce personnage exubérant et attachant. Vingt-cinq ans après, l’impact de l’œuvre est intact.

 

Sweetie de Jane Campion

Sweetie de Jane Campion

 

Si par la suite, la réalisatrice s’est illustrée par un propos plus affirmé comme La Leçon de Piano ou In The Cut, il n’en reste pas moins une mise en place déjà quasi complète de ses éléments de prédilection : troubles de la féminité et incertitude du quotidien, ambivalence de la sexualité féminine et notion de contrôle. Le tout servi formellement et de façon impeccable par des choix judicieux à tous les niveaux : écriture, musique, lumière, interprétation et rythme de découpage. Si elle est épaulée fermement par Karen Colston (Kay) et l’ensemble de la distribution, on reste marqués par la performance de Genevieve Lemon, qui a su conférer au personnage toute la complexité de la maladie, entre émotion et énervement, tendresse et dureté. L’expression est éculée, mais l’étrangeté de sa prestation transcende bel et bien l’œuvre qui fit sensation sur la Croisette en 1989. Elle n’a certes pas figuré au palmarès, mais elle fait pourtant partie intégrante aujourd’hui des œuvres qui gardent leur éclat. Il n’y a qu’à ouvrir les yeux pour la découvrir, encore et encore…

 

 

 

  • Ressortie de SWEETIE réalisé par Jane Campion en salles le 2 septembre 2015 en version restaurée.
  • Avec : Genevieve Lemon, Karen Colston, Tom Lycos, Jon Darling, Dorothy Barry, Bronwyn Morgan, Sean Fennell, Sean Callinan, Norm Galton…
  • Scénario : Jane Campion, Gerard Lee
  • Production : John Maynard
  • Photographie : Sally Bongers
  • Montage : Veronika Jenet
  • Décors : Peter Harris
  • Costumes : Amanda Lovejoy
  • Musique : Martin Armiger
  • Distribution : Splendor Films
  • Durée : 1h37
  • Sortie initiale en France : 3 janvier 1990


Commentaires

A la Une

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Christopher Nolan aimerait réaliser un film d’horreur

À l’occasion d’un entretien avec la British Film Institute de Londres, Christopher Nolan, réalisateur d’Oppenheimer, de la trilogie The Dark Knight…

Les 4 Fantastiques : le casting dévoilé et une date de sortie annoncée

Pedro Pascal, Vanessa Kirby, Joseph Quinn et Ebon Moss-Bachrach composeront la nouvelle équipe de super-héros de ce nouvel opus des 4 Fantastiques dans le MCU. 

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BOB MARLEY : ONE LOVE 772 865 1 772 865
2 MAISON DE RETRAITE 2 526 067 1 526 067
3 COCORICO 383 132 2 967 838
4 CHIEN & CHAT 314 952 1 314 952
5 MADAME WEB 207 894 1 207 894
6 LE DERNIER JAGUAR 177 731 2 400 111
7 LA ZONE D'INTERET 130 142 3 535 450
8 DAAAAAALI ! 116 376 2 325 922
9 TOUT SAUF TOI 112 338 4 451 874
10 SANS JAMAIS NOUS CONNAITRE 74 540 1 74 540

Source: CBO Box office

Nos Podcasts