Deauville 2017/ Promised Land de Eugene Jarecki : critique

Publié par Antoine Gaudé le 9 septembre 2017

Synopsis : Au volant de la Rolls-Royce de 1963 d’Elvis Presley, Promised Land nous entraîne dans une balade musicale sur les routes américaines, durant la campagne électorale de 2016; pour essayer de comprendre comment un garçon issu d’une petite ville s’est perdu en chemin puis est devenu le King tandis que son pays, qui fut une démocratie, est devenu Empire.

♥♥♥♥

 

Promised Land - affiche

Promised Land – affiche

Après l’excellent We Blew it de Jean-Baptiste Thoret, le Festival de Deauville offre un second documentaire, Promised Land de Eugene Jarecki, sur l’évolution de l’Amérique des années 1950 à aujourd’hui sous le prisme de l’icône nationale, ou plutôt de la figure tragique, Elvis Presley. Retraçant la vie tourmentée du King à bord de sa Rolls-Royce, Promised Land traverse les lieux et espaces de sa vie (le Tennessee, Memphis, New York, Hollywood, Las Vegas). Il y a quelque chose de terriblement bouleversant à voir l’immense talent gâché par des choix douteux – le caractère faustien de sa rencontre avec le Colonel Parker – et toujours marchandé au prix fort (à la télévision, au cinéma, à Vegas). C’est l’histoire de l’Amérique, celle de la commercialisation et de l’exportation d’un divertissement, d’un rêve américain, d’un mythe, toujours plus artificiel et anachronique. La réappropriation culturelle dont il a été la victime est monnaie courante aux États-Unis. Malgré ses inspirations dans la musique afro-américaine (blues, gospel, soul), classe populaire dont il est pourtant issu, Presley sera trop vite façonné et vendu comme une icône nationale, impeccable sous tous rapports. Il lui sera d’ailleurs reproché de ne pas prendre de position lors du conflit vietnamien contrairement à l’autre figure emblématique, Mohammed Ali. Si des bons moments, il en a eu dans sa vie – sa période musicale chez Sun, Priscilla, son comeback de 1968 –, l’Amérique capitaliste a fini par avoir raison de lui. Avec de prestigieuses interventions, bien qu’élitistes et souvent de gauches (Ethan Hawke, David Simon, Alec Baldwin, Ashton Kutcher, Mike Myers), le documentaire tient un angle d’attaque précis pour lier la déchéance de l’Amérique à la destruction du chanteur. Mais l’interview du King, qui sert de fil conducteur au récit de sa vie et les interventions de ses proches, apportent une autre vision, plus nuancée et ambiguë, sur ce qu’il était vraiment. Le problème de l’Amérique est d’ordre mythologique plus que démocratique, terme trop galvaudé, que les Américains opposent au capitalisme récent. Depuis les années Reagan, elle chante l’Amérique traditionnelle des années 1950, loin pourtant d’être un modèle de vivre-ensemble. Elle écarte les années 1960 et 1970, trop complexes, plurielles et subversives pour faire jaillir un ordre sécuritaire. Elle fantasme depuis toujours sa conquête de l’Ouest alors qu’elle n’est qu’un génocide de plus. Comme le formule très justement André Glucksmann, « dès l’origine, l’Amérique, protestante et capitaliste, a manqué son épopée pour avoir su trop bien chanter Dieu et parler affaires ». L’histoire de l’Amérique, c’est l’histoire d’une fiction criminelle, parfaitement maîtrisée et contenue par un empire dédié à cela, sauf pendant une courte décennie, une révolution culturelle et intellectuelle qui a offert un second regard politique. Mais, heureusement pour eux, depuis longtemps rentré dans le rang, presque oublié.

.

.

.

  • PROMISED LAND
  • Sortie : prochainement
  • Réalisation : Eugene Jarecki
  • Avec : Peter Guralnick, Chuck D., M. Ward, Greil Marcus, Ethan Hawke, David Simon, Alec Baldwin, Ashton Kutcher, Mike Myers…
  • Scénario : Eugene Jarecki
  • Production : Christopher St. John, David Kuhn, Eugene Jarecki, Manuel Chiche
  • Photographie : Etienne Sauret, Tom Bergmann
  • Montage : Simon Barker, Elia Gasull Balada, Alex Bingham, Laura Israel
  • Son : Nikola Chapelle
  • Musique : Robert Miller, Antony Genn, Martin Slattery
  • Distribution : The Jokers / Les Bookmakers
  • Durée : 1h57

.

   

Commentaires

A la Une

Sidney : Première bande-annonce pour le documentaire sur l’acteur Sidney Poitier

Apple TV+ a dévoilé une bande-annonce pour son documentaire sur Sidney Poitier, qui mêle témoignages et images d’archives, retraçant la… Lire la suite >>

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts