Coby de Christian Sonderegger : critique

Publié par CineChronicle le 27 mars 2018

Synopsis : Dans un village au cœur du Middle-West américain, Suzanna, 23 ans, change de sexe. Elle devient un garçon : Coby. Cette transformation bouleverse la vie de tous ceux qui l’aiment. Une métamorphose s’opère alors sous le regard lumineux et inattendu du réalisateur.

 

♥♥♥♥♥

 

Coby - affiche

Coby – affiche

Coby est le premier long-métrage documentaire éclairant de Christian Sonderegger sur le changement de sexe de sa demi-soeur Suzanna à l’âge de 23 ans. Il a été présenté à l’Acid au Festival de Cannes et au FIFF (Festival International du Film Français de Namur) l’année dernière. Ces deux distinctions attestent d’une reconnaissance de toute la profession ayant succombé à son charme tamisé. Le film est en effet très agréable à regarder. Il véhicule de surcroît un message de tolérance riche en nuances. Le spectateur en arrive à regretter sa durée courte (1h20), c’est pourtant toute sa force. Dédramatiser un sujet propice à attiser la polémique comme celui de la transsexualité grâce à un montage des plus talentueux. Des photos de Coby -prénom choisi par Suzanna dans sa chrysalide- en petite fille et ses vidéos postées sur YouTube dès l’adolescence s’invitent dans la narration, douces et drôles réminiscences. L’histoire de Coby, jeune transgenre de l’Ohio, de sexe féminin mais se sentant cérébralement masculin, émeut sans être larmoyante. C’est à partir de ses quinze ans qu’elle se sent de façon irrésistible comme un homme prisonnier dans un corps et un sexe qui ne sont pas les siens. Elle affirme voir quelqu’un d’autre dans le miroir. Ce n’est pas un coup de tête mais une décision à la maturité certaine que cette métamorphose. On passe des régulières injections de testostérone à une double mastectomie jusqu’à la préparation de l’ablation partielle de ses ovaires par mesure de prévention. Coby fait face -toujours rieur cependant et il rend à lui seule le sujet léger- à ces épreuves assumées jusqu’au bout. Il partage ce combat pour ne pas être un autre mais enfin lui-même avec sa compagne de toujours la brune et pulpeuse Sara.

 

Coby

Coby

 

Coby s’accomplit aussi dans sa profession d’ambulancier et son père en est vraiment fier. L’insertion professionnelle réussie d’un transgenre illustre que l’exclusion n’est pas ou plus systématique. Les mentalités changent et les regards en particulier. Coby n’a pas eu à affronter le regard des autres élèves, avec une éducation exclusivement à la maison, mais a dû apprivoiser le regard de son cercle familial le plus restreint : sa mère, sans doute la plus réticente au départ mais qui se délivre peu à peu de sa culpabilité ; son père, à l’esprit plus ouvert mais appelant Coby toujours Suzanna ou Suzy ; son frère (Coby en a deux) qui l’accepte comme un homme dans sa plénitude avec une immédiateté admirable. Il convient de ne pas oublier sa petite amie qui joue un rôle décisif dans sa mue aux multiples étapes. On pourrait croire à une idylle platonique au sein de ce couple. Coby n’a pas le bonheur de pouvoir jouir et faire jouir comme un homme car la greffe du pénis est encore une prouesse chirurgicale rare et complexe. Cependant, les deux amants, à la forte complicité, évoquent sans la moindre fausse pudeur, leur sexualité, réelle, fantasmée, rêvée. On assiste à ce témoignage intime livré par Christian Sonderegger et dont on devine la totale bienveillance lovée derrière sa caméra.

 

Eric Françonnet

 

 

 

  • COBY
  • Sortie salles : 28 mars 2018
  • Réalisation : Christian Sonderegger
  • Avec : Coby, Jacob Hunt, Sara Mound, Ellen Richards-Hunt, Willard Hunt,  Andrew Hunt,…
  • Scénario : Christian Sonderegger
  • Production : Moïra Chappedelaine Vautier
  • Photographie : Georgi Lazarewski
  • Montage : Camille Toubkis
  • Musique : Christian Sonderegger, Florent Lavallée, Olivier Laurent
  • Distribution : Epicentre Fims
  • Durée : 1h18

 

Commentaires

A la Une

César 2023 : La liste des nommés

Les nominations de la 48e cérémonie des César font la part belle à L’Innocent et à La Nuit du 12,… Lire la suite >>

Les nommés aux Oscars 2023

C’est ce mardi 24 janvier que l’Académie des Oscars a révélé sa sélection pour sa 95e cérémonie. Grand favori de… Lire la suite >>

Une série sur Buster Keaton en préparation avec Rami Malek, par le réalisateur de The Batman

Un projet de série sur la vie de Buster Keaton réalisé par Matt Reeves, avec Rami Malek dans le rôle-titre,… Lire la suite >>

Tron 3 : Un nouveau film en route avec Jared Leto et le réalisateur de Maléfique 2

Après une première tentative de suite à Tron : L’Héritage par Joseph Kosinski, Disney confirme la mise en chantier de… Lire la suite >>

Mort de Gina Lollobrigida (1927-2023)

L’actrice italienne star des années 1950 nous a quittés ce 16 janvier 2023 à l’âge de 95 ans.    … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 AVATAR : LA VOIE DE L'EAU 719 221 6 8 388 607
2 BABYLON 508 796 1 508 796
3 LA GUERRE DES LULUS 200 047 1 200 047
4 TIRAILLEURS 176 551 3 914 457
5 LE CHAT POTTE 2 : LA DERNIERE QUETE 148 313 7 2 465 668
6 LE CLAN 101 291 1 101 291
7 LES CYCLADES 96 097 2 266 479
8 YOUSSEF SALEM A DU SUCCES 72 216 1 72 216
9 LES BANSHEES D'INISHERIN 50 952 4 321 624
10 L'EMPRISE DU DEMON 48 248 2 133 316
11 L'IMMENSITA 46 659 2 138 565
12 FESTIVAL CINEMA TELERAMA (2023) 38 554 1 38 554
13 M3GAN 37 969 4 452 376
14 TEMPETE 33 534 5 668 886
15 NOSTALGIA 23 642 3 132 148
16 CARAVAGE 22 258 4 239 990
17 NOS SOLEILS 20 951 1 20 951
18 LA CONSPIRATION DU CAIRE 20 533 13 518 626
19 TERRIFIER 2 19 362 2 53 451
20 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 19 109 11 3 634 550

Source: CBO Box office

Nos Podcasts