Red Sparrow de Francis Lawrence : critique

Publié par Camille Carlier le 3 avril 2018

Synopsis : Une jeune ballerine, dont la carrière est brisée nette après une chute, est recrutée contre sa volonté par les services secrets russes. Entraînée à utiliser ses charmes et son corps comme des armes, elle découvre l’ampleur de son nouveau pouvoir et devient rapidement l’un de leurs meilleurs agents. Sa première cible est un agent infiltré de la CIA en Russie. Entre manipulation et séduction, un jeu dangereux s’installe entre eux.

♥♥♥♥

 

Red Sparrow - affiche

Red Sparrow – affiche

Trois ans après avoir signé le volet final de la saga Hunger Games, Francis Lawrence met de nouveau Jennifer Lawrence en scène dans un film d’espionnage au scénario ciselé. Celui-ci est adapté d’un roman de Jason Matthews, ancien agent de la CIA et expert du contre-terrorisme. À l’instar du livre, le film suit l’histoire de deux agents de camps opposés. L’Américain Nate Nash (Joel Edgerton), en mission sur le sol russe pour l’Intelligence Central Agency, et Dominika Egorova, ancienne ballerine du Bolchoï recrutée par son oncle Vanya (Matthias Schoenaerts), membre du SVR, les services de renseignements extérieurs de la Russie. Tout du long les deux destins s’opposent –elle, nous apparaît sous le feu des projecteurs et lui, dans l’ombre d’un parc- se superposent et se croisent pour un jeu de miroir trouble où les objectifs de chacun ne semblent plus aussi clairement définis et ce, jusqu’au savoureux et cathartique twist final. De bout en bout, Red Sparrow surprend sans tomber dans les lieux communs du genre. Le rôle de Dominika est taillé pour Lawrence, qui interprète une héroïne dotée d’un sixième sens, lui permettant de voir clair dans le jeu de ses opposants. Tout au long de sa formation –lors d’un séjour en camp assez marquant-, Dominika doit apprendre à se détacher de ses propres émotions pour comprendre et devenir « la pièce manquante » chez chaque individu.

 

Red Sparrow - affiche

Red Sparrow – affiche

 

Si dans le roman, l’agent Egorova est synesthète –les émotions des gens lui apparaissent sous forme de halos colorés-, dans le film, elle n’en reste pas moins un être d’exception, au sang-froid effrayant. Manipulée, humiliée et torturée, elle endure encore et encore et se révèle peu à peu à elle-même. D’une innocente danseuse à la froide séductrice patriote qu’un tempérament stratège empêche à la docilité totale, Dominika a toujours une longueur d’avance sur les autres. La prestation de Joel Edgerton est juste, à l’instar de Matthias Schoenaerts, qu’on peine pourtant à imaginer en oncle de Jennifer Lawrence. Il ne s’agit pas là d’une histoire d’amour entre deux espions ennemis. Red Sparrow n’a rien du romantisme d’un Alliés de Zemeckis, sorti en 2016, ou encore de Mr. And Mrs. Smith de Doug Liman. Certes les protagonistes demeurent perturbés l’un par l’autre, mais ils le sont d’avantage à cause du manque cruel d’affection auquel leur activité les soumet. Dans un climat où le sexe est réduit à un moyen de prendre l’ascendant, soumettre ou manipuler « Ton cops appartient à l’État » comme loi pour Dominika- et où accorder sa confiance n’est pas une option, il est touchant que le besoin de tendresse survienne entre eux, comme un atavisme millénaire. La dualité reste cependant filée tout au long du film tandis que l’on commute d’un avis à l’autre quant au dénouement.

 

Jennifer Lawrence et Joel Edgerton - Red Sparrow

Jennifer Lawrence et Joel Edgerton – Red Sparrow

 

Mention spéciale à la musique, composée par James Newton Howard, qui a travaillé entre autres sur la trilogie Batman de Christopher Nolan, aux côtés de Hans Zimmer. Celle-ci se fait majestueuse et accompagne une action qui prend place dans les décors froids de Budapest à Moscou. Red Sparrow est une belle réussite grâce à son scénario incisif, qui mène le raisonnement du spectateur dans tous les sens, entre patriotisme et épanouissement personnel mais également et surtout grâce à son premier rôle. À l’été 2017, David Leitch avait bousculé les salles avec Atomic Blonde, présentant Lorraine Broughton, une espionne anglaise décapante à la très bonne interprétation de Charlize Theron. Dominika Egorova vient donc remplir les rangs d’héroïnes plus que badass, qui prennent source dans la littérature et la bande dessinée pour une écriture pertinente. 

 

 

 

  • RED SPARROW
  • Sortie salles : 4 avril 2018
  • Réalisation : Francis Lawrence
  • Avec : Jennifer Lawrence, Joel Edgerton, Matthias Schoenaerts, Charlotte Rampling, Mary-Louise Parker, Ciaran Hinds, Joely Richardson, Jeremy Irons,…
  • Scénario : Justin Haythe, Jason Matthews, d’après son roman
  • Production : Peter Chernin, Ildiko Kemeny
  • Photographie : Jo Willems
  • Montage : Alan Edward Bell
  • Décors : Adam Berces, Zoltan Frank, Sophie Phillips
  • Costumes : Trish Summerville
  • Musique : James Newton Howard
  • Distribution : 20th Century Fox
  • Durée : 2h20


Commentaires

A la Une

Twin Peaks : Kyle MacLachlan propose aux fans de fêter les 30 ans de la série avec lui

Le confinement n’empêchera pas les adeptes de Twin Peaks de se réunir pour fêter les trente ans de sa première… Lire la suite >>

J.K. Rowling lance « Harry Potter at Home », une plateforme pour occuper les enfants

La célèbre autrice britannique propose aux parents un site éducatif centré sur l’univers de Poudlard et ses sorciers, pour apprendre… Lire la suite >>

Le remake de Candyman écrit par Jordan Peele sortira à l’automne 2020

Le retour du terrible Candyman sur grand écran devra attendre septembre prochain.       Il va falloir patienter pour… Lire la suite >>

Call Me By Your Name : le réalisateur confirme la suite avec le casting du premier film au complet

La pépite aux allures de dolce vita oscarisée pour son scénario en 2018, va bien connaître une suite sur grand… Lire la suite >>

Hollywood : premières images de la minisérie Netflix de Ryan Murphy

La nouvelle série progressiste du créateur de Glee et American Horror Story sera consacrée à un groupe de talents dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts