Cannes 2018 / Guy de Alex Lutz : critique

Publié par Cyril Perraudat le 17 mai 2018

Synopsis : Gauthier, un jeune journaliste, apprend par sa mère qu’il serait le fils illégitime de Guy Jamet, un artiste de variété française ayant eu son heure de gloire entre les années 60 et 90. Celui-ci est justement en train de sortir un album de reprises et de faire une tournée. Gauthier décide de le suivre, caméra au poing, dans sa vie quotidienne et ses concerts de province, pour en faire un portrait documentaire.

♥♥♥♥♥

 

Guy - affiche

Guy – affiche

Trois ans après Le Talent de mes amis, Alex Lutz livre son second long métrage, présenté en clôture de La Semaine de la Critique, qui a livré son palmarès couronnant Diamantino de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt du Grand Prix Nespresso. Dans ce faux documentaire, Lutz se met également en scène, grimé en vieux chanteur populaire à la gloire passée, nommé Guy Jamet. Un jeune homme vient tourner un documentaire sur lui, motivé par les mots de sa mère lui ayant assuré qu’il serait son géniteur. L’acteur-réalisateur donne ici de sa personne devant la caméra, incarnant avec justesse cet artiste au crépuscule de sa carrière, corrigeant sa voix pour se donner un ton plus grave, le tout avec un maquillage appliqué qui en fait un personnage crédible à l’écran. L’aspect documentaire, caméra au poing, est soigné et jamais brouillonne. Alex Lutz y insère de nombreux faux clips musicaux de l’époque des yéyés au format 4/3, et son grain qui va avec, pour lui conférer un véritable charme à l’ancienne. Il a fait appel aux compositeurs Vincent Blanchard et Romain Greffe pour composer les chansons fictives qui aident à l’immersion. Celle-ci est d’autant plus renforcée par l’apparition de nombreuses personnalités du showbiz actuel (chanteurs, animateurs TV ou radio) qui donnent profondeur à la vie d’artiste de renom. Ce vieil homme, capable de débiter des répliques bien senties, s’avère touchant. Avec nostalgie et bienveillance, le film évoque à travers lui le destin de ces anciennes gloires. Le récit traite du temps qui passe, des souvenirs, de la vieillesse, de l’aigreur ainsi que de l’infini mélancolie d’une époque révolue. Alex Lutz est de tous les plans mais laisse malgré tout exister Pascale Arbillot dans le rôle de la fille du héros, actrice de série, et Nicole Calfan en attachée de presse aux petits soins.

 

 

 

  • GUY
  • Sortie salles : 29 août 2018
  • Réalisation : Alex Lutz
  • Avec : Alex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot, Brigitte Roüan, Dani, Nicole Calfan, Elodie Bouchez, Stephan Wojtowicz, Sarah Suco, Patrick de Valette
  • Scénario : Alex Lutz, Thibault Segouin, Anaïs Deban
  • Production : Oury Milshtein, Marine Bertrand, Estelle Cotte
  • Photographie : Mathieu Le Bothlan
  • Montage : Alexandre Donot, Alexandre Westphal
  • Décors : Pascal Le Guellec
  • Costumes : Amandine Cros
  • Musique : Vincent Blanchard, Romain Greffe
  • Distribution : Apollo Films
  • Durée : 1h41

 

Commentaires

A la Une

Trailer de High Flying Bird réalisé par Steven Soderbergh pour Netflix

La bande annonce de High Flying Bird, nouveau film Netflix signé Steven Soderbergh, primé aux Oscars pour Traffic, plonge le… Lire la suite >>

Anne Hathaway dans The Witches de Robert Zemeckis

Anne Hathaway jouera dans The Witches, seconde adaptation du roman pour enfants publié par Roald Dahl en 1983, sous la… Lire la suite >>

Un teaser pour Ghostbusters 3 réalisé par Jason Reitman 

Trente cinq ans après son père, le réalisateur In the Air et Juno revisite la chasse aux fantômes. Les premières… Lire la suite >>

Sofia Coppola et Bill Murray réunis pour On the Rocks

La réalisatrice Sofia Coppola et l’acteur Bill Murray vont se retrouver, seize ans après le succès de Lost in Translation,… Lire la suite >>

Tom Cruise et Christopher McQuarrie préparent deux nouveaux Mission Impossible

Après le succès de Mission : Impossible — Fallout, qui a rapporté plus de 791 millions de dollars, Christopher McQuarrie… Lire la suite >>

Écoutez nos Podcasts

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 CREED II 832 553 1 832 553
2 LES INVISIBLES 384 239 1 384 239
3 AQUAMAN 268 091 4 2 906 326
4 EDMOND 247 500 1 247 500
5 MIA ET LE LION BLANC 150 392 3 1 114 846
6 ASTERIX - LE SECRET DE LA POTION MAGIQUE 143 796 6 3 612 760
7 BOHEMIAN RHAPSODY 134 063 11 4 059 510
8 LE RETOUR DE MARY POPPINS 111 803 4 1 423 581
9 BUMBLEBEE 111 016 3 1 021 962
10 UNE AFFAIRE DE FAMILLE 88 386 5 663 468

Source: CBO Box office