Cannes 2018 / Yomeddine de Abu Bakr Shawky : critique

Publié par Cyril Perraudat le 10 mai 2018

Synopsis : Beshay, lépreux aujourd’hui guéri, n’avait jamais quitté depuis l’enfance sa léproserie, dans le désert égyptien. Après la disparition de son épouse, il décide pour la première fois de partir à la recherche de ses racines, ses pauvres possessions entassées sur une charrette tirée par son âne. Vite rejoint par un orphelin nubien qu’il a pris sous son aile, il va traverser l’Egypte et affronter ainsi le Monde avec ses maux et ses instants de grâce dans la quête d’une famille, d’un foyer, d’un peu d’humanité…

♥♥♥♥♥

 

Yomeddine - affiche

Yomeddine – affiche

Abu Bakr Shawky a eu les honneurs d’une sélection en compétition au Festival de Cannes. Une distinction déjà forte pour un premier long métrage sympathique à défaut d’être exceptionnel. En invitant le spectateur aux côtés d’un lépreux à la recherche de son ascendance, le réalisateur égyptien livre un road-trip plaisant et empli d’humanité, mais sans doute un peu trop connoté feel-good movie pour se démarquer véritablement. En résulte une recette qui fait son office malgré tout. À commencer par les acteurs épatants, tous pour la plupart non professionnels. Rady Gamal, qui tient le rôle principal, marque indubitablement les esprits et arbore un jeu naturel et réaliste parfaitement désarmant. Les péripéties et le rythme s’enchaînent sans temps mort. Le film nous embarque ainsi facilement dans cette histoire articulée autour de l’acceptation des différences, d’abord les siennes, et de l’obligation de se protéger de la cruauté du monde extérieur qui s’avère quasi-incontournable. Yomeddine est rythmé par une musique solaire et entraînante signée Omar Fadel, qui maintient le spectateur dans une atmosphère proche de celle du conte. Il souffre néanmoins de certains défauts inhérents aux premiers films. Son scénario trop linéaire et téléguidé, sans surprise notable, défile ainsi d’un point A à un point B sans anicroches. On anticipe rapidement les événements à venir. Si Yomeddine peut paraître gentiment naïf, son traitement du handicap et de la maladie reste sincère et donne espoir et sourire aux lèvres. Et c’est peut-être finalement sa réussite.

 

  • Notes de la rédaction cannoise
  • Philippe Descottes ♥♥♥♥♥
  • Nathalie Dassa ♥♥♥♥♥

 

 

  • YOMEDDINE
  • Sortie salles : indéterminé
  • Réalisation : Abu Bakr Shawky
  • Avec : Rady Gamal, Ahmed Abdelhafiz, Shahira Fahmy, Mohamed Abd El Azim, Osama Abdallah, Shehab Ibrahim
  • Scénario : Abu Bakr Shawky
  • Production : Dina Emam
  • Photographie : Federico Cesca
  • Montage : Erin Greenwell
  • Décors : Laura Moss
  • Musique : Omar Fadel
  • Distribution : Le Pacte
  • Durée : 1h37

 

Commentaires

A la Une

L’actrice et chanteuse Olivia Newton-John est décédée à l’âge de 73 ans

La célèbre interprète de Sandy Olsson dans la comédie musicale Grease a poussé son dernier souffle des suites d’un long… Lire la suite >>

L’Exorciste : Le producteur Jason Blum donne des nouvelles du remake

À l’occasion du Festival international du film de Locarno où il devrait recevoir le prix du Meilleur producteur indépendant, Jason… Lire la suite >>

Les femmes prennent de l’importance dans les films de mafieux

Alors que Prime Vidéo a récemment sorti l’intégralité des épisodes de Bang Bang Baby, de nombreux films et séries utilisent… Lire la suite >>

White Noise : Adam Driver dans la comédie noire du réalisateur de Marriage Story

Le prochain film de Noah Baumbach, sur une terrifiante et hilarante famille américaine d’aujourd’hui, avec Adam Driver, aura droit à… Lire la suite >>

The Veil : Elisabeth Moss à la tête de la nouvelle série du créateur de Peaky Blinders

Alors que la saison 5 de The Handmaid’s Tale est attendue pour la rentrée, l’actrice Elisabeth Moss est annoncée dans… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BULLET TRAIN 460 136 1 460 136
2 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 251 426 5 3 145 264
3 THOR : LOVE AND THUNDER 250 210 4 2 379 227
4 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 222 730 2 556 091
5 TOP GUN : MAVERICK 165 278 11 5 877 276
6 DUCOBU PRESIDENT ! 132 886 4 870 163
7 MENTEUR 109 332 4 694 419
8 L'ANNEE DU REQUIN 79 534 1 79 534
9 LA NUIT DU 12 54 557 4 296 044
10 JOYEUSE RETRAITE 2 52 910 3 300 700

Source: CBO Box office

Nos Podcasts