Alita : Battle Angel de Robert Rodriguez : critique

Publié par CineChronicle le 13 février 2019

Synopsis : Lorsque Alita se réveille sans aucun souvenir de qui elle est, dans un futur qu’elle ne reconnaît pas, elle est accueillie par Ido, un médecin qui comprend que derrière ce corps de cyborg abandonné, se cache une jeune femme au passé extraordinaire. Ce n’est que lorsque les forces dangereuses et corrompues qui gèrent la ville d’Iron City se lancent à sa poursuite qu’Alita découvre la clé de son passé – elle a des capacités de combat uniques, que ceux qui détiennent le pouvoir veulent absolument maîtriser. Si elle réussit à leur échapper, elle pourrait sauver ses amis, sa famille, et le monde qu’elle a appris à aimer.

♥♥♥♥♥

 

Alita Battle Angel - affiche

Alita Battle Angel – affiche

L’adaptation du célèbre manga japonais Gunnm a dû s’armer de patience pour voir le jour sur nos écrans. Dans les petits papiers de James Cameron depuis les années 2000, le projet n’a cessé d’être repoussé et le réalisateur de Terminator a fini par confier la mise en scène à Robert Rodriguez. Cameron a co-écrit le scénario et produit, mais n’étant pas une machine, il a dû trancher et se consacre désormais à la réalisation des suites d’Avatar. Fort de son budget de quelques 200 millions de dollars, la première chose qui impressionne dans Alita, c’est son univers. Les rues sont foisonnantes, chaque individu qui les arpente semble avoir sa propre histoire et la direction artistique multiplie les influences multi-culturelles. Visuellement, on a affaire à du cyberpunk haut de gamme. Les années de pré-production n’ont pas été vaines et Alita ne ressemble en rien à un film de commande cynique. On retrouve le thème constant chez Cameron de la transformation du corps. Dans Terminator, il s’agissait du corps invincible. À travers Titanic, on constatait à quel point le temps avait marqué le visage angélique de Rose. Puis Avatar abordait la transcendance de l’enveloppe corporelle. Ici, le corps d’Alita représente le prolongement de son être. L’androïde ne pourra retrouver sa véritable identité tant qu’elle ne sera pas en osmose avec son être propre. On peut être dubitatif quant à l’utilisation de la motion capture sur le visage de Rosa Salazar, elle n’en reste pas moins remarquable.

 

Alita Battle Angel

Alita Battle Angel

 

Le personnage d’Alita brille par son humanité. Son émerveillement enfantin à la vue de Iron City se révèle contagieux et comme elle, on est subjugué par cette ville recelant de vie. Mais à l’image d’Alita, notre innocence trouve ses limites à mesure que l’histoire se déroule. Quelques dialogues viennent entacher le tableau. En conteur humaniste, James Cameron a toujours privilégié des messages frontaux et universels dans ses films. L’émotion avait pour habitude de prendre le pas sur la mièvrerie mais ici, certaines scènes fricotent avec les clichés d’un peu trop près. On pense surtout à l’amourette entre Alita et Hugo. Il s’agit là d’une androïde guerrière et d’un loubard des bas-fonds, mais quand ils ne sont pas en train de manger du chocolat ou de faire du roller, on se surprend à prédire certaines de leurs tirades. Leur relation est le fil conducteur de la trame narrative et elle mériterait un peu plus de piquant. Les qualités de la mise en scène de Rodriguez parviennent à refaire surface à travers les scènes de combats, effrénées mais lisibles. Elles réussissent à retranscrire l’énergie des mangas grâce à un découpage ciselé et une caméra virtuelle affranchie de toute contrainte physique.

 

Alita Battle Angel

Alita Battle Angel

 

Néanmoins, comme on pouvait s’y attendre, la violence extrême de l’œuvre originale a été contenue pour entrer dans le carcan PG-13. On comprend qu’avec un tel budget, se couper d’un jeune public représente un manque à gagner colossal, mais certains des thèmes d’Alita sont d’une noirceur telle qu’ils ne devraient pas être traités de façon édulcorée. En dépit d’un casting de haute volée, les antagonistes manquent de férocité, de vilénie. On pense notamment à Mahershala Ali dont on connaît le jeu habituellement contrasté et qui interprète ici un ennemi trop unilatéral pour être mémorable. Le montage trop fonctionnel ne permet pas de mettre en exergue la complexité et les enjeux de tous les personnages. Et ce n’est pas la bande originale de Junkie XL qui va nuancer la dynamique car elle se révèle trop omniprésente. Si les adaptations de mangas cultes par le cinéma américain ont jusqu’ici été très lissées (Ghost in the Shell), on ne boudera toutefois pas notre plaisir avec le fun et les scènes épiques qui affluent. Et à défaut de se hisser vers le Zalem des blockbusters, Alita demeure un réjouissant divertissement.

 

Robin Plomb

 

 

 

  • ALITA : BATTLE ANGEL
  • Sortie salles : 13 février 2019
  • Réalisation : Robert Rodriguez
  • Avec : Rosa Salzar, Christoph Waltz, Jennifer Connelly, Mahershala Ali, Keean Johnson, Ed Skrein, Jackie Earle Haley, Lana Condor, Jorge Lendeborg Jr., Eiza Gonzalez
  • Scénario : Robert Rodriguez, James Cameron, Laeta Kalogridis
  • Production :  James Cameron, Jon Landeau
  • Photographie :  Bill Pope
  • Montage :  Stephen E. Rivkin
  • Décors :  Steve Joyner, Martin Laing
  • Costumes : Nina Proctor
  • Musique :  Junkie XL
  • Distribution : 20th Century Fox
  • Durée : 2h02
  • Site officiel du film 

 

Commentaires

A la Une

La garde-robe d’Olivia Newton-John dans Grease mise aux enchères

La garde-robe de scène et de cinéma d’Olivia Newton-John, star de la comédie musicale Grease de 1978, sera mise aux… Lire la suite >>

West Side Story : première image du remake de Steven Spielberg

Le remake de West Side Story a révélé son premier visuel. Steven Spielberg produit et met actuellement en scène l’adaptation… Lire la suite >>

Le cinéaste et metteur en scène italien Franco Zeffirelli s’est éteint à l’âge de 96 ans

Réalisateur, metteur en scène de nombreux opéras filmés et héritier de Visconti, Franco Zeffirelli est décédé samedi à Rome à… Lire la suite >>

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MEN IN BLACK : INTERNATIONAL 336 892 1 336 892
2 X-MEN : DARK PHOENIX 268 514 2 958 394
3 PARASITE 231 685 2 608 527
4 ALADDIN 215 002 4 1 840 791
5 ROXANE 138 925 1 138 925
6 ROCKETMAN 99 810 3 584 301
7 GRETA 77 019 1 77 019
8 MA 75 340 2 236 238
9 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 71 335 3 594 768
10 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 71 118 3 441 163

Source: CBO Box office

Nos Podcasts