Ressortie / WarGames de John Badham : critique

Publié par CineChronicle le 25 février 2019

Synopsis : David Lightman est plus intéressé par son ordinateur que par ses études, ce qui ne l’inquiète pas puisqu’il se sait capable de modifier lui-même ses notes en agissant sur l’ordinateur de l’école. Un jour, en cherchant à percer le code d’accès d’un nouveau jeu vidéo, il se branche accidentellement sur l’ordinateur du département de la Défense qui prend au sérieux ce qui n’était au départ qu’un jeu…  

♥♥♥♥♥

 

WarGames - affiche

WarGames – affiche

Alors que le revival 80´s continue de battre son plein sur nos écrans avec dernièrement Bumblebee et le retour imminent de Stranger Things (saison 3), il est bon de revenir aux fondamentaux de cette imagerie pop. Avec la ressortie en salles de WarGames de John Badham en 4K, plongeons de nouveau au cœur de l’époque pas si lointaine où le 8 bits était roi. En 83, deux ans avant Terminator, WarGames abordait déjà la confrontation entre l’Homme et la machine sur fond de menace nucléaire. Nous étions alors en pleine Guerre froide et les peurs qui nourrissaient le cinéma étaient bien réelles. Il serait néanmoins malavisé de limiter WarGames à son époque. En le (re)découvrant aujourd’hui, on se rend compte à quel point il était précurseur ; le film de Badham, inspiré d’un fait réel survenu en 1979 aux États-Unis, demeure un des premiers à faire du hacking sa thématique principale. La mise en scène reste classique mais elle rend limpide et dynamique une histoire des plus abstraites. Si quelques piratages du personnage de David peuvent prêter à sourire car ils semblent trop simples ou peu crédibles, le scénario se rapproche de ce qu’il était possible de faire en termes d’intrusion informatique. Il renvoie d’ailleurs à des problématiques toujours très actuelles : fuites de données, cyber-criminalité et intelligence artificielle. 

 

Matthew Broderick et Ally Sheedy - WarGames

Matthew Broderick et Ally Sheedy – WarGames

 

Le jeune hacker est campé par Matthew Broderick que l’on retrouvera quelques années plus tard dans le désormais culte La folle journée de Ferris Bueller. En ado impertinent et cool, son rôle ne diffère que peu de celui de Ferris, mais cela reste une des grandes qualités de WarGames : le protagoniste a beau être geek, il n’est pas pour autant asociale ou fermé au monde extérieur. Son objectif premier se résume d’ailleurs à charmer sa voisine de classe Jennifer avec ses prouesses informatiques. On regrettera que cette dernière ne serve que de faire-valoir dans la plupart de ses scènes afin que le spectateur novice, comme elle, comprenne bien le processus des piratages. Le duo tient toutefois la route et insuffle une empathie nécessaire à l’histoire. Au-delà de cette bluette légère se dessinent des enjeux plus complexes car à l’instar d’un Docteur Folamour, WarGames aborde frontalement la paranoïa de l’attaque soviétique. Le sujet à beau être traité avec un certain cynisme, on a tout de même du mal à comprendre comment le département de la défense américaine peut aussi peu connaître ses ordinateurs et ne pas parvenir à distinguer une simulation d’une véritable attaque.

 

WarGames

WarGames

 

D’un point de vue thématique, l’humain dépassé par sa propre technologie s’avère toujours pertinent mais ici, un tel niveau d’incompétence prête aussi à sourire. Le protagoniste passe le plus clair de son temps à essayer de raisonner des militaires voulant contrer une menace fictive qu’il a lui-même provoquée. Avec le recul, cela donne des enjeux plutôt faibles. Heureusement, le climax et son découpage ciselé parviennent à maintenir une tension constante dans le dernier acte. David confronte cette IA sur un écran géant et va user de sa rationalité profondément humaine pour la faire tomber dans son propre piège. La morale finale énoncée par l’IA arrive à point nommé et rappelle que derrière les écrans et les statistiques, les gouvernements mettent de véritables vies humaines en « jeu ». Après avoir réalisé le premier film disco avec La fièvre du samedi soir, John Badham peut se targuer d’avoir réalisé un des premiers bons films sur les geeks.

 

Robin Plomb

 

 

 

  • WARGAMES
  • Ressortie salles : 27 février 2019
  • Version restaurée
  • Réalisation : John Badham
  • Avec : Matthew Broderick, Ally Sheedy, Dabney Coleman, John Wood, Barry Corbin, Juanin Clay, Kent Williams, Dennis Lipscomb, Joe Dorsey, Irving Metzman… 
  • Scénario : Lawrence Lasker, Walter F. Parkes
  • Production : Harold Schneider
  • Photographie : William A. Fraker
  • Montage : Tom Rolf
  • Décors : Angelo P. Graham
  • Costumes : Barry F. Delaney
  • Musique : Arthur B. Rubinstein
  • Distribution :  Swashbuckler Films
  • Durée : 1h51
  • Sortie initiale : 3 juin 1983 (États-Unis) – 14 décembre 1983 (France)

 

Commentaires

A la Une

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts