Monsieur Link de Chris Butler : critique 

Publié par Sévan Lesaffre le 16 avril 2019

Synopsis : Monsieur Link est une créature surprenante, étonnamment intelligente et surtout incroyablement attachante. Dernier vestige de l’évolution humaine et unique représentant de son espèce, Monsieur Link se sent seul. Pour l’aider à retrouver ses parents éloignés, il approche l’explorateur Sir Lionel Frost, le plus grand spécialiste des mystères et des mythes. Accompagnés par l’aventurière Adelina Fortnight qui possède l’unique carte qui leur permettra d’atteindre leur destination secrète, ils se lancent dans une odyssée à travers le monde.

 

♥♥♥♥♥

 

Monsieur Link - affiche

Monsieur Link – affiche

Au XIXème siècle, un aventurier anglais aide un Sasquatch de l’Amérique, considéré par la science comme le chaînon manquant, à retrouver ses semblables, les Yétis de l’Himalaya. Chris Butler (L’Étrange pouvoir de NormanKubo et l’Armure magique) s’adresse ici aux amoureux des monstres attachants et nous conte l’histoire de Monsieur Link, sorte de singe immense parti à la recherche des siens. Avec ses deux mètres quarante et ses trois cent kilos au compteur, l’attachante et naïve montagne de poils aux allures de Yéti roux se sent bien seule. Accompagné de l’illustre et so british explorateur Sir Lionel Frost —sur la piste du Sasquatch—, cet étrange mammifère se lance alors dans un trépidant périple pour essayer de retrouver des membres de son espèce disparue. Adelina, beauté exotique, possède quant à elle la carte qui permettra aux deux héros d’atteindre leur destination secrète. Cette fable burlesque, désopilante et techniquement irréprochable, portée en VF par les voix d’Éric Judor (le mélancolique Link) et de Thierry Lhermitte (l’infatigable Frost, obsédé par les mythes et les légendes fantastiques), aborde notamment les thèmes de la tolérance et de la confiance en soi. L’animation en stop-motion dans le style de CoralineLes Boxtrolls ou encore Kubo et l’Armure magique est un pur délice. Malgré quelques défauts concernant le scénario, dont une intrigue convenue, un récit plutôt linéaire dans le déploiement classique des péripéties et un épilogue rocambolesque et un méchant assez caricatural (Lord Piggot-Dunceby), on apprécie la fantaisie, la chatoyante palette de couleurs, la beauté des paysages et des décors, ainsi que la dynamique insufflée par Monsieur Link tout en regrettant que Chris Butler n’ait pu creuser davantage les sentiments de ses protagonistes.

 

Monsieur Link

Monsieur Link

 

L’aventure —qui au passage séduira les plus jeunes— située à l’époque victorienne, est donc moins poétique, moins inventive qu’à l’accoutumée. Pourtant, tout au long de cette expédition à la Jules Verne mise en musique par Carter Burwell (Ave César !Le Fondateur3 Billboards – Les Panneaux de la vengeance), le spectateur, amusé, est amené à réfléchir sur cette mise en abyme de la chasse et la cruauté de l’homme à l’égard du Sasquatch. Les clins d’œil ne manquent pas et enrichissent agréablement le récit : il reconnaîtra notamment le monstre du Loch Ness, La création d’Adam de Michel-Ange —détail du plafond de la Chapelle Sixtine—, ou les répliques de Thierry Lhermitte dans Le Père Noël est une ordure (« C’est cela oui ») et d’Éric Judor (« C’est de toute beauté ») dans La Tour Montparnasse infernale.

 

On se réjouit des bonnes idées qui jalonnent ce Monsieur Link telles que la parodie du monde civilisé, s’opposant à l’harmonie de la nature, qui tourne ici au western, le pastiche du traditionnel film d’aventures, la touche d’humour (Adeline refusant le baiser hollywoodien final, par exemple) ou encore le message environnemental. La différence contribue à la beauté du monde comme l’illustre cette nouvelle production des studios Laika. Une odyssée familiale colorée, rythmée, cosmopolite, drôle et touchante. Un bon divertissement.

 

 

 

  • MONSIEUR LINK (Missing Link)
  • Sortie : 17 avril 2019
  • Réalisation : Chris Butler
  • Avec les voix américaines : Hugh Jackman, Zach Galifianakis, Zoe Saldana, Emma Thompson, Timothy Olyphant, David Walliams, Stephen Fry, Matt Lucas, Amrita Acharia, Ching Valdés-Aran
  • Scénario : Chris Butler
  • Production : Arianne Sutner, Travis Knight
  • Photographie : Chris Peterson
  • Montage : Stephen Perkins
  • Décors : Nelson Lowry
  • Costumes : Deborah Cook
  • Musique : Carter Burwell
  • Distribution : Metropolitan FilmExport
  • Durée : 1h32

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts