Roger Carel, véritable légende du doublage, s’est éteint à 93 ans

Publié par Jacques Demange le 19 septembre 2020
Roger Carel

Roger Carel

Disparu le 11 septembre 2020, Roger Carel interpréta les voix de certains des plus grands personnages du cinéma et de la télévision. Hommage à cet inimitable acteur et à ses multiples avatars.

 

 

 

Roger Carel

Roger Carel

Du serpent Kaa du Livre de la jungle à Astérix, en passant par Winnie l’ourson, Mickey, Kermit, C-3PO, l’irrévérencieux Fritz le chat, ou le fantasque (mais sage) Maestro de l’émission télévisée Il était une fois  l’art polyphonique de Roger Carel, né le 14 août 1927 à Paris, traversa registres, timbres et genres pour bercer des générations entières.

 

Comédien de théâtre (quelque trente pièces entre 1949 et 1979), figurant ou second rôle spécialisé dans le cinéma populaire (Ophélia de Chabrol ; Une veuve en or et Elle cause plus… elle flingue de Michel Audiard ; Le Grand Bazar de Zidi ; Papy fait de la résistance de Poiré ; Les Mille et Une Nuits de Philippe de Broca ; Mon homme de Blier pour sa dernière apparition sur le grand écran en 1996), Carel fut d’abord un homme de l’ombre.

 

À l’heure des plateformes VOD où les doublages font les frais d’une logique concurrentielle qui impose une rapidité d’exécution, Carel prônait une méthodologie fondée sur l’interprétation. Le doubleur rappelait l’importance de voir les films avant l’enregistrement et de bien analyser l’identité du personnage afin de pouvoir conférer une certaine cohérence à sa personnification vocale.

 

C’est cette stratégie, rodée depuis le début des années 1960, qui fait le prix de ses plus célèbres doublages. Le timbre suraigüe de Mickey, la voix nasale de Jerry Lewis, ou le débit haletant de Jack Lemmon, assurent la réussite d’une démarche qu’on retrouve chez ses plus dignes héritiers (parmi lesquels Richard Darbois ou Christophe Lemoine).

 

L’idée est de familiariser le spectateur avec la chaleur particulière d’une voix et de faire de celle-ci un moyen d’amplifier l’imaginaire véhiculée par le personnage. Cet aspect est particulièrement sensible dans le domaine de l’animation où Carel s’imposa rapidement comme l’un des maîtres incontestés (Les 101 Dalmatiens ; Les Aristochats ; Robin des bois ; Les Aventures de Bernard et Bianca ; Taram et le chaudron magique, et bien sûr Astérix qu’il accompagna depuis sa première apparition au cinéma en 1976 juqu’à Astérix : Le Domaine des dieux en 2014).

 

Artiste de l’incarnation, le doubleur accompagna nos premiers émois cinéphiles lors des diffusions télévisées de classiques ou la vision de VHS (le DVD contribuera de son côté à réhabiliter le goût pour la VO).

 

La vision de Chaplin dans Le Dictateur, de Karl Malden dans Le Kid de Cincinnati, de Fred Astaire dans La Tour infernale, de Peter Sellers dans Docteur Folamour ou La Panthère rose, de Peter Ustinov dans Spartacus et Mort sur le Nil, nous rappelle à la mémoire ces voix plurielles portées par cet infatigable passeur et acteur unique en son genre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

A la Une

Being the Ricardos : Amazon diffuse les premières images

Porté par Nicole Kidman et Javier Bardem, le prochain film d’Aaron Sorkin sur l’envers du décor de la série I… Lire la suite >>

La Folle Histoire du Monde : Mel Brooks annonce la suite de son film culte

Contre toute attente et quarante ans après la première, Mel Brooks et Hulu dévoilent la mise en préparation d’une Partie… Lire la suite >>

The Lost Daughter : Maggie Gyllenhaal fait ses débuts à la réalisation dans la première bande-annonce

Après une représentation mondiale remarquée au festival de Venise, Netflix dévoile les images du premier film de Maggie Gyllenhaal, attendu… Lire la suite >>

Ghostbusters Afterlife : Une nouvelle bande-annonce avant la sortie

Suite à de nombreux reports, le troisième opus de la saga SOS Fantômes arrivera finalement le 1er décembre au cinéma…. Lire la suite >>

Les Monstres : Premier aperçu du casting

À l’approche d’Halloween, Rob Zombie partage une photo officielle de son prochain film adapté de la série des années 60… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOURIR PEUT ATTENDRE 1 384 858 1 1 384 858
2 DUNE 275 234 4 2 468 407
3 BOITE NOIRE 100 553 5 970 224
4 BAC NORD 89 864 8 2 040 604
5 SHANG-CHI ET LA LEGENDE DES DIX ANNEAUX 63 480 6 1 304 432
6 POURRIS GATES 53 173 4 395 431
7 EUGENIE GRANDET 46 891 2 117 041
8 TOUT S'EST BIEN PASSE 46 137 3 220 937
9 STILLWATER 42 298 3 272 181
10 TRALALA 41 732 1 41 732

Source: CBO Box office

Nos Podcasts