Court métrage / The Letter Room d’Elvira Lind : critique

Publié par Jacques Demange le 16 avril 2021

Synopsis : Lorsqu’un agent pénitentiaire est transféré dans la salle des courriers, il se retrouve rapidement mêlé à la vie privée d’un prisonnier.

♥♥♥♥♥

 

The Letter room

The Letter room – affiche

Nommé aux Oscars dans la catégorie du meilleur court métrage de fiction, The Letter Room (2020) permet de découvrir le nom de la réalisatrice danoise Elvira Lind. Déjà auteure de deux documentaires (Songs for Alexis [2014] ; Bobbi Jene [2017]), d’un précédent court (Trentemoller : Gravity [2014]) et d’une minisérie (Twiz and Tuck [2017]), Lind signe ici un scénario qui lui permet d’adapter visuellement la thématique de l’isolement. Car c’est bien celui-ci qui définit le mieux le territoire de sa fiction. Situant sa caméra dans une prison et plus particulièrement dans le quartier des condamnés à mort, la cinéaste se focalise sur le parcours de Richard, gardien en charge du courrier destiné aux détenus. Sans fioritures aucune, l’image exprime les caractéristiques de cette fonction. Le recours quasi-constant au plan rapproché ou au gros plan valorisent le sentiment d’enfermement et l’instabilité propre à l’environnement carcéral. Mais en reprenant ces composantes pour traduire le quotidien de Richard, Lind souligne leur persistance et leur prolongement hors des murs de la prison. De fait, Richard se présente comme le lien entre deux espaces, l’extérieur et l’intérieur, et deux valeurs, la privation et la liberté. Ce rôle le situe dans un intervalle, idée assez formidable que redouble et illustre le cadre du film sans cesse agité de micro-mouvements qui attestent de la possibilité d’un basculement. Loin de se limiter à une simple mise en images de son scénario, Lind parvient à réfléchir les qualités inhérentes à la nature du messager et à discuter de la complexité de sa tâche. C’est ici qu’intervient le talent d’Oscar Isaac. Avec sa moustache et son ventre bedonnant, l’acteur s’épanouit dans un rôle de composition qui le voit mobiliser ses principaux attributs de jeu et en premier lieu son regard.

 

Oscar Isaac - The Letter room

Oscar Isaac – The Letter room

 

Sombre et déterminé, celui-ci renvoie d’abord à l’inflexibilité propre à sa fonction de gardien. Mais dès l’introduction du court métrage, Isaac confère une douceur à l’attitude de son personnage. Sa démarche pesante et sa gestuelle marquée confèrent communément une dimension affective à son rôle que renforcent encore certaines postures (son corps affaissé dans son fauteuil).

 

Si cela fait plusieurs années que l’acteur a su affirmer l’originalité de son style de jeu, The Letter Room lui permet d’approfondir ses réussites passées et le place dans la lignée de certains grands interprètes du cinéma américain. On songe notamment à Rod Steiger avec lequel Isaac partage un goût pour une expressivité à la discrétion relative. Le plus souvent mutique, l’acteur parvient à communiquer par la seule grâce de ses yeux, d’un geste, d’un accessoire ou d’un élément de maquillage.

 

The Letter Room se présente donc comme une franche réussite et peut nous faire espérer que Elvira Lind saura prolonger son inspiration auprès du format long.

 

 

 

  • THE LETTER ROOM
  • Diffusion : du 15 avril 2021 au 10 novembre 2021
  • Plateforme / Chaîne : Arte.tv
  • Réalisation et Scénario  : Elvira Lind
  • Avec : Oscar Isaac, Alia Shawkat, Brian Petsos, Tony Gillan, Michael Hernandez, Eileen Galindo
  • Productrice : Sofia Sondervan
  • Photographie : Sam Chase
  • Montage : Adam Nielsen
  • Durée : 30 minutes 

 

Commentaires

A la Une

Joker – Folie à deux : un nouveau trailer déjanté

La nouvelle bande-annonce du Joker : Folie à deux a déjà dépassé les millions de vues en moins de 24… Lire la suite >>

Michael Mann lance un site dédié au processus de création de tous ses films

The Michael Mann Archives a été lancé le 16 juillet dernier, et le premier film accessible aux abonnés est aussi… Lire la suite >>

Spermageddon : un film d’animation norvégien prometteur

Originals Factory a acquis les droits de distribution en France de cette comédie musicale animée autour du sexe, qui sera… Lire la suite >>

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intriguant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts