Livre et DVD / Charles Boyer, l’ardeur et l’élégance : critique

Publié par Jacques Demange le 25 avril 2021

Résumé : Une certaine myopie de l’Histoire du cinéma autour du cas Charles Boyer finissait par être troublante. Cet ouvrage souhaite rétablir certaines vérités et rappeler le rôle et l’importance de ce génial interprète, au théâtre d’abord puis au cinéma. Boyer reste l’un des rares acteurs à avoir connu un immense succès auprès de trois générations de spectateurs et d’admiratrices. Devenu le French and great lover attitré du public américain, il occupe le devant de la scène et de l’écran des années 1930 aux années 1960 et ce des deux côtés de l’Atlantique.

♥♥♥♥♥

 

Charles Boyer lardeur et lelegance - livre et dvd

Charles Boyer l’ardeur et l’élégance – livre et DVD

Livre et documentaire, cette enquête consacrée à Charles Boyer se mène sur deux fronts concomitants. Patrick Cazals, auteur, cinéaste, producteur, journaliste, fondateur des Journées Charles Boyer de Figeac, revient d’abord sous une forme manuscrite sur l’ensemble de la carrière du célèbre acteur. Cet écrit profite d’une recherche de longue haleine. En recourant à de nombreux fonds d’archives localisés des deux côtés de l’Atlantique (des Archives municipales de la ville de Figeac à la Library Special collections de UCLA), l’auteur retrace le parcours de Boyer à partir de ses propres témoignages écrits et de nombreux extraits de correspondances inédits. Des planches du théâtre aux écrans du cinéma, la trajectoire de l’acteur apparaît à la fois insolite et logique. Car Boyer fait partie de ces artistes dont le destin semblait joué d’avance. Ses capacités naturelles (sa mémoire étonnante, sa présence physique et vocale pouvant tour à tour se prêter à la séduction ou au malaise) s’associaient à une force de travail qui le vit développer son jeu et réfléchir sans cesse à l’orientation qu’il pouvait donner à sa carrière. Ceci explique que Boyer n’ait pas hésité à collaborer avec des auteurs et metteurs en scène intransigeants mais dont le tempérament pouvait servir sa propre persévérance. Ainsi de son travail avec le dramaturge Henry Bernstein qui l’encourage à soutenir ses efforts malgré le succès rapide rencontré par ses premières interprétations théâtrales. Loin d’être anecdotiques, ces passages éclairent certains aspects de la méthodologie de l’acteur et révèlent la modernité qui émanait de son style de jeu dont le naturel lui permit de s’adapter sans problèmes aux exigences du cinéma. Car Boyer ne veut pas seulement réussir et profiter du rayonnement des projecteurs.

 

Alors que le cinéma français lui tend les bras, il se rend en Allemagne avant de partir pour Hollywood. Il y subit une première déconvenue qui ne l’empêche pas de poursuivre son rêve américain. Devenu une star internationale, Boyer rebondit encore et décide d’apprivoiser le nouveau médium télévisuel avant de revenir en France pour tourner sous la direction d’Alain Resnais (Stavisky). La précision de Cazals permet donc d’apprécier dans leurs nuances et leurs singularités propres les différentes trajectoires empruntées par l’acteur. Autant que l’artiste, c’est l’homme qui intéresse l’auteur. Ses hésitations et ses doutes se mettent au service de son métier, l’incitant à acquérir son indépendance au sein du système hollywoodien et d’éviter de sombrer définitivement dans le rôle du séducteur français qu’ont rapidement cherché à lui faire endosser les studios.

 

Boyer cherche à approfondir sa persona en reprenant l’ambiguïté morale qui fit le succès de ses interprétations sur scène et de ses premiers personnages cinématographiques (Guenn la Taupe dans L’Homme du large de Marcel L’Herbier). La valeur de son charme qu’il exerce auprès des plus célèbres vedettes féminines d’Hollywood (de Marlene Dietrich dans Le Jardin d’Allah à Ingrid Bergman dans Nina en passant par Greta Garbo dans Marie Waleska et Olivia de Havilland dans Par la porte d’or) peut ainsi prendre une forme vénéneuse comme dans l’incontournable Hantise de George Cukor.

 

Le film documentaire qui accompagne l’ouvrage prolonge la qualité de l’écrit. Empruntant la forme de l’itinéraire, la mise en scène de Cazals s’attarde sur les différents paysages qui accompagnèrent l’existence de Boyer. Des maisons de pierres de Figeac au soleil de la Californie, le film couple à aux commentaires des différents intervenants (historiens du cinéma mais aussi anciennes partenaires de l’acteur) un retour sur différents documents d’archive. Extraits de films et inserts sur des échanges épistolaires, utilisation de la voix de l’acteur dont le timbre rythme le film et infiltre l’imaginaire du spectateur. À découvrir absolument.

 

 

 

  • CHARLES BOYER, L’ARDEUR ET L’ÉLÉGANCE. RÉCIT, CORRESPONDANCES INÉDITES
  • Auteur : Patrick Cazals
  • Éditions : Les Films du Horla
  • Date de parution : 9 avril 2021
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 222 pages
  • Tarifs : 25 €

Commentaires

A la Une

Norman Lloyd, compositions extraordinaires

Disparu le 11 mai 2021 à l’âge de 106 ans, Norman Lloyd reste encore méconnu des cinéphiles. Dirigé par Orson… Lire la suite >>

Lisey’s Story : une première bande annonce pour la nouvelle série écrite par Stephen King

Réalisée par Pablo Larraín, avec en vedette Julianne Moore et Clive Owen, cette nouvelle série adaptée d’un roman de Stephen… Lire la suite >>

Killers of the Flower Moon : première image avec Leonardo DiCaprio et Lily Gladstone

Produit par Apple, le prochain film de Martin Scorsese mettra en scène une histoire de meurtres d’une tribu amérindienne dans… Lire la suite >>

Venom 2 : Carnage se dévoile dans une première bande-annonce

Comme le titre original le laisse entendre, Let There Be Carnage, Venom affrontera son ennemi Carnage dans cette suite attendue exclusivement… Lire la suite >>

Gareth Edwards et John David Washington ensemble pour un projet de science-fiction

Le prochain film du réalisateur de Rogue One et de Godzilla sera basé sur un scénario qu’il a lui-même écrit,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts