Free Guy de Shawn Levy : critique

Publié par Jacques Demange le 22 août 2021

Synopsis : Un employé de banque, découvrant un jour qu’il n’est en fait qu’un personnage d’arrière-plan dans un jeu vidéo en ligne, décide de devenir le héros de sa propre histoire, quitte à la réécrire.

♥♥♥♥♥

 

Free Guy – affiche

Un peu à la manière de Palm Springs (2020) de Matthew Compton, Free Guy reprend d’abord à son compte la répétition comique du paradoxe temporel qui avait fait le prix de l’inégalable Un jour sans fin (Harold Ramis, 1993). La nouveauté scénaristique se trouve ici du côté de l’origine du héros qui se trouve être un PNJ (personnage non jouable) d’un jeu vidéo ultra-violent. Prenant soudain conscience de sa condition, cet employé de banque un peu falot décide de profiter d’une faille pour échapper à son quotidien aliénant et rejoindre le monde réel. Le réalisateur Shawn Levy (principalement connu pour avoir mis en scène les deux premiers opus de La Nuit au musée) et ses deux scénaristes, Matt Lieberman et Zak Penn, cherchent alors à croiser deux récits. Ceux de L’Incroyable Destin d’Harold Crick (Marc Forster, 2006), dans lequel un inspecteur des impôts comprenait être le protagoniste d’un roman, et du dessin animé Les Mondes de Ralph (Rich Moore, 2012) qui mettait joyeusement en scène les infortunes d’un méchant de jeu vidéo. À première vue, ce mélange réussit assez bien et parvient à prolonger la réussite de ses modèles en filant sans complexe son humour référentiel. Mais si son versant comique séduit franchement, on aurait souhaité que le film prenne parfois son sujet plus au sérieux. Le postulat de base avait de quoi se prêter à une réflexion sur les relations entre virtuel et réel et pousser son ironie au profit d’un sous-discours apte à creuser la trame du scénario.

 

Free Guy

Free Guy

 

Un peu léger, le déroulement laisse au spectateur un goût d’inachevé que ne parvient qu’en partie à pallier la présence de gags le plus souvent réussis. Parmi les comédies américaines contemporaines, Free Guy peine donc à convaincre totalement de son originalité. L’autoréflexivité du film oublie son premier objet : lui-même. La mécanique bien huilée du concept aurait dû se prolonger à travers des variations tonales différentes, quitte à risquer d’oublier le rire pour motiver pleinement les capacités de raisonnement du public. À ce stade, malheureusement, Free Guy a les allures d’un Truman Show (Peter Weir, 1998) en manque de poésie. Si les potentialités dramatiques du récit ne sont pas pleinement exploitées, l’acteur Ryan Reynolds s’en donne, de son côté, à cœur joie.

 

Retrouvant l’esprit méta qui lui avait permis de donner un second souffle à sa carrière, la star de Deadpool semble profiter de la nature de son rôle pour consolider sa persona comique. S’impliquant autant dans les séquences d’action que dans l’interprétation d’un second degré qui lui va comme un gant, Reynolds apparaît comme la vraie réussite du film.

 

 

 

  • FREE GUY
  • Date de sortie : 11 août 2021
  • Réalisation : Shawn Levy
  • Avec : Ryan Reynolds, Jodie Comer, Joe Keery, Lil Rey Howery, Utkarsh Ambudkar, Taika Waititi, Camille Kotsek, Channing Tatum
  • Scénario : Matt Lieberman et Zack Penn
  • Production : Greg Berlanti, Adam Kolbrenner, Shawn Levy, Ryan Reynolds, Sarah Schechter
  • Photographie : George Richmond
  • Montage : Dean Zimmerman
  • Musique : Christophe Beck
  • Décors : Ethan Tobman
  • Costumes : Marlene Stewart
  • Distribution : 20th Century Studio
  • Durée : 115 minutes

 

Commentaires

A la Une

Christophe Nolan choisit Universal pour son film sur la bombe atomique

Pour la première fois depuis vingt ans, Warner Bros et Christopher Nolan ne travailleront pas main dans la main sur… Lire la suite >>

Christopher Nolan prépare son prochain film sur la bombe atomique

Le cinéaste a un nouveau scénario centré sur l’histoire d’une des armes les plus destructrices jamais inventées et serait en… Lire la suite >>

Sniff : Morgan Freeman, Helen Mirren, Al Pacino et Danny DeVito bientôt réunis

Casting cinq étoiles pour un film noir en maison de retraite… c’est la promesse de Sniff signé Taylor Hackford.  … Lire la suite >>

Un Neo amnésique pour la première bande-annonce de Matrix 4 Resurrections

18 ans après le troisième épisode, c’est sans sa sœur que Lana Wachowski revient pour un quatrième voyage dans la… Lire la suite >>

Don’t Look Up : une bande-annonce pour le nouveau film d’Adam McKay

Après avoir brillé avec The Big Short et Vice, Adam McKay est de retour. Cette fois destiné à Netflix, son… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SHANG-CHI ET LA LEGENDE DES DIX ANNEAUX 314 051 2 795 224
2 BOITE NOIRE 292 081 1 292 081
3 BAC NORD 253 581 4 1 458 138
4 DELICIEUX 130 477 1 130 477
5 LES MECHANTS 77 098 1 77 098
6 UN TRIOMPHE 75 286 2 219 254
7 PAW PATROL - LE FILM - LA PAT' PATROUILLE 67 514 5 1 215 197
8 RESPECT 63 758 1 63 758
9 BABY BOSS 2 : UNE AFFAIRE DE FAMILLE 58 730 4 779 125
10 OSS 117 : ALERTE ROUGE EN AFRIQUE NOIRE 57 709 6 1 553 066

Source: CBO Box office

Nos Podcasts