Résumé : D’un internat religieux très strict en Autriche aux feux des projecteurs, de l’adoration délirante du public à l’indifférence ou l’acharnement, des films kitchs à l’eau de rose au grand cinéma d’auteur des années 70 (Luchino Visconti, Claude Sautet, Andrzej Żuławski…), la vie et la carrière de Romy Schneider sont une succession de grands écarts. Éternelle insatisfaite, elle remet son titre en jeu dans chacun de ses rôles (prostituée, sœur incestueuse, actrice ratée ou femme brisée) et s’y jette à corps perdu, quitte à y laisser un peu d’elle-même.

♥♥♥♥

 

Romy Schneider - livre

Romy Schneider – livre

Alors que la Cinémathèque a choisi d’honorer Romy Schneider par une rétrospective et une exposition (dirigée par Clémentine Deroudille), les éditions Capricci ont eu la bonne idée d’intégrer l’actrice à leur collection « Capricci Stories ». Faustine Saint-Geniès, collaboratrice à la revue Sofilm, se propose ainsi de retracer en une petite centaine de pages la carrière de la « fiancée de l’Europe ». Car c’est bien au vieux continent que sa figure reste attachée. Si à la fin des années 1950, Schneider fut attirée par les sirènes hollywoodiennes, son expérience américaine fut un raté reconduit au début de la décennie suivante et que l’auteure choisit de décrypter pour introduire son récit. À cette époque, Romy l’Autrichienne est d’abord connue pour son interprétation de l’impératrice Élisabeth dans la trilogie que lui consacra Ernst Marischka de 1955 à 1957. La fille des acteurs Wolf Albach-Retty et Magda Schneider a pourtant connu une enfance assez éloignée des contes de fées. Le déchirement historique de la Seconde Guerre mondiale marque ses premières années en même temps que la rupture de ses parents. Une incertitude fondamentale marque ainsi son existence à laquelle fera écho ses propres relations amoureuses (son couple avec Alain Delon se consumant sous le feu des projecteurs comme ses liaisons avec Jean-Louis Trintignant et Jacques Dutronc) et la caractérisation de ses plus fameux personnages. Du Procès (1962) d’Orson Welles à ses collaborations avec Claude Sautet, en passant par La Piscine (Jacques Deray, 1969) et L’Important c’est d’aimer (Andrzej Zulawski, 1974), Schneider compose un personnage suspendu dans son élan par les soubresauts d’un monde intérieur fracturé. 

 

Ce portrait fictionnel fait écho à sa propre personnalité publique à la fois animée par ses engagements (le droit à l’avortement) et ses drames personnels (la mort brutale de son fils). Saint-Geniès montre alors en quoi le parcours de Schneider annonce les récentes mouvances féministes tout en assurant la liaison avec les grandes héroïnes du passé (les connexions établies avec Marlene Dietrich sont particulièrement intéressantes). Si l’on regrette que l’auteure n’ait pas fait plus de cas du jeu de Schneider (pourtant marqué par une subtile évolution qui la vit passer de l’exubérance à l’intériorité) ce court ouvrage marque par la clarté et la qualité de son écriture.

 

De fait, Faustine Saint-Geniès s’adresse autant aux inconditionnels de l’actrice qui prendront plaisir à voir leur idole si bien décrite qu’aux plus jeunes cinéphiles qui souhaiteraient s’introduire au mythe Schneider.

 

 

 

  • ROMY SCHNEIDER. LES ACTRICES SE BRISENT SI FACILEMENT
  • Auteure : Faustine Saint-Geniès
  • Édition : Capricci
  • Collection : Capricci Stories
  • Date de parution : 7 avril 2022
  • Langues : Français uniquement
  • Format : 104 pages
  • Tarifs : 11,50 € (print) – 6,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Les Linceuls : Premier teaser pour le nouveau cauchemar de David Cronenberg

Présenté en compétition au festival de Cannes, le film met en scène Vincent Cassel et Diane Kruger dans un étrange… Lire la suite >>

Kathryn Bigelow s’associe à Netflix pour son prochain long-métrage

Les équipes de Netflix ont confirmé cette semaine lors de leur présentation aux annonceurs que la réalisatrice Kathryn Bigelow travaillait… Lire la suite >>

Barbarella : Edgar Wright en discussion pour réaliser le remake

Le réalisateur de Last Night in Soho, Baby Driver et Shaun of the Dead pourrait diriger cette nouvelle version, avec… Lire la suite >>

Megalopolis : le second trailer promet une fable épique et décadente

Le nouveau long-métrage de Francis Ford Coppola, qui fera ses débuts en compétition ce jeudi au Festival de Cannes, se… Lire la suite >>

Le grand Roger Corman nous a quittés

Le mythique réalisateur et producteur indépendant est décédé à l’âge de 98 ans, entouré des siens dans sa maison de… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UN P'TIT TRUC EN PLUS 992 121 2 2 123 462
2 LA PLANETE DES SINGES : LE NOUVEAU ROYAUME 932 730 1 932 730
3 BLUE & COMPAGNIE 453 213 1 453 213
4 BACK TO BLACK 167 304 3 845 618
5 THE FALL GUY 134 327 2 446 327
6 FRERES 89 343 3 503 190
7 N'AVOUE JAMAIS 73 326 3 465 729
8 LE TABLEAU VOLE 68 011 2 204 739
9 LES CARTES DU MAL 67 644 2 135 288
10 CHALLENGERS 64 487 3 379 920

Source: CBO Box office

Nos Podcasts