Le Grand Soir : critique

Publié par Nathalie Dassa le 25 mai 2012

Les Bonzini tiennent le restaurant ‘la Pataterie’ dans une zone commerciale. Leur fils ainé, Not, est le plus vieux punk à chien d’Europe. Son frère, Jean Pierre, est vendeur dans un magasin de literie. Quand Jean Pierre est licencié, les 2 frères se retrouvent. Le Grand Soir, c’est l’histoire d’une famille qui décide de faire la révolution… à sa manière.

 

♥♥♥♥♥

 

Après les retraités de Mammuth avec un Gérard Depardieu qu’on n’avait pas vu aussi bouleversant depuis bien longtemps, Gustave Kervern et Benoît Delépine s’intéressent aux inadaptés dans leur cinquième long-métrage. Si Le Grand Soir a été présenté dans la section Un Certain Regard à Cannes ce mardi 22 mai, nous avons pu le découvrir le lendemain lors d’une projection presse au Balzac. Punk is not Dead ! Le duo Grolandais le prouve en nous livrant une œuvre post punk tragiquement drôle à l’image d’une époque cynique, radicale et désespérante qui ne manquera probablement pas de diviser les avis des spectateurs. Pourtant, le propos des réalisateurs reflète bien la plaie béante de cette société tant désocialisée qu’antisociale, porté par un casting sur-mesure, avec un Poelvoorde au sommet de son art dans le rôle du plus vieux punk à chien d’Europe, qui assume pleinement sa condition de SDF en treillis, docs montantes et crête iroquoise, et d’un Dupontel avec son regard de doux-dingue en vendeur de matelas borderline, divorcé et père d’une petite fille, qui tente de se conformer à une norme fantasmée. C’est toujours avec cette même loufoquerie visuelle, typique de leur filmographie, que l’on retrouve tout le réalisme, dans la trajectoire de vie d’une certaine couche populaire de la France d’en bas, transcendé par une succession de séquences surréalistes. Entre gravité, dérision et instants fraternels, Le Grand Soir sonne l’heure de la révolution sur fond de crise, rythmé par la bande son rock alternatif des Wampas et de Brigitte Fontaine, qui incarne ici, de manière magistralement barrée, la mère de ces deux énergumènes. Et c’est sans compter sur la participation de Bouli Lanners en vigile de la sécurité et l’apparition de Gerard Depardieu et celle furtive de Yolande Moreau.

 

Si l’on reproche un manque de justesse dans le jeu de quelques acteurs et un certain laxisme dans la narration de ce road-movie circulaire – ou plus clairement qui tourne en rond – au travers de la relation des ces deux frères en quête d’une certaine liberté sur les chemins nihilistes de la philosophie punk, Kervern et Delépine offrent en contrepartie des dialogues bien déjantés et des instants mémorables et particulièrement cocasses. On pense notamment à cet excellent plan-séquence dans la Pataterie où les deux fils s’adressent en même temps à leur père, qui reste silencieux tout en bidouillant son téléphone portable. On reste fasciné par leur performance car ni Dupontel ni Poelvoorde ne perde le fil de leur monologue sans intérêt. Ou encore le pétage de plomb de Dupontel, après avoir été viré par son patron du magasin de literie (Serge Larivière) qui le filme avec son mobile, se prenant pour un ersatz de cowboy qui dégaine à tout-va. Le Grand Soir, c’est à peu près le rendez-vous ultime des inadaptés, des abonnés absents, des oubliés, des rejetés, des suicidaires et des laissés-pour-compte centrés sur ces deux personnages qui veulent réfréner ce désespoir social, entremêlé dans ses propres filets. Ainsi Kervern et Delépine parviennent à dresser une peinture certes parfois décousue mais lucide et intéressante qui tend vers la poésie humoristico-trash plongée dans une zone commerciale, lieu impersonnel envahi par les enseignes de la malbouffe et de marques cheap où la carte bleue s’agite sans cesse et ne semble pas connaître la crise…

 

 

 

 

LE GRAND SOIR écrit et réalisé par Benoît Delépine et Gustave Kervern en salles le 6 juin 2012 avec Benoit Poelvoorde, Albert Dupontel, Brigitte Fontaine, Areski Belkacem, Serge Larivière et la participation de Bouli Lanners. Production : Jean-Pierre Guerrin. Directeur de la Photo : Hugues Poulain. Décors : Paul Chapelle. Costume : Florence Laforge. Montage : Stéphane Elmadjian. Coiffeur : Mathieu Gueracague. Maquilleur : Olivier Afonso. Distribution : Ad Vitam. Durée :  1h32.

.

Commentaires

A la Une

Verde : le prochain film de Cédric Jimenez se penchera sur l’enlèvement d’Íngrid Betancourt

Alors que Novembre, sur les attentats de 2015, est attendu dans le courant de l’année, le nouveau projet de Cedric… Lire la suite >>

Les nommés aux César 2022

Ce mercredi 26 janvier, Véronique Cayla, Présidente de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma, a communiqué les films sélectionnés… Lire la suite >>

Brad Pitt et Damien Quintard relancent le studio d’enregistrement Miraval dans le sud de la France

C’est durant l’été 2022 que les portes du nouveau studio Miraval rouvriront après une refonte par Brad Pitt, aidé du… Lire la suite >>

Civil War : Kirsten Dunst dans le prochain Alex Garland

Le réalisateur britannique Alex Garland continue sa collaboration avec A24 pour produire son prochain film Civil War, avec Kristen Dunst… Lire la suite >>

Nyad : Jodie Foster rejoint Annette Bening dans le biopic consacré à Diana Nyad

Jodie Foster sera aux côtés d’Annette Bening pour les débuts des documentaristes Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi au cinéma,… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SPIDER-MAN : NO WAY HOME 208 524 6 6 652 879
2 ADIEU MONSIEUR HAFFMANN 170 581 2 432 511
3 NIGHTMARE ALLEY 142 309 1 142 309
4 SCREAM 122 173 2 334 728
5 TOUS EN SCENE 2 105 801 5 2 253 265
6 L'AMOUR C'EST MIEUX QUE LA VIE 105 611 1 105 611
7 THE KING'S MAN : PREMIERE MISSION 88 329 4 758 443
8 EN ATTENDANT BOJANGLES 86 141 3 440 126
9 OUISTREHAM 85 285 2 212 260
10 TENDRE ET SAIGNANT 72 295 1 72 295

Source: CBO Box office

Nos Podcasts