Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju. Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manoeuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

 

 

♥♥♥♥♥

 

Pacific Rim afficheGuillermo Del Toro, roi de l’entertainment de l’année ? Nous ne sommes pas loin de le penser. Du spectaculaire, du rêve et une mise en scène époustouflante. Voilà ce qu’il nous propose pour son Pacific Rim et c’est ce que l’on souhaitait, même pour ceux qui n’en attendaient pas grand chose. Alors la ‘Ola’ pour le cinéaste mexicain du Labyrinthe de Pan qui parvient à démontrer prodigieusement tout ce qu’il est plus intéressant de concevoir au cinéma en matière de robots et de créatures géantes, pour satisfaire les pupilles des petits et grands. Car ce giant movie monster robotisé grandiose, dont l’influence émane bien sûr de toute la culture populaire du cinéma japonais, offre des scènes spectaculaires de combats impressionnantes, et même souvent lisibles, qui laissent carrément sans voix. Les superlatifs viennent d’ailleurs à manquer pour évoquer cette fameuse barrière franchie par Warner Bros dans ce tentpole titanesque dépassant tout ce qu’on a pu déjà voir : de la conception des robots Jaegers – et leurs mécanismes – et des Kaijus, créatures monstrueuses surgissant du fond du Pacifique, à une véritable 3D à la pointe singulièrement efficace, en passant par les effets visuels, la palette de couleurs, jouant entre ombre et lumière phosphorescente, et l’excellente bande originale marquante et rythmée de Ramin Djawadi.

 

PACIFIC RIM

 

Le climat hollywoodien est à la décadence, à la destruction des mégalopoles et à la résistance des hommes. Des hommes ici solidaires et parfaitement synchronisés, physiquement et psychiquement, pour partager en duo la charge neuronale suffisante afin de copiloter un Jaeger et vaincre l’invasion de ces bêtes gigantesques sur tout le littoral du Pacifique des États-Unis jusqu’en Extrême-Orient. Guillermo Del Toro réussit cet exploit sans franchir les terres de l’exagération futile si typique chez Michael Bay avec sa trilogie Transformers. On salue particulièrement la vigueur et le dynamisme de deux séquences ahurissantes et fascinantes. Celles du combat où l’un des monstres amphibies déploie ses ailes tel un Ptérodactyle inattendu, transportant dans les airs crépusculaires le robot humanoïde, copiloté par Raleigh Becket (Charlie Hunnam) et Mako Mori (délicate Rinko Kikuchi), et celle apocalyptique de Mako enfant, transportée par la performance bouleversante de Mana Ashida, plongée dans le souvenir matérialisé de sa ville déserte en ruine et couverte de cendres, qui se confronte à un Kaiju colossal. Del Toro maîtrise totalement l’art de la perspective et des dimensions spectaculaires. On apprécie aussi cette intelligence d’introduire un certain équilibre entre les sexes au travers de ce copilotage homme/femme dans ce monde de guerre apocalyptique en quête d’héroïsme.

 

PACIFIC RIM

 

Toute cette grandiloquence cinématographique nous fait digérer plus facilement un traitement scénaristique plutôt ténu. Car on ne peut hélas s’empêcher d’apercevoir les failles inévitables de Pacific Rim, coécrit par Guillermo Del Toro et Travis Beacham, comme la séquence d’introduction relativement quelconque et brouillonne, avec la voix off explicative de Charlie Hunnam (Sons of Anarchy). L’aspect sentimental est aussi bien trop cliché entre les deux personnages centraux précités, les conflits à la Top Gun entre les protagonistes/pilotes un peu trop superficiels, certains passages sont sans réel intérêt dans le déroulement de l’intrigue, et le climax n’atteint pas forcément son degré paroxystique espéré. Pourtant, on met de côté quand même tous ces défauts face à la surpuissance de ce film de science-fiction interculturelle, visuellement maîtrisé, qui dépeint l’atmosphère sombre d’un monde chaotique, ponctuée toutefois d’humour, grâce notamment à la présence du charismatique Ron Perlman (Hellboy, Sons of Anarchy) mais aussi, et à sa manière d’Idris Elba PROMETHEUS (notre critique), donnant toute la saveur à 1h50 d’action dantesque. Et un poignant hommage est rendu dans le générique de fin dédié à la mémoire de Ray Harryhausen, créateur de génie de monstres et pionnier des effets spécieux décédé le 7 mai 2013, et à Ishiro Honda, réalisateur de Godzilla‘Go big or go extinct !’, annonce la tagline américaine, chez nous ‘La Résistance est en marche’, Pacific Rim devrait trouver le public qu’il mérite…

 

 

 

PACIFIC RIM de Guillermo del Toro en salles le 17 juillet 2013 avec Charlie Hunnam, Idris Elba, Rinko Kikuchi, Ron Perlman, Charlie Day, Rob Kazinski, Max Martini, Clifton Collins, Burn Gorman, Mana Ashida. Scénario : Guillermo del Toro, Travis Beacham. Producteur : Thomas Tull, Jon Jashni, Mary Parent. Photographie : Guillermo Navarro. Décors : Andrew Neskoromny, Carol Spier. Montage : Peter Amundson, John Gillroy. Costumes : Kate Hawley. Musique : Ramin Djawadi. Effets Visuels : John Knoll, James E. Price. Distribution : Warner Bros. Durée : 1h50.

.

Commentaires

A la Une

Le cinéaste et metteur en scène italien Franco Zeffirelli s’est éteint à l’âge de 96 ans

Réalisateur, metteur en scène de nombreux opéras filmés et héritier de Visconti, Franco Zeffirelli est décédé samedi à Rome à… Lire la suite >>

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Steven Spielberg en projet sur une série d’horreur pour la plateforme Quibi

Steven Spielberg écrira une série d’horreur exclusivement conçue pour la future plateforme de vidéo à la demande sur mobile, Quibi…. Lire la suite >>

Michel Hazanavicius et les frères Dardenne collaborent pour un conte animé

Le cinéaste français va porter à l’écran le conte de Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, sous la forme d’un film… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 X-MEN : DARK PHOENIX 689 880 1 689 880
2 ALADDIN 493 107 3 1 625 789
3 PARASITE 376 842 1 376 842
4 ROCKETMAN 207 474 2 484 491
5 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 180 859 2 523 433
6 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 177 268 2 370 045
7 MA 160 898 1 160 898
8 JOHN WICK PARABELLUM 134 907 3 666 622
9 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 128 366 5 1 576 380
10 DOULEUR ET GLOIRE 101 199 4 681 941

Source: CBO Box office

Nos Podcasts