Yann Kermadec voit son rêve se réaliser quand il remplace au pied levé, son ami Franck Drevil, au départ du Vendée Globe, le tour du monde à la voile en solitaire. Habité par une farouche volonté de gagner, alors qu’il est en pleine course, la découverte à son bord d’un jeune passager va tout remettre en cause.

 

♥♥♥♥♥

 

En Solitaire AfficheC’est un euphémisme d’affirmer que pour son premier long-métrage en tant que réalisateur, Christophe Offenstein n’a pas choisi la facilité. Le chef opérateur attitré de Guillaume Canet a en effet troqué l’intrigue de Ne le dis à personne et la bande d’amis des Petits Mouchoirs pour une sacrée odyssée maritime. Tourné dans des conditions réelles au large de Lorient, des Canaries et des Sables d’Olonne, En Solitaire confronte le regard du spectateur au quotidien d’un skipper. Yann Kermadec (François Cluzet) est parti sur la route du Vendée Globe en remplacement de son ami Franck Drevil (Guillaume Canet), blessé peu de temps avant la course. Mais après des débuts relativement paisibles, le sportif va devoir gérer l’arrivée d’un jeune mauritanien de 16 ans, Mano Ixa, monté à bord de son monocoque lors de son passage sur les côtes espagnoles. La compétition en solitaire devient alors une expérience humaine en duo, où l’acceptation de l’autre et l’entraide primeront sur la performance, comme la victoire à plusieurs sur la défaite personnelle. L’évolution des personnages trouvera de fait, en toute logique, sa conclusion dans une joyeuse réunion de groupe.

 

Francois Cluzet - En Solitaire

 

Pas besoin pourtant d’attendre cet épilogue pour comprendre qu’En Solitaire est un faux film d’aventure. Il s’agit davantage d’une chronique familiale puisque l’équipe technique qui suit l’avancée de Yann forme une tribu, que Franck, le meilleur ami de notre navigateur, se trouve être le frère de Marie (Virginie Efira), la nouvelle compagne du héros. Les allers et venues entre terre et mer établiront un lien entre la rencontre de Yann et son protégé et apporteront une relation apaisée qui va se construire entre Marie et la fille du skipper, Léa, âgée de 8 ans. La boucle semble donc bouclée, propre et nette. Mais ce semblant d’harmonie a pour conséquence de rendre l’ensemble moins ambitieux dans son sujet que dans son cadre. C’est d’autant plus dommage que le pari de réussir un premier long-métrage autour d’un univers peu abordé – celui de la voile – et dans une immersion réaliste, est par essence assez courageux et intriguant. S’inscrire dans la pure fiction et non pas dans un faux-documentaire sur le Vendée Globe n’était pas en soi une mauvaise idée mais le spectateur, coutumier ou pas de la fameuse course, peut avoir le sentiment d’être largué au bout du chemin. Car pourquoi avoir mis à l’écart le public, notamment lors de l’arrivée aux Sables d’Olonne ? Cette orientation finit malheureusement par enterrer l’engagement émotionnel déjà peu sollicité lors des scènes que partagent François Cluzet et Samy Seghir.

 

Guillaume Canet - En Solitaire

 

La raison de ce désintérêt se trouve dans une relation qui décolle trop tardivement – le jeune réfugié restant longtemps passif et sans valeur intrinsèque ajoutée – et une succession de scènes trop répétitives, parfois même insipides, qui n’apportent pas plus de poids à ce voyage à deux. Quelques invraisemblances surgissent également, comme ce dernier sandwich à partager plusieurs jours avant l’arrivée alors que le problème de la nourriture pour deux n’a pas été évoqué auparavant, et le passage de Guillaume Canet qui vient dans son canot pour apporter son aide sans être intercepté par des radars jusqu’alors fonctionnels. C’est plutôt regrettable quand on sait par ailleurs qu’il a fallu deux ans de travail sur le scénario. Subsistent tout de même l’engagement et le charisme de François Cluzet et les images, sortes d’échappées belles dans ce parcours fait de tumultes et d’apaisements et qui ne tombent pas dans le piège de la carte postale ou de l’illustration publicitaire. Dans ce cas précis, ce sont à la fois l’expérience de chef opérateur de Christophe Offenstein et le talent de Guillaume Schiffman qui parlent. Le directeur de la photographie fétiche de Michel Hazanavicius, nommé aux Oscars et césarisé pour THE ARTIST (notre critique), apporte à de rares occasions le souffle qui manque au voyage relaté, faisant regretter qu’il n’y ait pas davantage de séquences autour de ce voilier, lesquelles auraient sans doute donné plus de matière organique à cette histoire. Pas désagréable en soi, En Solitaire n’est de fait jamais très loin de la disqualification. Tous les participants, en particulier son réalisateur et son interprète, se sont certainement beaucoup investis. Il lui aurait simplement fallu encore plus de corps, et surtout plus d’âme et de frissons, pour gagner sur la ligne d’arrivée.

 

 

<< LIRE NOTRE RENCONTRE AVEC FRANÇOIS CLUZET, CHRISTOPHE OFFENSTEIN, SAMY SEGHIR ET JEAN COTTIN <<

 

 

EN SOLITAIRE de Christophe Offenstein en salles le 6 novembre 2013 avec François Cluzet, Samy Seghir, Virginie Efira, Guillaume Canet. Scénario : Christophe Offenstein, Jean Cottin, avec la collaboration de Thomas Bidegain, sur une idée de Frédéric Petitjean. Producteurs : Jean Cottin, Laurent Taïeb, Sidonie Dumas. Directeur de la photographie : Guillaume Schiffman. Montage : Véronique Lange. Son : Nicolas Provost, Franco Piscopo, Gwennole Le Borgne, Emmanuel de Boissieu. Costumes : Muriel Legrand. Décors : Thierry Chavenon, Olivier Radot. Compositeurs : Victor Reyes, Patrice Renson. Distribution : Gaumont. Durée : 1h36.


Commentaires

A la Une

James Bond : Billie Eilish choisie pour interpréter le générique de Mourir peut attendre

C’est officiel ! James Bond sera accompagné de la talentueuse Billie Eilish pour son générique musical. Coup de chapeau pour… Lire la suite >>

Rencontre avec Carlo Mirabella-Davis, réalisateur de Swallow

Carlo Mirabella-Davis signe ici son premier long métrage de fiction, avec Haley Bennett dans la peau d’une jeune femme atteinte du… Lire la suite >>

Spike Lee président du jury du 73e Festival de Cannes

Le réalisateur de BlacKkKlansman s’apprête à endosser le rôle de Président du Jury pour le 73e Festival de Cannes.    … Lire la suite >>

Les nommés aux Oscars 2020

Les nominations de la 92e édition des Oscars ont été révélées ce lundi 13 janvier par l’Académie. Avec onze nominations,… Lire la suite >>

Devs : premier trailer pour l’intrigante série SF d’Alex Garland

Devs, créée par Alex Garland, réalisateur de Ex Machina et Annihilation, s’annonce comme l’une des séries de science-fiction les mieux… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 STAR WARS : EPISODE 9, L'ASCENSION DE SKYWALKER 330 160 4 5 548 146
2 UNDERWATER 169 125 1 169 125
3 LES FILLES DU DOCTEUR MARCH 152 480 2 395 143
4 JUMANJI : NEXT LEVEL 148 794 6 2 967 455
5 LES VETOS 145 744 2 417 242
6 LA REINE DES NEIGES II 115 474 8 7 178 905
7 LES INCOGNITOS 97 837 3 845 468
8 LES ENFANTS DU TEMPS 95 545 1 95 545
9 SOL 83 565 1 83 565
10 LES MISERABLES 82 816 8 1 885 022

Source: CBO Box office

Nos Podcasts