À la suite d’un entretien d’embauche qui se passe mal, Lulu décide de ne pas rentrer chez elle et part en laissant son mari et ses trois enfants. Elle n’a rien prémédité, ça se passe très simplement. Elle s’octroie quelques jours de liberté, seule, sur la côte, sans autre projet que d’en profiter pleinement et sans culpabilité. En chemin, elle va croiser des gens qui sont, eux aussi, au bord du monde : un drôle d’oiseau couvé par ses frères, une vieille qui s’ennuie à mourir et une employée harcelée par sa patronne… Trois rencontres décisives qui vont aider Lulu à retrouver une ancienne connaissance qu’elle a perdu de vue : elle-même.

 

♥♥♥♥♥

 

Lulu femme nue afficheIssu de l’œuvre éponyme d’Etienne Davodeau, Lulu, femme nue est un film dans l’air du temps, même si l’expression peut sembler galvaudée. Adaptation d’une bande-dessinée, le dernier-né de Solveig Anspach semble aussi rejoindre les road movies au féminin mais Lulu, femme nue reste avant tout un long-métrage de cette réalisatrice d’origine islandaise, avec une fois encore un personnage féminin à la fois si ordinaire et particulier qui va se révéler à lui-même. Près de 14 ans après Haut les Cœurs ! (1999), Solveig Anspach retrouve donc Karin Viard autour de cette Lulu qui, suite à un entretien d’embauche raté, choisit de ne pas rentrer tout de suite auprès de ses trois enfants et de son mari colérique dans leur maison située près d’Angers. Non, Lulu la femme qui manque de caractère et de confiance en elle décide de s’octroyer une échappée rien que pour elle, pour mieux se retrouver après des années passées à se taire et à encaisser. Au cœur de la Vendéenne Saint-Gilles-Croix-de-Vie, les errances géographiques lui permettront d’effacer cette errance intérieure et maladive.  Cette image de quadragénaire se ressourçant face à la mer n’a rien d’original, mais la cinéaste, qui a aussi cosigné le scénario avec Jean-Luc Gaget, a au moins la bonne idée de pas trop en faire avec les plans larges de l’héroïne tout en restant près d’elle…

 

Lulu fmme nue Karin Viard

 

Dans les premières minutes, Solveig Anspach suit Lulu/Karin Viard jusqu’à ce train qui finalement partira sans elle et reste en flottement avec elle avant que les rencontres ne fusent. Paradoxalement, ce sont ces rencontres déterminantes qui apportent un peu de tendresse et de vie à l’ensemble mettant en avant une Lulu plus décalée mais moins énergique que dans la BD, et sur laquelle on a du mal à lire une vraie renaissance. Face aux sourires et aux regards perdus de Karin Viard, ce nouveau départ s’effectue vraiment à travers les yeux de deux seconds rôles qui lui volent la vedette. Ceux de Charles, tout d’abord, joué par Bouli Lanners, ici parfait. Séducteur atypique ventru et barbu, celui-ci sort peut-être de taule mais c’est une fontaine de bonté. Le portrait n’a rien de ringard, puisque le traitement de leur relation est l’un des points positifs. Le Charles du film est en adéquation avec celui de la BD. Ce sera la seule tête masculine digne de ce nom, le mari restant cet idiot caractériel et impulsif quand, dans la BD d’Eric Davodeau, il parvenait en bout de course. Puis ceux de Marthe apportant dans ce personnage, un peu de saveur et d’émotion dans cette retranscription à la fois libre et trop sage. Formidablement incarnée par l’émouvante Claude Gensac, cette vieille femme seule au physique diminué, mais à l’esprit plein d’allant, insuffle une humanité sans laquelle l’ennui vécu par Lulu serait devenu communicatif. Ces bonnes idées de casting apportent de fait un peu de piment à ce micro-voyage sans vagues qui aurait tout aussi bien fait l’affaire sur la petite lucarne.

 

 

>> NOTRE RENCONTRE AVEC SOLVEIG ANSPACH, KARIN VIARD, BOULI LANNERS, JEAN-LUC CAGET ET ETIENNE DAVODEAU <<

 

.

.

LULU, FEMME NUE de Solveig Anspach en salles le 22 janvier 2014 avec Karin Viard, Bouli Lanners, Claude Gensac, Nina Meurisse. Scénario : Solveig Anspach et Jean-Luc Gaget, d’après l’œuvre d’Etienne Davodeau. Photographie : Isabelle Razavet. Montage : Anne Riegel. Coiffure : Stéphane Malheu. Décors : Stéphane Levy. Costumes : Marie Le Garrec. Musique : Martin Wheeler. Distribution : Le Pacte. Durée : 1h30.


Commentaires

A la Une

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts