Synopsis : Chaque année, durant 12 ans, le réalisateur Richard Linklater a réuni les mêmes comédiens pour un film unique sur la famille et le temps qui passe. On y suit le jeune Mason de l’âge de six ans jusqu’à sa majorité, vivant avec sa sœur et sa mère, séparée de son père. Les déménagements, les amis, les rentrées des classes, les premiers émois, les petits riens et les grandes décisions qui rythment sa jeunesse et le préparent à devenir adulte…

 

♥♥♥♥♥

 

Boyhood de Richard Linklater - affiche

Boyhood de Richard Linklater – affiche

Avec près d’une vingtaine de longs métrages à son actif, Richard Linklater a sans doute atteint le point culminant de son art avec Boyhood, lauréat de l’Ours d’Argent du meilleur réalisateur au dernier festival de Berlin. Après avoir mis fin en 2013 à sa trilogie Before avec BEFORE MIDNIGHT (notre critique), dix huit ans après le premier opus Before Sunrise (1995), Richard Linklater nous révèle enfin son projet le plus fort émotionnellement, qui aborde sur douze ans l’histoire d’une famille de la banlieue sud du Texas (sa terre natale), à travers le point de vue et l’exaltation d’un jeune garçon. Linklater nous conte ainsi entre 2002 et 2013, l’évolution de Mason, incarné par Ellar Coltrane de 6 à 18 ans, avec sa sœur aînée (Lorelei Linklater, la propre fille du cinéaste) et sa mère (Patricia Arquette), en esquissant en parallèle la relation qu’il entretient avec son père (Ethan Hawke, fidèle au cinéaste). Boyhood explore l’enfance, le passage à l’âge adulte, les premiers émois, les déceptions, les hobbies, les relations de couple, la maternité et les tourbillons de la vie d’une famille de parents divorcés. Mais ce n’est pas tant son récit, à la fois poignant, très drôle, émotionnel et profond, qui nous transporte intégralement, que cette fascination éprouvée à le regarder réellement grandir devant la caméra. Le temps qui passe est non seulement l’un des thèmes de prédilection dans la filmographie du cinéaste mais il est surtout profondément ancré dans sa manière de concevoir et d’appréhender la vie au cinéma comme de l’art.

 

Ellar Coltrane - Boyhood de Richard Linklater

Ellar Coltrane – Boyhood de Richard Linklater

 

Un passage en est d’ailleurs assez éloquent. Alors que Mason, devenu adolescent, développe sa passion pour la photographie, l’un de ses ‘mentors’ lui confie : ‘N’importe qui peut prendre des photos, mais il est difficile de faire de l’art’ (Any dip shit can take pictures, but it’s hard to make art). Boyhood, qui s’ouvre et se referme sur le regard de ce garçon toujours contemplatif tout en se laissant capter par l’instant présent, se définit pleinement ainsi. Linklater combine ces éléments avec aisance, sincérité et justesse. Car sans utiliser la technique basique du fondu au noir, Linklater gère le montage avec fluidité définissant ce temps qui passe à travers l’évolution physique de Mason et de sa sœur. Des changements renforcés et ponctués par les différentes coupes de cheveux, les tendances de la mode, les avancées des nouvelles technologies (du Gameboy à l’iPhone), le contexte politique du pays (l’arrivée d’Obama), le cinéma (les différents opus d’Harry Potter), et la musique avec les divers hits marquants. Si l’œuvre sur 2h43 peut parfois imposer une certaine longueur inévitable, les situations qui se succèdent gomment ce sentiment pour imposer à l’écran un voyage existentiel et émotionnel savoureux. On apprécie en outre l’utilisation à bon escient de l’ellipse qui nous épargne un superflu de scènes de remariages, de divorces et de déménagements. Bien sûr toute la force de ce film contemporain universel émane de son casting. Si l’on admire la prestation de Patricia Arquette dans le rôle de cette mère seule et dévouée qui tente de gérer sa vie, ses enfants et ses mauvais choix d’hommes au cour de ses remariages, on salue la performance d’Ellar Coltrane, au tempérament souvent calme et posé en dépit des bouleversements, qui parvient à tenir la distance et à transfigurer son personnage en un portrait à la fois puissant et sensible. Richard Linklater signe un chef d’œuvre de référence sur l’apprentissage de l’enfance qui capture les instantanés de la vie d’une incroyable force émotionnelle. A quand Girlhood ?

 

 

 

  • BOYHOOD écrit et réalisé par Richard Linklater en salles le 23 juillet 2014.
  • Casting : Ellar Coltrane, Patricia Arquette, Lorelei Linkalter, Ethan Hawke, Charlie Sexton, Seteven Prince, Lilly Villari, Marco, Perella, Andrew Villareal, Jamie Howard ; Zoé Graham….
  • Production : Richard Linkalter et Cathleen Sutherland
  • Photographie : Lee Daniel Shane Kelly
  • Montage : Sandra Adair
  • Décors : Rodney Becker
  • Costumes : Kari Perkins
  • Musique : Randall Poster
  • Distribution : Diaphana
  • Durée : 2h43


Commentaires

A la Une

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Rachel Weisz dans la peau d’Elizabeth Taylor 

Rachel Weisz incarnera la superstar hollywoodienne Elizabeth Taylor, dans un biopic consacré à l’actrice militante, figure de la lutte contre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 JOKER 775 730 4 4 610 618
2 ABOMINABLE 584 706 2 1 375 119
3 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 553 516 3 2 107 190
4 HORS NORMES 527 710 2 1 146 485
5 RETOUR A ZOMBIELAND 296 972 1 296 972
6 MON CHIEN STUPIDE 290 256 1 290 256
7 TERMINATOR : DARK FATE 273 944 2 723 397
8 DONNE-MOI DES AILES 217 574 4 1 135 766
9 AU NOM DE LA TERRE 161 112 6 1 737 740
10 DOCTOR SLEEP 147 991 1 147 991

Source: CBO Box office

Nos Podcasts