Synopsis : Chaque année, durant 12 ans, le réalisateur Richard Linklater a réuni les mêmes comédiens pour un film unique sur la famille et le temps qui passe. On y suit le jeune Mason de l’âge de six ans jusqu’à sa majorité, vivant avec sa sœur et sa mère, séparée de son père. Les déménagements, les amis, les rentrées des classes, les premiers émois, les petits riens et les grandes décisions qui rythment sa jeunesse et le préparent à devenir adulte…

 

♥♥♥♥♥

 

Boyhood de Richard Linklater - affiche

Boyhood de Richard Linklater – affiche

Avec près d’une vingtaine de longs métrages à son actif, Richard Linklater a sans doute atteint le point culminant de son art avec Boyhood, lauréat de l’Ours d’Argent du meilleur réalisateur au dernier festival de Berlin. Après avoir mis fin en 2013 à sa trilogie Before avec BEFORE MIDNIGHT (notre critique), dix huit ans après le premier opus Before Sunrise (1995), Richard Linklater nous révèle enfin son projet le plus fort émotionnellement, qui aborde sur douze ans l’histoire d’une famille de la banlieue sud du Texas (sa terre natale), à travers le point de vue et l’exaltation d’un jeune garçon. Linklater nous conte ainsi entre 2002 et 2013, l’évolution de Mason, incarné par Ellar Coltrane de 6 à 18 ans, avec sa sœur aînée (Lorelei Linklater, la propre fille du cinéaste) et sa mère (Patricia Arquette), en esquissant en parallèle la relation qu’il entretient avec son père (Ethan Hawke, fidèle au cinéaste). Boyhood explore l’enfance, le passage à l’âge adulte, les premiers émois, les déceptions, les hobbies, les relations de couple, la maternité et les tourbillons de la vie d’une famille de parents divorcés. Mais ce n’est pas tant son récit, à la fois poignant, très drôle, émotionnel et profond, qui nous transporte intégralement, que cette fascination éprouvée à le regarder réellement grandir devant la caméra. Le temps qui passe est non seulement l’un des thèmes de prédilection dans la filmographie du cinéaste mais il est surtout profondément ancré dans sa manière de concevoir et d’appréhender la vie au cinéma comme de l’art.

 

Ellar Coltrane - Boyhood de Richard Linklater

Ellar Coltrane – Boyhood de Richard Linklater

 

Un passage en est d’ailleurs assez éloquent. Alors que Mason, devenu adolescent, développe sa passion pour la photographie, l’un de ses ‘mentors’ lui confie : ‘N’importe qui peut prendre des photos, mais il est difficile de faire de l’art’ (Any dip shit can take pictures, but it’s hard to make art). Boyhood, qui s’ouvre et se referme sur le regard de ce garçon toujours contemplatif tout en se laissant capter par l’instant présent, se définit pleinement ainsi. Linklater combine ces éléments avec aisance, sincérité et justesse. Car sans utiliser la technique basique du fondu au noir, Linklater gère le montage avec fluidité définissant ce temps qui passe à travers l’évolution physique de Mason et de sa sœur. Des changements renforcés et ponctués par les différentes coupes de cheveux, les tendances de la mode, les avancées des nouvelles technologies (du Gameboy à l’iPhone), le contexte politique du pays (l’arrivée d’Obama), le cinéma (les différents opus d’Harry Potter), et la musique avec les divers hits marquants. Si l’œuvre sur 2h43 peut parfois imposer une certaine longueur inévitable, les situations qui se succèdent gomment ce sentiment pour imposer à l’écran un voyage existentiel et émotionnel savoureux. On apprécie en outre l’utilisation à bon escient de l’ellipse qui nous épargne un superflu de scènes de remariages, de divorces et de déménagements. Bien sûr toute la force de ce film contemporain universel émane de son casting. Si l’on admire la prestation de Patricia Arquette dans le rôle de cette mère seule et dévouée qui tente de gérer sa vie, ses enfants et ses mauvais choix d’hommes au cour de ses remariages, on salue la performance d’Ellar Coltrane, au tempérament souvent calme et posé en dépit des bouleversements, qui parvient à tenir la distance et à transfigurer son personnage en un portrait à la fois puissant et sensible. Richard Linklater signe un chef d’œuvre de référence sur l’apprentissage de l’enfance qui capture les instantanés de la vie d’une incroyable force émotionnelle. A quand Girlhood ?

 

 

 

  • BOYHOOD écrit et réalisé par Richard Linklater en salles le 23 juillet 2014.
  • Casting : Ellar Coltrane, Patricia Arquette, Lorelei Linkalter, Ethan Hawke, Charlie Sexton, Seteven Prince, Lilly Villari, Marco, Perella, Andrew Villareal, Jamie Howard ; Zoé Graham….
  • Production : Richard Linkalter et Cathleen Sutherland
  • Photographie : Lee Daniel Shane Kelly
  • Montage : Sandra Adair
  • Décors : Rodney Becker
  • Costumes : Kari Perkins
  • Musique : Randall Poster
  • Distribution : Diaphana
  • Durée : 2h43


Commentaires

A la Une

If It Bleeds : Darren Aronofsky, Ben Stiller et Blumhouse acquièrent trois nouvelles du recueil de Stephen King

If It Bleeds, le recueil de nouvelles horrifiques de l’auteur dont les adaptations sont les plus prolifiques au monde intéresse… Lire la suite >>

Incroyable mais vrai : Quentin Dupieux prépare son nouveau film

Après Mandibules qui sortira prochainement, Quentin Dupieux retrouve Alain Chabat et Anaïs Demoustier pour une nouvelle comédie invraisemblable, Incroyable mais… Lire la suite >>

The Boys : l’équipe de bras cassés est de retour dans le trailer de la saison 2

Humour noir, hémoglobine, têtes tranchées et traque sans merci rythment le premier trailer de la deuxième saison de The Boys,… Lire la suite >>

We Are Who We Are : premier teaser pour la minisérie de Luca Guadagnino

Deux adolescents qui échangent sur les rochers d’une plage italienne. Le teaser de la première série du réalisateur de Call… Lire la suite >>

Le bassin de la Villette va accueillir un cinéma flottant

Dans le cadre de l’ouverture de la saison de Paris Plages, le bassin de la Villette sera le théâtre d’un… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 126 691 17 507 224
2 LES PARFUMS 121 018 1 121 018
3 EN AVANT 86 495 18 769 385
4 DE GAULLE 75 074 18 791 823
5 L'OMBRE DE STALINE 55 652 3 140 532
6 INVISIBLE MAN 43 454 19 715 734
7 THE DEMON INSIDE 32 818 3 83 050
8 L'APPEL DE LA FORET 25 662 20 1 229 062
9 NOUS, LES CHIENS... 24 040 3 46 153
10 10 JOURS SANS MAMAN 22 575 20 1 151 800

Source: CBO Box office

Nos Podcasts