Waste Land de Pieter Van Hees: critique

Publié par Didier Flori le 24 mars 2015

Synopsis : Léo Woeste est inspecteur à la brigade criminelle de Bruxelles. Il vit avec Kathleen et leur fils Jack, 5 ans. Jour après jour, il explore les bas-fonds de la ville, le « Waste Land ». Sa famille lui permet de garder pied. Mais l’enquête sur le meurtre d’un jeune congolais amène Léo à rencontrer la soeur de la victime, une femme magnétique et déterminée. Entre rituels, fascination et vieux démons, l’équilibre de Léo semble plus que jamais menacé…

 

♥♥♥♥♥

 

Waste Land - affiche

Waste Land – affiche

Avec Waste Land, premier de ses films à sortir sur les écrans français, le belge Pieter Van Hees clôt une trilogie thématique qu’il avait amorcée avec Left Bank et Dirty Mind. Intitulé « anatomie de l’amour et de la douleur », ce cycle se conclut sur une œuvre noire et violente, dans la lignée du Bullhead de son compatriote Michaël R. Roskam. On y retrouve le même réalisme désespéré teinté de lyrisme tragique. Cependant, s’il ne manque pas d’intérêt Waste Land n’atteint pas l’intensité ni le niveau de maîtrise de l’œuvre percutante qui a révélé Matthias Schoenaerts. L’exposition comporte pourtant son lot de promesses. Le refrain proposé du policier affecté par l’horreur qu’il côtoie au quotidien n’est pas neuf mais Waste Land bénéficie d’atouts certains qui permettent d’en faire autre chose qu’une énième variation sur les codes rebattus du polar. C’est d’abord Jérémie Rénier qui retient l’attention. Qu’il joue des personnages ordinaires chez les Dardenne ou incarne Claude François dans CLOCLO (notre critique), Rénier a cette capacité d’investir et de nous faire croire en ses personnages. Choisi par Pieter Van Hees pour l’humanité qu’il apporte à ses rôles, l’acteur nous permet d’être en empathie immédiate avec le héros fragile et secret qu’il incarne. On est ensuite happés par la noirceur d’une scène où Léo prend la place d’une victime face à un suspect lors d’une reconstitution judiciaire.

 

Jeremie Renier dans Waste Land

Jeremie Renier dans Waste Land

 

L’introduction passée, Waste Land fascine par sa plongée dans le milieu peu exploré de la communauté congolaise de Bruxelles. On découvre aux marges de l’univers urbain la présence de traditions tribales, à travers l’intrigue d’un trafic de statuettes pillées. Cette rencontre produit une atmosphère trouble, où s’immisce le doute d’un fantastique qui échapperait à la rationalité d’une enquête policière. Les fantômes du colonialisme belge occupent bientôt le devant de la scène, comme la source d’un mal souterrain mais pas moins effrayant. Le tout culmine dans un match de boxe où le mélange de brutalité physique et de sorcellerie présumée provoque une réelle angoisse. Malheureusement la scène qui suit, rencontre entre Léo et la figure un peu caricaturale du mal qu’il poursuit, annonce la faiblesse du métrage dans le second acte.

 

Waste Land de Pieter Van Hees

Waste Land de Pieter Van Hees

 

Le récit policier, à la structure lâche mais à la tension belle et bien présente, se désagrège à mesure que l’intrigue se recentre sur l’étude psychologique de son héros tourmenté. Pieter Van Hees ne propose hélas pas assez de nuances dans ce registre, illustrant la trajectoire de son protagoniste vers la folie à coup de symbolique psychanalytique assez lourde. L’isolement paranoïaque de Léo revêt vite un caractère répétitif et l’on s’ennuie un peu aux côtés d’un héros perdu dans ses obsessions. Waste Land ne tient donc pas narrativement toutes ses promesses, mais on reconnaît néanmoins à Pieter Van Hees un sens de la mise en scène baroque qui ravive notre intérêt. Des terrains vagues désolés de Bruxelles au chemin labyrinthique souterrain emprunté par Léo dans un final halluciné, ce thriller inégal mais intriguant est traversé de visions qui nous hantent longtemps après sa projection.

 

 

  • WASTE LAND écrit et réalisé par Pieter Van Hees en salles le 25 mars 2015.
  • Avec : Jérémie Rénier, Natali Broods, Babetida Sadjo, Peter Van den Begin, Peter Van den Eede, Mourade Zeguendi…
  • Production : Eurydice Gysel, Koen Mortier
  • Photographie : Menno Mans
  • Décors : Geert Paredis
  • Montage : Nico Leunen
  • Son : Marc Engels
  • Costumes : Catherine Marchand
  • Distributeur : Chrysalis Films
  • Durée : 1h37

.

Commentaires

A la Une

Une première bande-annonce pour le très attendu Benedetta de Paul Verhoeven

Après une année d’attente supplémentaire, le nouveau Paul Verhoeven s’approche un peu plus des salles françaises. Dans cette première bande-annonce,… Lire la suite >>

Ewan McGregor incarne le couturier Halston dans la nouvelle série de Ryan Murphy

Disponible le 14 mai sur Netflix, la minisérie de cinq épisodes retrace la gloire et la descente aux enfers de… Lire la suite >>

Elizabeth Olsen en tueuse à la hache dans la série Love And Death

L’actrice américaine Elizabeth Olsen sera la tête d’affiche de Love and Death, une nouvelle minisérie pour HBO Max, sous la… Lire la suite >>

Save Ralph, le court métrage qui tord le cou aux expérimentations animales

Taika Waititi, Ricky Gervais, Zac Efron, Pom Klementieff, Olivia Munn, Tricia Helfer ou encore Denis Villeneuve ont donné de la… Lire la suite >>

Andrés Muschietti, le réalisateur de Ça, sur un projet d’adaptation du roman L’invité douteux

Andrés Muschietti devrait repasser derrière la caméra pour l’adaptation du roman américain L’invité douteux (The Doubtful Guest), avec en vedette Kumail… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ADIEU LES CONS 600 444 1 600 444
2 30 JOURS MAX 515 328 2 1 024 143
3 LES TROLLS 2 TOURNEE MONDIALE 469 045 2 888 619
4 POLY 458 929 1 458 929
5 PETIT VAMPIRE 155 496 1 155 496
6 MISS 113 727 1 113 727
7 PENINSULA 107 865 1 107 865
8 DRUNK 89 089 2 204 024
9 THE GOOD CRIMINAL 83 519 2 199 906
10 CALAMITY, UNE ENFANCE DE MARTHA JANE CANNARY 78 309 2 138 360

Source: CBO Box office

Nos Podcasts