By Sidney Lumet de Nancy Buirski

By Sidney Lumet de Nancy Buirski

Après ‘The Loving Star’ et ‘Après-midi d’un faune : Tanaquil Le Clercq’ qui ont obtenu plusieurs récompenses, la cinéaste américaine Nancy Buirski, productrice également de ‘Harlem Woodstock’, ‘Althea’ et ‘Private Violence’, signe aujourd’hui son troisième documentaire. ‘By Sidney Lumet’ a été terminé à temps pour faire partie de la sélection à Cannes Classics du 68e Festival de Cannes. CineChronicle l’a rencontrée sur la Croisette pour évoquer ce projet très intéressant consacré à l’un des plus grands réalisateurs américains, décédé en 2011, à qui l’on doit ’12 hommes en colère’, ‘Serpico’ ou encore ‘Un après-midi de chien’.

 

 

 

Nancy Buirski / Photo © Gerhard Kassner / Berlinale

Nancy Buirski / Photo © Gerhard Kassner / Berlinale

CineChronicle : Avant By Sidney Lumet, vous avez produit et réalisé deux documentaires bien différents. Pourquoi vous êtes-vous intéressée à Sidney Lumet ?
Nancy Buirski
 : À l’instar de Sidney Lumet, j’aime passer d’une histoire à une autre. Pour moi, c’est comme un défi, je cherche à aborder des thèmes différents et de faire en sorte que mes films ne traitent pas toujours des mêmes propos. Dans le cas présent, c’est une opportunité qui m’a été offerte par American Masters sur PBS. Quelques années avant sa mort en 2011, Sidney Lumet avait accordé en 2008 un long entretien au réalisateur Daniel Anker, mais le projet n’a pas abouti. Après le décès de ce dernier le 21 avril 2014, American Master m’a alors contactée pour connaître mon avis. Ce documentaire est aussi radicalement différent car j’ai été obligée d’adapter ma façon de travailler par rapport au sujet.

 

CC : Vous êtes-vous appuyée sur le travail de Daniel Anker ?

NB : Oui, mais ce ne fut pas du tout évident. Il s’est entretenu avec Sidney Lumet pendant 4 ou 5 jours. J’avais donc en stock quasiment 18 heures de rushes. Ce fut donc un défi d’extraire les parties importantes de l’entretien. Je voulais que ce soit Sidney Lumet qui me guide, me raconte sa propre histoire. Compte tenu de la multitude de sujets qu’il abordait, ce n’était pas une tâche facile.

 

12 Hommes en colère de Sidney Lumet

12 Hommes en colère de Sidney Lumet

CC : Comme avez-vous procédé pour trouver le fil conducteur ?

NB : Dans l’entretien réalisé, j’ai remarqué dès le départ qu’il était souvent orienté sur l’aspect moral de son travail et de ses histoires. Mais Sidney Lumet n’était pas d’accord sur ce point de vue. Il le rejetait même. Ce n’était pas quelque chose qu’il recherchait délibérément. La question morale de ses films était à l’origine d’une certaine tension pendant l’entretien. C’était très perceptible. L’autre point important, qui m’a permis de trouver le fil conducteur, a été ce fait divers qu’il évoque sur l’agression d’une jeune fille dans un train, et dont il a été l’un des témoins. Je crois que cette histoire l’a beaucoup marqué tout au long de sa vie.

 

CC : L’entretien d’origine date de 2008. Pourquoi n’a-t-il pas été exploité plus tôt ?

NB : Ce fut tout un concours de circonstances. Avec American Masters, les réalisateurs reçoivent une avance, mais ils doivent trouver le complément pour le financement, ce qui prend du temps. Ici, Dany était sur d’autres projets. Et puis, il y eut son décès prématuré.

 

CC : Le documentaire s’ouvre avec cette séquence de 12 Hommes en Colère dans laquelle les onze jurés sont convaincus de la culpabilité de l’accusé. Elle se termine par un plan avec Henry Fonda qui exprime ses doutes en déclarant « Je ne sais pas ». Pourquoi avoir choisi cet extrait ?

NB : Pour moi, Henry Fonda représente le personnage de Sidney Lumet, guidé par sa conscience. Dans cette séquence, il a onze hommes contre lui, mais il reste sur sa position pour être en accord avec sa conscience. Je pense qu’elle résume vraiment bien tout l’esprit du documentaire.

 

Network main basse sur la television - affiche

Network main basse sur la television – affiche

CC : Si on vous avait proposé un projet identique mais sur un autre réalisateur, auriez-vous accepté ?

NB : Tout dépend du réalisateur (rires). En dépit du contexte, j’estime avoir eu de la chance de réaliser ce documentaire, car je suis vraiment une grande admiratrice de Sidney Lumet. Outre ses œuvres emblématiques comme 12 hommes en colère, Serpico, Un après-midi de chien ou encore Network, il en a réalisé beaucoup d’autres tout aussi intéressants, comme ces deux adaptations de pièces de théâtre, Long voyage vers la nuit d’après Eugène O’Neill et La Mouette de Tchekov. Il y a aussi La Colline des hommes perdus.

 

CC : Martin Scorsese est crédité au générique. Quel a été son rôle précisément ?

NB : Il fut un conseiller très précieux. Nous nous sommes vus avant la réalisation pour parler de la carrière de Sidney Lumet. Il a visionné un premier montage et il m’a fait part de ses remarques et de ses conseils. Il s’est beaucoup impliqué sur ce projet. Il voulait être certain que By Sidney Lumet voit le jour et il est souvent intervenu pour susciter l’intérêt de producteurs. D’ailleurs, la présence au générique du coproducteur Christopher Donnelly, qui travaille avec Martin Scorsese, était d’une certaine manière son intermédiaire sur ce documentaire.

 

CC : Rien n’est encore décidé quant à sa possibilité de distribution en France. Qu’en est-il aux États-Unis ?

NB : Pour le moment, rien n’est arrêté pour la diffusion à la télévision. Mais nous étudions aussi d’autres circuits, comme les salles de cinéma ou internet.

 

 

 >> LIRE NOTRE CHRONIQUE SUR BY SIDNEY LUMET DE NANCY BUIRSKI<<

 

 

  • Documentaire BY SIDNEY LUMET de Nancy Buirski présenté à Cannes Classics au 68e Festival de Cannes. Aucune date de diffusion en France n’est encore annoncée.
  • Avec : Sidney Lumet
  • Montage : Anthony Ripoli
  • Production : Augusta Films, Thirteen Productions LLC “American Masters”, Matador Content, RatPac Documentary Films
  • Diffuseur : American Masters sur PBS aux Etats-Unis
  • Durée : 1h43

 

Commentaires

A la Une

The Department : Michael Fassbender pourrait jouer dans la série d’espionnage de George Clooney

Michael Fassbender est actuellement en discussion pour rejoindre The Department, la série d’espionnage réalisée par George Clooney et basée sur… Lire la suite >>

César 2024 : Anatomie d’une Chute rafle la mise avec six récompenses

L’Olympia accueillait la 49e Cérémonie des César ce vendredi 23 février. Si les récompenses n’ont pas créé de grandes surprises,… Lire la suite >>

Micheline Presle, star de Falbalas et du Diable au Corps, s’éteint à 101 ans

La doyenne du cinéma français, qui a partagé l’affiche avec les plus grands de l’époque comme Paul Newman et Erroll Flynn, nous a quittés ce 21 février.

Jurassic World 4 : Gareth Edwards en pourparlers pour réaliser le prochain volet

Après le départ de David Leitch, c’est Gareth Edwards, réalisateur de Rogue One, qui serait envisagé par Universal pour reprendre les rênes de l’univers Jurassic Park.

American Nails : Abel Ferrara prépare un film de gangsters moderne avec Asia Argento et Willem Dafoe

Abel Ferrara, réalisateur de Bad Lieutenant et de The King of New York prépare une histoire de gangsters moderne située en Italie, avec Asia Argento et Willem Defoe dans les rôles principaux.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 UNE VIE 456 390 1 456 390
2 BOB MARLEY : ONE LOVE 451 140 2 1 224 005
3 COCORICO 363 438 3 1 331 276
4 MAISON DE RETRAITE 2 356 040 2 882 107
5 CHIEN & CHAT 311 885 2 626 837
6 LE DERNIER JAGUAR 246 588 3 646 699
7 DEMON SLAYER : KIMETSU NO YAIBA - EN ROUTE VERS... 151 200 1 151 200
8 MADAME WEB 129 885 2 337 779
9 LES CHEVRES ! 108 258 1 108 258
10 LA ZONE D'INTERET 96 624 4 632 074

Source: CBO Box office

Nos Podcasts