Livre/ Le populisme américain au cinéma de David Da Silva: critique

Publié par Olivia van Hoegarden le 16 août 2015

Résumé : David Da Silva livre un épais dossier sur le populisme dans le cinéma américain. Il remonte aux origines de ce mouvement de pensée, aussi bien de droite que de gauche, qui préside souvent aux périodes de crise.

 

♥♥♥♥

 

Le Populisme american au cinema - livre

Le Populisme américan au cinéma – livre

Après son ouvrage Sylvester Stallone, héros de la classe ouvrière dans la Collection Les gens du cinéma chez The Book Editor, David Da Silva, journaliste et enseignant, diplômé de l’Institut français de presse de Paris, s’attaque au populisme américain au cinéma – de D.W Griffith à Clint Eastwood, paru aux Editions Lettmotif. Une analyse fouillée, exhaustive, chronologique, du reflet de l’Amérique dans ce miroir qu’est l’écran. Précédé d’un très intéressant texte qui souligne et rappelle la montée des populismes, l’essai donne d’emblée à réfléchir sur les contextes qui ont mené le peuple américain et d’autres à cette idéologie, parfois proche des extrêmes, qui mêle le populaire, le patriotisme et l’intolérance : de Lincoln à Bush en passant par le New Deal, le Maccarthysme et l’assassinat de Kennedy. Divisé en 6 grands thèmes, l’étude décline en chapitres et sous-chapitres, les évolutions de ce courant de pensée à travers ses héros hollywoodiens, eux-mêmes l’incarnation de l’homme du peuple et de la majorité silencieuse. On se met ainsi dans la tête de Ford, de Capra ou de Kazan. On retrouve James Stewart lorsqu’en Mister Smith candide, il se rend au Sénat. On lit sa propre hargne dans les yeux bleus de Tom Joad (Henry Fonda) dans Les Raisins de la Colère. On se traîne avec mélancolie auprès de Dustin Hoffman dans les rues du New York des années 70 avec Macadam Cowboy. On dégaine son Magnum avec la rapidité de Clint Eastwood dans L’Inspecteur Harry. On gravit avec Sylvester Stallone les degrés de la gloire dans Rocky. Chaque film répertorié est décortiqué, les symboles révélés, les résonances soulignées. Au final, un travail assez scolaire mais passionnant malgré tout pour un cinéphile dont la passion verra au-delà des maladresses de construction, de style ou de traduction (notes de bas de page). Quant à la question énoncée dès la couverture Un héros populiste pour unir ou diviser le peuple ?, on aura beau lire ce contenu analytique en tous sens, la réponse ne saute pas aux yeux. Car il n’y pas qu’un populisme ou il n’y a que des populismes, quel que soit le bord politique, quelle que soit l’époque. Ce type de héros est un caractère auquel l’Américain de bon sens s’identifie, le porte-étendard d’une sorte de propagande qui donne toujours raison au peuple. David Da Silva dresse la liste de ces tendances inscrites dans leur contexte historique, sans toutefois prendre parti en dépit d’une assez longue conclusion. En appui, de nombreux photogrammes et une importante bibliographie qui font du Populisme américain au cinéma, un très bon ouvrage de référence.

 

 

  • LE POPULISME AMÉRICAIN AU CINÉMA : DE D.W GRIFFITH À CLINT EASTWOOD écrit par David Da Silva, disponible en librairie aux Editions Lettmotif depuis le 16 juin 2015.
  • 466 pages
  • 34 €

Commentaires

A la Une

Confinement : le décor d’un tournage en pause plonge les passants dans le Paris de l’Occupation

Repérées au début du mois par les habitants du quartier, deux rues de la Butte Montmartre arborent des affiches du… Lire la suite >>

Confinement : Masterclass et cours donnés par de grands noms du septième art en accès libre

Accédez à des centaines de masterclass, de tables rondes, et de cours livrés par des personnalités du cinéma depuis chez… Lire la suite >>

Ryan Gosling en discussion pour jouer un astronaute dans l’adaptation d’un livre d’Andy Weir

Après First Man de Damien Chazelle, Ryan Gosling va certainement devoir retourner dans l’espace pour un blockbuster de la MGM… Lire la suite >>

Carlotta Films lance sa plateforme de SVOD

Le distributeur de films de patrimoine propose à son tour un service de SVOD, le Vidéo Club Carlotta Films, pour… Lire la suite >>

Aaron Paul aimerait incarner Kurt Cobain

L’interprète de Jesse Pinkman rêve d’incarner le leader du groupe Nirvana, disparu à l’âge de 27 ans en 1994.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts