Livre/ Sam Peckinpah: critique

Publié par Jacques Demange le 31 août 2015

Résumé : Il n’a jamais gagné d’Oscar et n’a pas toujours obtenu les faveurs du public. Sa filmographie est courte et inégale. Pourtant, nombre de cinéphiles et de grands cinéastes actuels – comme Tarantino ou Scorsese – se réclament de Sam Peckinpah. Il manquait un ouvrage capable de traverser toute son oeuvre.

 

♥♥♥♥

 

Sam Peckinpah - Capricci

Sam Peckinpah – Capricci

Signalons d’abord que Sam Peckinpah répond vraiment à un manque : la publication en langue française d’un ouvrage capable d’éclairer les différentes facettes d’un réalisateur majeur du cinéma américain. En cela, le choix de la forme collective se révèle judicieux, permettant d’embrasser l’ensemble de la carrière de Peckinpah selon des perspectives différentes mais convergentes. Ce livre profite aussi de la rétrospective dédiée au cinéaste organisée par le Festival de Locarno cette année, en association avec les Cinémathèques Suisse et Française. Aux trois études générales, réparties selon un ordre chronologique (les premiers films, les classiques, les derniers films), s’ajoutent ainsi différents entretiens (de Peckinpah himself, de Gordon T. Dawson, bras droit du réalisateur de 1965 à 1974, et du musicien-acteur Kris Kristofferson). Des résumés de tournage, des documents inédits (voir la très belle critique d’Un nommé Cable Hogue signée Samuel Fuller), de nombreuses illustrations en noir et blanc et couleurs ainsi que deux autres études, offrent des compléments idéaux à cette précieuse monographie. Formé à la télévision, Peckinpah est aujourd’hui considéré comme le spécialiste de la violence au cinéma. À la fois figurée (thèmes et schémas narratifs) et figurale (le ralenti et le montage, principaux instruments de son style visuel), cette dernière travaille le fond et la forme de ses films, et devient un motif central de sa mise en scène à partir de La Horde Sauvage (1968). Bien que stylisée, la représentation de la violence prend ici une valeur critique, évitant l’écueil de la gratuité ou les facilités du solipsisme.

 

Sam Peckinpah

Sam Peckinpah

 

Si les entretiens et documents de tournage fourmillent d’anecdotes sympathiques permettant d’entrevoir la complexité du personnage Peckinpah, ce sont bien les études menées par Chris Fujiwara, Emmanuel Burdeau, Carlo Chatrian, Christophe Huber et Jean-François Rauger qui font le prix de cet ouvrage pluriel. Thématique, esthétique ou contextuelle (voir les trois dans le cas de l’excellent essai d’Emmanuel Burdeau), les analyses retrouvent ce « monde des spectres » décrit par Fernando Ganzo, maître d’oeuvre du collectif, dans sa très belle introduction. Chez Peckinpah, corps et rythmes déconstruisent les mythes tout en reconduisant certains gestes hérités du classicisme. Un paradoxe que relativisent ces cinq études, productrices d’un discours permettant le passage du singulier (une image, une séquence) au général (un corpus de films, une interrogation sur le classique et le moderne). Après Alfred Hitchcock (L’oeil domestique. Alfred Hitchcock et la télévision, publié en 2014 chez Rouge Profond), Jean-François Rauger poursuit, quant à lui, son analyse des rapports entre cinéma et télévision, une étude conclusive dont le double mérite est d’éclairer à la fois les fonctionnements du médium télévisuel de l’époque, et un pan de la carrière de Peckinpah encore trop peu connu du public contemporain. Si la filmographie détaillée est bienvenue, indexes et bibliographie manquent cependant à l’appel.

 

 

  • SAM PECKINPAH par le collectif Chris Fujiwara, Emmanuel Burdeau, Carlo Chatrian, Christophe Huber et Jean-François Rauger sous la direction de Fernando Ganzo, disponible en librairie le 4 septembre 2015 aux Editions Capricci, Hors Collection.
  • 196 pages
  • 23 €

Commentaires

A la Une

Confinement : La Comédie-Française lance sa web télé

Les amateurs de théâtre ont de quoi se réjouir. La Maison de Molière transporte les planches de la salle Richelieu… Lire la suite >>

Confinement : projections de quartier, programmations virtuelles, le cinéma de proximité subsiste

Des projections nocturnes d’une cour d’immeubles à Lyon aux initiatives de petites salles, le cinéma reste un biais d’échange et… Lire la suite >>

Mad Max : Anya Taylor-Joy pourrait camper la jeune Furiosa

La star des Nouveaux Mutants a été auditionnée pour jouer le rôle de Furiosa dans le prequel racontant la jeunesse… Lire la suite >>

Le réalisateur Thomas Lilti redevient médecin face à la pandémie

Le réalisateur d’Hippocrate a décidé de rejoindre les rangs de ses confrères soignants en pleine crise pandémique de Covid-19.  … Lire la suite >>

Confinement : The Jokers invite petits et grands à jouer avec son cahier d’activités cinéphile

Le distributeur hexagonal de Parasite vous offre de petits jeux ludiques et un concours autour du cinéma, pour divertir petits… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts