Warcraft – le commencement de Duncan Jones : critique

Publié par Antoine Gaudé le 26 mai 2016

Synopsis : Le pacifique royaume d’Azeroth est au bord de la guerre, alors que sa civilisation doit faire face à une redoutable race d’envahisseurs : des guerriers Orcs fuyant leur monde moribond pour en coloniser un autre. Alors qu’un portail s’ouvre pour connecter les deux mondes, une armée fait face à la destruction et l’autre à l’extinction. De côtés opposés, deux héros vont s’affronter et décider du sort de leur famille, de leur peuple et de leur patrie.

 

♥♥♥♥♥

 

Warcraft - Le commencement - affiche

Warcraft – Le commencement – affiche

Les adaptations de jeux vidéo à succès, développées directement par les éditeurs avec les majors en étroite collaboration, débarquent sur les écrans. En attendant Assassin’s Creed avec Michael Fassbender en décembre prochain, Warcraft : le commencement propose un univers d’heroic-fantasy où Orcs et humains s’affrontent dans des décors médiévaux et fantastiques dans la pure tradition littéraire d’un Tolkien. Fort d’une masse de fans hardis – des millions de gamers à travers le monde –, Blizzard Entertainment et Universal Pictures ont souhaité privilégier le spectacle en confiant un budget conséquent à un cinéaste de talent, Duncan Jones (MOON, SOURCE CODE). Prise de position forte de la part des studios qui, généralement, privilégient le faiseur respectueux du cahier des charges, au détriment d’une vision personnelle et inspirée. Hélas, toutes ces bonnes intentions parviennent rarement à convaincre. Les qualités de mise en scène de Duncan Jones ne sont pas systématiquement remises en cause ; certains plans construisent une immédiate iconicité, en particulier chez les Orcs, visuellement impressionnants. C’est bien au niveau du scénario, piégé dans certains schémas éculés, que Warcraft s’avère décevant. Il y a d’abord le problème de l’imaginaire lié à l’épopée : cette riche matière symbolique qu’est la mythologie de Tolkien – ou bien celle, plus lointaine, de la Grèce antique –, est pour ainsi dire réduite à sa portion la plus congrue. Le tout avec comme credo un merveilleux qui se doit d’être vraisemblable, à savoir façonné autour de désirs proprement humains, souvent liés à des traumas comme la vengeance, le sacrifice, la trahison, y compris dans le traitement des Orcs.

.

Toby Kebbell (Dorutan) - Warcraft le commencement

Toby Kebbell (Dorutan) – Warcraft le commencement

.

Trop respectueux du matériel d’origine, le jargon propre à l’univers, les noms des personnages et les histoires réduisent tout cet imaginaire sans jamais parvenir à le dépasser d’une manière véritablement surprenante. L’écriture de tous ces héros est cousue de fil blanc, les trajectoires et les relations sont unidimensionnelles et univoques. Dans cette volonté de développer un nombre trop important de protagonistes pour contenter les fans, Warcraft parvient rarement à les faire réellement vivre. Le tempo soutenu des premières scènes dans l’univers des Orcs retombe rapidement via un montage alterné des plus hasardeux qui occasionne d’importants problèmes de rythme narratif : le travers du blockbuster numérique, sans doute. Cependant, le film aborde des thématiques pertinentes, comme celle de l’héroïsme et de sa possible crise. En bon conteur d’épopée, Jones rapporte les exploits des héros des deux camps et, à l’instar d’Homère dans l’Iliade, semble plus attaché à la résistance héroïque de Dorutan (Toby Kebbell). Probablement parce que celle-ci naît d’une détermination profonde à protéger son peuple, sa femme et son enfant, à l’image du prince de Troie, Hector. Alors que Lothar, également pourvu d’un fils sacrifiable, ne parvient pas à nous émouvoir ; l’acteur Travis Fimmel ayant moins d’expressions que la motion capture de l’Orc. Ici, ce sont finalement les vaincus qui détiennent la vraie gloire dans l’épopée.

.

À droite : Travis Fimmel (Lothar) - Warcraft le commencement

À droite : Travis Fimmel (Lothar) – Warcraft le commencement

.

Le véritable héros épique ne se comprend que dans la mesure où il peut devenir un héros tragique, véritable mesure de son humanité. Et Lothar, rapidement dépendant de son désir de vengeance, ne peut prétendre à cette forme d’héroïsme. Jones le matérialise ainsi, d’où sa difficulté à maintenir un regard aussi admiratif sur l’Alliance des hommes que sur la Horde des Orcs. Aujourd’hui, force est de constater que n’importe quel univers d’heroic-fantasy semble inévitablement comparé et jugé à l’aune de la trilogie du Seigneur des Anneaux tel un énième ersatz, voire à Game of Thrones, à moins de subir un traitement radical tant sur le plan narratif que plastique. Warcraft peut cependant se targuer d’avoir offert un nouveau regard sur cet agent surnaturel du conte que symbolise l’Orc. Bien qu’impressionnants, et même homériques, les duels entre Orcs sont assujettis à une représentation classique, fondée sur une mimèsis de structures intelligibles faite de fictions et non d’images. Dans le cadre d’une écriture cinématographique, cela peut être sujet à caution, sans pour autant bouder notre plaisir.

.
Antoine Gaudé
.
.
.
  • WARCRAFT : LE COMMENCEMENT (Warcraft) de Duncan Jones en salles depuis le 25 mai 2016.
  • Avec : Travis Fimmel, Paula Patton, Dominic Cooper, Ben Foster, Ben Schnetzer, Robert Kazinsky, Clancy Brown, Daniel Wu, Ruth Negga, Anna Galvin…
  • Scénario : Duncan Jones, Charles Leavitt d’après le jeu vidéoludique éponyme de Blizzard
  • Production : Thomas Tull, Charles Roven, Alex Gartner, Stuart Fenegan, John Jashni
  • Photographie : Simon Duggan
  • Montage : Paul Hirsch
  • Décors : Gavin Bocquet, Elizabeth Wilcox
  • Costumes : Mayes Rubeo
  • Musique : Ramin Djawadi
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 2h04

.

Commentaires

A la Une

Disclaimer : Cate Blanchett et Kevin Kline dans une série d’Alfonso Cuarón

Apple continue d’attirer de grands noms sur sa plateforme de streaming en offrant une série à Alfonso Cuarón qui dirigera… Lire la suite >>

Renfield : Nicolas Cage en comte Dracula

Universal continue à développer son Dark Universe en s’attaquant au célèbre vampire avec Nicolas Cage et Nicholas Hoult.    … Lire la suite >>

David Gulpilil, du contrechamp au plein cadre

Emporté à l’âge de 68 ans par un cancer du poumon ce 29 novembre 2021, l’acteur australien aborigène David Gulpilil… Lire la suite >>

Stephen Sondheim, compositeur d’images

Disparu le 26 novembre 2021, le compositeur et parolier Stephen Sondheim a su marquer de sa personnalité certaines des plus… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Ridley Scott rejette l’échec sur les millenials et leurs smartphones

Un peu plus d’un mois après la sortie du Dernier Duel, Ridley Scott explique l’insuccès de son drame historique par… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL 526 906 1 526 906
2 LES BODIN'S EN THAILANDE 330 688 2 910 869
3 HOUSE OF GUCCI 293 474 1 293 474
4 ALINE 191 109 3 1 087 526
5 LES ETERNELS 123 205 4 1 579 070
6 RESIDENT EVIL : BIENVENUE A RACCOON CITY 110 288 1 110 288
7 ON EST FAIT POUR S'ENTENDRE 102 040 2 260 962
8 DE SON VIVANT 90 106 1 90 106
9 SUPREMES 77 095 1 77 095
10 AMANTS 72 186 2 208 189

Source: CBO Box office

Nos Podcasts