Colonia de Florian Gallenberger : critique

Publié par CineChronicle le 28 juin 2016

Synopsis : Chili, 1973. Le Général Pinochet s’empare du pouvoir par la force. Les opposants au coup d’État descendent dans la rue. Parmi les manifestants, un jeune couple, Daniel photographe et son amie Lena. Daniel est arrêté par la nouvelle police politique. Il est conduit dans un camp secret, caché dans un lieu reculé au sein d’une secte dirigée par un ancien nazi. Une prison dont personne n’est jamais sortie. Pour retrouver son amant, Lena va pourtant rentrer dans la Colonia Dignidad.

♥♥♥♥♥

 

Colonia - affiche

Colonia – affiche

Dossier Odessa, Opération Condor, Colonia Dignidad, c’est sur ces événements épouvantables que se projette le bouleversant Colonia. Après Shadows of Time et John Rabe, le juste de Nankin, le réalisateur allemand Florian Gallenberger poursuit sa plongée dans les tourbillons de l’Histoire, souvent méconnus, parfois même oubliés. En 1973, la société chilienne se noyait dans un chaos total. Il y est présent tous les éléments que Lénine évoquait dans son fameux L’État et la Révolution : la naissance du fascisme, l’attitude de haine de la petite bourgeoisie contre les marxistes, les anciens et les nouveaux syndicats locaux et internationaux, les partis de gauche dépassés par la force des masses. Augusto Pinochet a fait trembler le pays et tout le continent américain par son coup d’État. Sur fond social plus que dramatique, le photographe allemand Daniel, incarné par Daniel Brühl, fut arrêté par la DINA et ensuite envoyé à la Colonia Dignidad. Co-auteur du scénario, Gallenberger met ainsi en lumière les expériences de ces ex-colons, recueillies au cours de ses années de recherches. Au sein de ce véritable « État dans l’État », situé à 380 km de Santiago, Paul Schäfer (Michael Nyqvist), ancien caporal de la Waffen-SS, a bâti son « nouveau royaume de Dieu », un camp de concentration cloisonnant des expatriés allemands mais aussi des dissidents politiques chiliens. L’interprétation de Nyqvist est théâtrale, comme toujours, mais son personnage caricatural révèle les terribles actes de pédophilie et de répressions envers ses prisonniers que cet homme a commis.

.

Colonia

Colonia

.

L’approche et l’analyse ne rendent pas vraiment compte de la réalité bien plus complexe. C’est le plus grand reproche de Colonia. Cette horreur s’est en effet produite pendant 30 ans grâce à un réseau maintenu par les services secrets des pays de l’Amérique Latine, le BND – service d’intelligence allemand – et la CIA. Si l’on ignore toujours l’existence du réseau Odessa – une organisation chargée de l’exfiltration des anciens nazis, à l’instar du personnage joué par Nyqvist -, on sait par l’entremise du procès contre Schäfer, suite à son arrestation en Argentine en 2005, que la Colonia était en fait un arsenal sous terrain et un centre d’échange de renseignements. L’ex-nazi a vendu des armes de guerre, fabriquées en Allemagne, à Pinochet et à d’autres dictateurs. La CIA, en perpétuelle lutte contre le camp communiste et soutenant les échanges d’informations entre le Brésil, le Chili, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay, a équipé cet endroit d’un vrai pôle de technologies par des appareils de codage directement reliés à l’Opération Condor.

.

De ce point de vue, Colonia n’inclut pas suffisamment de faits pour devenir à l’écran le « choc d’une histoire vraie ». Gallenberger veut nous faire ressentir la peur et la cruauté de ce système d’oppression. Or, son approche devient ici plutôt décor et ne parvient pas à retranscrire toute cette horreur humaine. Car Colonia prend plutôt le chemin de la romance entre la jeune et audacieuse Lena (Emma Watson), désireuse de s’unir avec son amant, et Daniel qui cherche constamment à décrire la société qui l’entoure par ses photos. Dans des plans minutieusement cadrés, Emma Watson et Daniel Brühl parviennent néanmoins à faire vibrer leurs personnages. Et certaines scènes sont filmées avec efficacité : dans les tunnels où la tension se propage et lors des réunions des adeptes de Schäfer – l’humanité y est carrément soumise à l’examen. Mais le déroulement narratif reste en surface et certaines situations s’avèrent peu crédibles dans le contexte, à l’image de ce moment où Daniel est capturé alors qu’il prend des clichés des arrestations des dissidents.

.

Colonia

Colonia

.

Si Colonia aurait mérité une analyse plus approfondie et à l’aune de la douleur qu’elle a engendré sur le pays, même après la chute du gouvernent de Pinochet, Gallenberger parvient toutefois à (re)mettre en lumière un moment sombre de l’histoire chilienne. Il est intéressant d’ailleurs de découvrir par ce biais le cinéma de Patricio Guzman, grand cinéaste chilien, qui a souvent témoigné des bouleversements sociaux et politiques de cette époque, à l’instar de La Bataille du Chili. Dans le documentaire Rencontre avec Patricio Guzman, filmer obstinément réalisé par Boris Nicot (2014), il indique en outre que « L’État de droit protège les journalistes. Même au cœur d’une bataille rangée, il ne t’arrivera rien »

.

Wei Lan

.

.

.

  • COLONIA réalisé par Florian Gallenberger en salles en France le 20 juillet 2016.
  • Avec : Emma Watson, Daniel Brühl, Michael Nyqvist, Richenda Carey, Vicky Krieps, Jeanne Werner, Julian Ovenden, August Zirner…
  • Scénario : Florian Gallenberger, Torsten Wenzel
  • Production : Benjamin Herrmann, Nicolas Steil
  • Photographie : Kolja Brandt
  • Montage : Hansjörg Weissbrich, Paul Maas
  • Décors : Bernd Lepel
  • Costumes : Nicole Fischnaller
  • Musique : André Dziezuk
  • Distribution : Rezo Films
  • Durée : 1h50

.

Commentaires

A la Une

Enzo le croco : Première bande-annonce pour la comédie musicale avec Javier Bardem

L’adaptation du livre pour enfants Lyle, Lyle, Crocodile, réalisé par le duo comique Will Speck et Josh Gordon, dévoile ses… Lire la suite >>

La comédie musicale Retour vers le futur à Broadway en 2023

Broadway va accueillir la comédie musicale adaptée de la trilogie culte de Robert Zemeckis, Retour vers le futur, l’année prochaine…. Lire la suite >>

À l’Est d’Eden : Florence Pugh dans la prochaine série Netflix écrite par Zoe Kazan

Le géant du streaming Netflix a annoncé la mise en chantier d’une série adaptée de l’œuvre de John Steinbeck, À… Lire la suite >>

Dune : Léa Seydoux intègre le casting de la seconde partie

La suite de l’adaptation de Dune par Denis Villeneuve, prévue pour le 18 octobre 2023, continue d’étoffer sa distribution avec… Lire la suite >>

Les films de la phase 5 du MCU bientôt annoncés par Kevin Feige

Alors que la phase 4 du Marvel Cinematic Universe se poursuit avec la sortie de Thor : Love and Thunder… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 JURASSIC WORLD : LE MONDE D'APRES 627 968 2 1 927 033
2 TOP GUN : MAVERICK 471 870 4 3 806 879
3 INCROYABLE MAIS VRAI 133 330 1 133 330
4 CHAMPAGNE ! 68 518 2 188 682
5 DOCTOR STRANGE IN THE MULTIVERSE OF MADNESS 64 865 7 3 117 096
6 FRATE 36 400 1 36 400
7 C'EST MAGNIFIQUE ! 25 220 3 149 950
8 COMPETITION OFFICIELLE 24 421 3 116 936
9 MEN 22 829 2 60 250
10 LES BAD GUYS 19 517 11 1 069 641

Source: CBO Box office

Nos Podcasts