Livre/ Jim Jarmusch, une autre allure par Philippe Azoury: critique

Publié par Jacques Demange le 21 décembre 2016

Résumé : Quand ils marchent dans les rues de New York, Tanger, Détroit, Séville, Paterson, les héros des films de Jim Jarmusch fabriquent un secret. Une autre allure, pour un autre temps.

♥♥♥♥♥

 

Jim Jarmusch, une autre allure - couverture

Jim Jarmusch, une autre allure – couverture

Critique de cinéma et journaliste mais aussi commissaire de l’exposition que consacre le Cinéma Galeries de Bruxelles à Jim Jarmusch (du 24 novembre 2016 au 12 février 2017), Philippe Azoury nous livre ici l’une des meilleurs études jamais consacrées à ce réalisateur si singulier, avec le récent ouvrage de Céline Murillo disponible chez L’Harmattan. Ce Jim Jarmusch, une autre allure, publiée par la prolixe maison d’édition Capricci, se lit comme un poème, les chroniques d’une époque dont le cinéma de Jarmusch signerait la survivance. Chronologique, l’approche d’Azoury s’exprime par la scancion. Un chapitre pour un film, une stratégie qui s’avère payante, offrant au lecteur une vue d’ensemble à la fois foisonnante et synthétique. De ses débuts à la New York University Graduate Film School, Azoury rappelle l’indépendance du cinéaste, sa rencontre avec Nicholas Ray, devenu professeur, et dont la présence fut particulièrement marquante pour lui. Permanent Vacations (1980), son premier film réalisé en 16 mm pour un budget de 15 000 dollars, respire déjà la forme de l’oeuvre en devenir. Il y est question de rencontres, de départs, d’errances urbaines dont la mélancolie élève le parcours au niveau d’une quête existentielle. Il y a du Ray aussi ici, Azoury comparant l’acteur Christopher Parker à un chat, une métaphore féline qu’avait déjà dressé François Truffaut à propos de l’allure de James Dean. Stranger Than Paradise (1984), Down by Law (1986) et Mistery Train (1989) confirment ensuite les attentes et entérinent le processus. Une décennie est passée et le Nouveau Monde a changé, transformant la démarche de ses habitants. « Irrespirable », écrit Azoury, « l’Amérique est devenue infilmable. » D’où l’exil de Night on Earth (1991) dont l’auteur n’hésite pas à souligner la faiblesse de la partie américaine. Si l’auteur revient à raison sur les stéréotypes entourant la persona de Jarmusch, il reconnaît que le cinéaste s’est progressivement enfermé dans une image. Dead Man (1995) apparaît alors comme une résurrection. La reprise du grand geste westernien permet à Jarmusch de redécouvrir le territoire des États-Unis. Le caractère épique du récit engage de nouvelles configurations et démarches qui imprégneront ses films suivants. C’est le temps mis en bouteille de Broken Flowers (2002), le mutisme fédérateur de The Limits of Control (2009), la circularité malaisante de Only Lovers Left Alive (2013), l’évidement hypnotique de Paterson (2016). Qu’affirme en définitive le cinéma de Jim Jarmusch ? L’excellence de la reprise, la répétition libre et non dogmatique. Azoury cite Truffaut, Mizoguchi, Wenders, Ray bien sûr, mais l’on peut songer à d’autres… Michelangelo Antonioni par exemple dont la figure plane sur l’ensemble de l’oeuvre de Jarmusch. Exilé, existentiel, absolutiste, comme lui. Il y a aussi du Flaubert chez Jarmusch qui espère que ses films peuvent être perçus comme des lettres personnelles envoyées à chacun de ses spectateurs. Les (dé)marches sont chez lui porteuses d’une allure centrifuge, c’est-à-dire tournées vers l’extérieur et l’ensemble. Azoury l’exprime merveilleusement bien, en revenant utilement sur la notion de « post-modernité ». Nous imitons un personnage qui en imite un autre. Et avec Jarmusch, soyons en sûrs, la boucle n’aura jamais de fin… 

.

.

.

  • JIM JARMUSCH, UNE AUTRE ALLURE par Philippe Azoury disponible aux éditions Capricci, Collection « Actualité critique » depuis le 12 décembre 2016.
  • 112 pages
  • 8,95 €

Commentaires

A la Une

The Substance : le film de body horror avec Demi Moore se dévoile dans un teaser intrigant

Le nouveau film de Coralie Fargeat verra s’affronter Demi Moore et Margaret Qualley autour de cette fameuse substance.    … Lire la suite >>

Gladiator II : une bande-annonce épique et intense pour la suite de l’épopée historique

Ridley Scott nous replonge dans l’arène du Colisée de Rome, avec Paul Mescal pour marcher dans les pas de son… Lire la suite >>

Emmanuelle : La relecture se dévoile dans une bande-annonce sensuelle et mystérieuse

Le nouveau long-métrage d’Audrey Diwan, avec Noémie Merlant dans le rôle-titre, révèle les premières images de cette nouvelle version du… Lire la suite >>

RIP : Matt Damon et Ben Affleck à l’affiche d’un thriller criminel sur Netflix

La plateforme de streaming a récemment acquis les droits du film qui sera écrit et réalisé par Joe Carnahan, avec… Lire la suite >>

Robert Englund et John Carpenter, nouvelles étoiles du Hollywood Walk of Fame

Chaque année, plusieurs stars sont célébrées sur le Hollywood Walk of Fame. En 2025, plus de trente personnes le rejoindront…. Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 MOI, MOCHE ET MECHANT 4 1 400 169 1 1 400 169
2 LE COMTE DE MONTE-CRISTO 1 076 425 3 3 539 650
3 VICE-VERSA 2 860 850 4 6 296 623
4 UN P'TIT TRUC EN PLUS 310 660 11 8 388 607
5 SANS UN BRUIT : JOUR 1 104 468 3 740 382
6 HORIZON : UNE SAGA AMERICAINE, CHAPITRE 1 71 398 2 193 015
7 LONGLEGS 69 851 1 69 851
8 TO THE MOON 60 663 1 60 663
9 BAD BOYS : RIDE OR DIE 53 569 6 1 175 179
10 ELYAS 45 371 2 147 466

Source: CBO Box office

Nos Podcasts