Résumé : Hollywood a largement contribué au succès populaire du septième art dans le monde et témoigné de l’inventivité des cinéastes, acteurs, scénaristes et autres monteurs ou compositeurs en produisant nombre de chefs-d’œuvre. Au travers de l’analyse critique et passionnée, ces deux volumes permettent de comprendre les grands courants artistiques mais aussi thématiques voire politiques qui ont guidé l’évolution du cinéma aux États-Unis et au Royaume-Uni et d’éclairer des œuvres vues et revues maintes fois et passées à la postérité. 

♥♥♥♥♥

 

Un siecle de cinema americain en 100 films (1930-1960

Un siecle de cinema americain en 100 films (1960-2000Ce siècle de cinéma américain en cent films et deux volumes impressionnants se lit comme une lettre d’amour d’un spectateur aux oeuvres qui ont jalonné son parcours de cinéphile. Pour Benoît Gourisse, cette passion se devait d’être partagée, une ambition fédératrice qui retrouve l’esprit et les valeurs des réalisateurs défendus dans son livre. C’est peu dire que l’auteur justifie son entreprise subjective. Dans son introduction, Gourisse interroge la nature artistique de l’oeuvre cinématographique, les différents aspects de sa réception (publique et critique), sa propre position au sein de celle-ci, avant de revenir dans le détail sur les déterminismes qui ont présidé à sa sélection filmographique, et d’éclairer le contexte (historique, sociologique, et culturel) des périodes envisagées  (1930-1960 d’abord, 1960-2000 ensuite). Cent films donc, répartis sur sept décennies et deux cinématographies : américaine, bien sûr, mais aussi britannique, ce qui permet de relativiser grandement les propos négatifs tenus par François Truffaut et Jean-Luc Godard sur l’histoire filmique de cette nation qui mérite aujourd’hui encore d’être redécouverte. Mais au fur et à mesure de la lecture ces chiffres sont rapidement revus à la hausse. Car Gourisse ne se limite pas à l’habituelle recension des anthologies (une jolie image, un court synopsis, et le tour est joué). La passion qui anime son écriture rappelle celle qui fut à l’origine du célèbre dictionnaire monographique de Coursodon et Tavernier, 50 ans de cinéma américain, paru en 1995. Prise de position et soif de connaissance interpellent le lecteur, que celui-ci soit un spectateur lambda ou un cinéphile avéré. Il suffit de se focaliser sur une entrée pour s’en persuader.

.

Un siecle de cinema americain en 100 films

Un siècle de cinéma américain en 100 films – extrait mise en page

.

À partir du King Kong de Cooper et Schoedsack, Gourisse s’intéresse aux différentes versions du film, aux autres films des deux réalisateurs (Les Chasses du Comte Zaroff, notamment), en vient à citer Fritz Lang (Metropolis), Charlie Chaplin (Les Temps modernes), Jean Cocteau (La Belle et la Bête), Steven Spielberg (Jurassic Park), James Cameron (Avatar), avant de comparer littérature fantastique française et anglo-saxonne. Le lecteur va prendre ici conscience de la densité et de la force de cette monumentale étude. À travers les films – analysés en fonction de leur fond mais aussi de leur forme -, l’auteur s’intéresse aux réalisateurs, acteurs, scénaristes, aux genres, mais aussi à l’histoire d’une civilisation. Loin d’être univoque, l’approche se révèle syncrétique. On remercie ainsi Gourisse d’avoir soigneusement choisi ses films, se refusant certains incontournables pour privilégier des oeuvres injustement méconnues du grand public, comme le pamphlétaire Un homme est passé de John Sturges ou Le Convoi sauvage de Richard Sarafian, véritable modèle de The Revenant. En plus d’une riche iconographie, les deux volumes profitent d’un index des noms propres et des films, permettant de se situer facilement à travers ces quelques 1100 pages. À placer entre les mains de tout lecteur soucieux d’approfondir sa culture cinématographique.

.

.

.

  • UN SIÈCLE DE CINÉMA AMÉRICAIN EN 100 FILMS par Benoît Gourisse disponible en deux volumes aux éditions LettMotif, respectivement depuis novembre 2016 et mars 2017.
  • (1930-1960) – 620 pages  – 42 € (imprimé) – 21 € (numérique)
  • (1960-2000) – 470 pages – 39 € (imprimé) – 19,90 € (numérique)

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Cannes 2024 : Megalopolis de Francis Ford Coppola présenté sur la Croisette

Le réalisateur de 85 ans signe son retour avec son film autofinancé Megalopolis, qui sera présenté en compétition à la 77e édition du Festival de Cannes. 

George Lucas recevra une Palme d’Or d’honneur lors du 77e Festival de Cannes

Dans une galaxie pas si lointaine, à Cannes, lors de la Cérémonie de clôture du 77e festival, George Lucas, célèbre scénariste, réalisateur et producteur de la saga Star Wars, recevra une Palme d’Or d’honneur.

Dune 3 et Nuclear War : les prochains projets de Denis Villeneuve

La collaboration entre Denis Villeneuve et Legendary ne semble pas prête de s’arrêter. Après le succès du second volet des aventures de Paul Atréides, les prochains projets du réalisateur pour le studio…

Un Matrix 5 en préparation chez Warner Bros avec Drew Goddard à la réalisation

Le studio lance le développement d’une suite de la saga Matrix qui marque un tournant pour la franchise car il ne sera pas réalisé par les Wachowski.

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 442 704 1 442 704
2 KUNG FU PANDA 4 334 599 2 1 160 497
3 DUCOBU PASSE AU VERT ! 231 183 1 231 183
4 ET PLUS SI AFFINITES 149 749 1 149 749
5 DUNE DEUXIEME PARTIE 143 811 6 3 864 690
6 PAS DE VAGUES 94 548 2 265 365
7 IL RESTE ENCORE DEMAIN 87 633 4 465 632
8 LA PROMESSE VERTE 74 908 2 251 189
9 SIDONIE AU JAPON 53 732 1 53 732
10 LE JEU DE LA REINE 49 130 2 156 002

Source: CBO Box office

Nos Podcasts