Cannes 2017/ Le Vénérable W. de Barbet Schroeder : critique

Publié par Antoine Gaudé le 20 mai 2017

Synopsis : En Birmanie, le « Vénérable W. » est un moine bouddhiste très influent. Partir à sa rencontre, c’est se retrouver au cœur du racisme quotidien, et observer comment l’islamophobie et le discours haineux se transforment en violence et en destruction. Pourtant nous sommes dans un pays où 90% de la population est bouddhiste, religion fondée sur un mode de vie pacifique, tolérant et non-violent.

♥♥♥♥

 

Le Venerable W de Barbet Schroeder - affiche

Le Vénérable W de Barbet Schroeder – affiche

« La haine est certainement le plus durable des plaisirs : on se presse d’aimer, on se détester à loisir » Byron. Telle est l’ouverture du dernier volet d’une « Trilogie du Mal » débutée en 1974 avec Général Idi Amin Dada et suivi par L’Avocat de la terreur en 2007. Le Vénérable W. de Barbet Schroeder, présenté en Séance Spéciale au 70e Festival de Cannes, est une nouvelle exploration de la nature immanente du Mal incarné par l’islamophobe Ashin Wirathu, figure de proue d’une doctrine fascisante, dissimulée sous les oripeaux d’une pensée bouddhique gangrénée par le contexte politico-social birman. Que peut bien faire une pensée religieuse pacifique, admirée des plus grands (Spinoza, Einstein), n’ayant jamais cessée de cultiver une certaine idée du Bonheur à base d’Amour et de Bienveillance, lorsqu’elle se retrouve confronter à tant de haine, de démagogie et de mensonges ? Avec Wirathu, la nature humaine franchit encore un cap de plus dans l’ignominie la plus complaisante. Dans un pays où 90% de la population est bouddhiste, son auditoire est infinie, sa responsabilité immense et les conséquences désastreuses. Comme souvent, c’est d’abord son caractère rebelle qui intrigue – Wirathu écrit des ouvrages critiques sur les Anciens et leurs pratiques, monte son propre mouvement (le « 969 », puis le « Ma Ba Tha »), peaufine ses pamphlets racistes durant ses dix années d’enfermement, puis exhorte les autres moines et la population à le rejoindre pour sauver « sa » race et « sa » religion. Son visage, rondouillard et jovial, le rend presque sympathique aux yeux de la population. Il profite surtout d’un contexte instable et morbide (le viol d’une jeune fille bouddhiste en 2012) pour prendre son essor et lâcher ses sermons islamophobes devant des parterres de plus en plus conséquents. 

.

Ashin Wirathu - Le Venerable W

Ashin Wirathu – Le Vénérable W

.

Wirathu y apparaît serein, sûr de son fait et de ses dires, lâchant même quelques sourires à l’image de cette séquence incroyable où il montre la reconstitution « cinématographique » de l’histoire du viol, visiblement satisfait du montage et de la réalisation d’une « œuvre » de propagande. Si l’histoire récente de la Birmanie est déjà douloureuse et la fracture profonde, le dérèglement de son institution religieuse et les conséquences atroces des actions prônées par Wirathu et sa superstructure, de même que la réaction tardive du gouvernement à fustiger ses sermons et à prendre ses responsabilités sur la situation en Arakan, font planer un immense doute sur la suite des événements. Bien que dorénavant mué au silence, Wirathu prospère toujours, plus insidieusement, mais, tout comme les assassinats et les viols, il n’est pas arrêté. Au-delà du portrait singulier qu’il dresse et la dénaturalisation du bouddhisme dans l’un de ses berceaux originels, Schroeder révèle également des images bouleversantes et traumatisantes sur le chaos qui sévit dans le pays, des images-chocs, extrêmement violentes, qui finissent par éveiller le spectateur par la très grande urgence du conflit religieux qui se pérennise en l’instant même où l’auteur de ce texte écrit ses lignes.

.

.

  • Note de la rédaction cannoise 
  • Nathalie Dassa ♥♥♥♥
  • Philippe Descottes ♥♥♥♥♥

.

.

.

  • LE VÉNÉRABLE W. écrit et réalisé par Barbet Schroeder en salles le 7 juin 2017
  • Avec les voix de : Barbet Schroeder et Bulle Ogier
  • Production : Margaret Menegoz, Lionel Baier
  • Photographie : Victoria Clay Mendoza
  • Montage : Nelly Quettier
  • Musique : Jorge Arriagada
  • Distribution : Les Films du Losange
  • Durée : 1h40

.

Commentaires

A la Une

Ang Lee va réaliser un biopic sur Bruce Lee, avec son propre fils dans le rôle principal

Le réalisateur de Tigre et Dragon et de L’Odyssée de Pi est annoncé aux commandes d’un biopic sur Bruce Lee,… Lire la suite >>

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 : Une bande-annonce pour la conclusion de la trilogie spatiale de Marvel

La dernière aventure des Gardiens de la galaxie se dévoile à travers une première bande-annonce.       Depuis la… Lire la suite >>

Indiana Jones et le Cadran de la Destinée : Premier trailer pour le cinquième opus de la saga

Le nouveau film Indiana Jones se révèle à travers une première bande-annonce entre nostalgie et grande aventure.      … Lire la suite >>

Easy Rider : Une nouvelle version du film culte en préparation

Plus de cinquante ans après sa sortie, Easy Rider de Dennis Hopper avec Peter Fonda et Jack Nicholson pourrait avoir… Lire la suite >>

Copenhagen Cowboy : Un nouveau trailer coloré et énigmatique pour la série de Nicolas Winding Refn

La nouvelle série du réalisateur de Drive, à destination de Netflix, se dévoile un peu plus à travers une envoûtante… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 BLACK PANTHER : WAKANDA FOREVER 392 564 3 2 810 290
2 SIMONE - LE VOYAGE DU SIECLE 201 751 7 2 024 616
3 COULEURS DE L'INCENDIE 129 914 3 620 671
4 LE MENU 124 279 1 124 279
5 RESTE UN PEU 113 050 2 265 745
6 LES MIENS 98 004 1 98 004
7 MASCARADE 77 221 5 798 310
8 LES FEMMES DU SQUARE 66 258 2 172 086
9 ARMAGEDDON TIME 60 612 3 309 249
10 NOVEMBRE 58 451 8 2 298 497

Source: CBO Box office

Nos Podcasts