Brooklyn Yiddish de Joshua Z Weinstein : critique

Publié par CineChronicle le 25 octobre 2017

Synopsis : Borough Park, quartier juif ultra-orthodoxe de Brooklyn. Menashé, modeste employé d’une épicerie, tente de joindre les deux bouts et se bat pour la garde de son jeune fils Ruben. En effet, ayant perdu sa femme, la tradition hassidique lui interdit de l’élever seul. Mais le Grand Rabbin lui accorde de passer une semaine avec son fils ; l’ultime occasion pour Menashé de prouver qu’il peut être père dans le respect des règles de sa communauté.

♥♥♥♥♥

 

Brooklyn Yiddish - affiche

Brooklyn Yiddish – affiche

Le documentariste et directeur de la photographie Joshua Z. Weinstein signe son premier film de fiction. Brooklyn Yiddish se révèle une oeuvre franche et dépouillée, centrée sur la communauté juive ultra-orthodoxe d’un quartier new-yorkais. Le réalisateur donne à voir un portrait dénué de jugement, tout en mettant en lumière ses contradictions et paradoxes. Brooklyn Yiddish, Prix du jury au Festival de Deauville, raconte l’histoire de Menashé (Menashé Lustig), qui joue son propre rôle, un modeste employé d’une épicerie qui se bat pour la garde de son jeune fils Ruben. Le souci de réalisme est donc à la base de la conception de ce récit, né de la rencontre entre Weinstein et cet homme attachant, drôle et triste à la fois. Le sujet, la séparation entre un père un son enfant, est tout aussi propre aux dictats de la communauté hassidique qu’universel. Au-delà des contraintes exclusivement communautaires, le combat de cet homme, dépassé par les événements, met sur la table des sentiments qui dépassent tout cadre religieux : l’impuissance, l’acharnement, la bonté, le besoin de faire partie d’un groupe. Les choix du cinéaste s’avèrent judicieux car n’étant pas issu de ce milieu, il opte pour une immersion totale dans la vie des hassidim pour montrer les règles et les rituels. Il mise sur des acteurs non-professionnels, issus de cette même communauté, et tourne en yiddish, qu’il avoue ne pas connaitre lui-même. Il pénètre dans ce milieu avec une ferme volonté de retranscrire au près près ses traditions ; il se rend dans les cafés, à la synagogue pour, selon ses propres mots, « se fondre un peu dans le décor ». Le résultat est un film sincère qui souffre néanmoins d’un surplus d’objectivité qui, s’il fonctionne à certains moments, reste parfois à la surface des enjeux dramatiques que le sujet promet. La distance que le cinéaste a cherché à garder, dans le souci de rester en dehors de tout jugement, freine quelque peu une mise en lumière effective des contradictions internes. Joshua Z. Weinstein réussit toutefois à faire éprouver, grâce à sa mise en scène, l’impression de lenteur dans la vie quotidienne de cette communauté fortement attachée aux traditions et qui refuse, de façon générale, la modernisation et l’ouverture. Le point fort reste bien sûr l’interprétation de Menashé, qui débute dans le cinéma avec une aisance et un naturel qui rendent le personnage attachant. À travers un récit relativement froid et distant, Menashé fait surgir l’émotion par un regard, un silence, un geste fatigué. Brooklyn Yiddish fonctionne grâce à l’universalité de l’histoire de ce père de famille qui nous permet, l’espace de quatre-vingt dix minutes, de pénétrer dans cet univers interdit et d’en apercevoir le fonctionnement.

 

Juliette Hay

 

 

 

  • BROOKLYN YIDDISH (Menashe)
  • Sortie en salles : 25 octobre 2017
  • Réalisation : Joshua Z Weinstein
  • Avec: Menashé Lustig, Ruben Niborski, Yoel Weisshaus, Meyer Schwartz
  • Scénario: Joshua Z Weinstein, Alex Lipschultz, Musa Syeed
  • Production: Alex Lipschultz, Traci Carlson, Joshua Z Weinstein, Daniel Finkelman, Yoni Brook
  • Photographie: Yoni Brook, Joshua Z Weinstein
  • Montage: Scott Cummings
  • Musique: Aaron Martin, Dag Rosenqvist
  • Distribution: Sophie Dulac
  • Durée: 1h22

 

Commentaires

A la Une

Cannes 2024 : Le Studio Ghibli sera récompensé d’une Palme d’or d’honneur

Pour la première fois de son histoire, le comité d’organisation du Festival de Cannes va décerner une Palme d’Or d’honneur collective à un studio de cinéma. Un choix audacieux pour …

Y a-t-il un flic : Pamela Anderson rejoint Liam Neeson dans le remake 

Le projet de remake de la saga Y a-t-il un flic va raviver la nostalgie de nombreux fans, avec l’arrivée de l’icône Pamela Anderson aux côtés de Liam Neeson.

Cannes 2024 : La Quinzaine des cinéastes dévoile sa sélection officielle

La 56e sélection de la Quinzaine des cinéastes se révèle avec des films indépendants, engagés et atypiques à travers le globe.

Cannes 2024 : La sélection de la Semaine de la Critique

La Semaine de la Critique, qui aura lieu entre le 15 et le 23 mai, a dévoilé sa sélection qui vise toujours à mettre en avant les premiers et seconds longs-métrages.

Cannes 2024 : La sélection officielle dévoilée

La sélection officielle de cette 77e édition du Festival de Cannes promet d’être intéressante. Un nouveau film de Yórgos Lánthimos avec Emma Stone, le retour de la saga Mad Max, un projet de Francis Ford Coppola vieux de presque 40 ans, et bien d’autres surprises…

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 S.O.S FANTOMES : LA MENACE DE GLACE 308 185 1 308 185
2 KUNG FU PANDA 4 300 396 3 1 460 893
3 GODZILLA X KONG : LE NOUVEL EMPIRE 245 400 2 688 104
4 NOUS, LES LEROY 204 366 1 204 366
5 DUCOBU PASSE AU VERT ! 163 343 2 394 526
6 LA MALEDICTION : L'ORIGINE 104 374 1 104 374
7 DUNE DEUXIEME PARTIE 92 500 7 3 957 190
8 LE MAL N'EXISTE PAS 69 187 1 69 187
9 PAS DE VAGUES 63 322 3 328 687
10 ET PLUS SI AFFINITES 58 491 2 208 240

Source: CBO Box office

Nos Podcasts