Combo/ Isadora de Karel Reisz : critique

Publié par Thierry Carteret le 17 janvier 2018

Synopsis : Un portrait poignant et haut en couleur de la célèbre danseuse américaine qui bouleversa l’art de la danse au XXè siècle et jeta les bases de la danse moderne contemporaine. C’est avec maestria que Vanessa Redgrave incarne cette artiste extravagante, rebelle et avant-gardiste, en traversant avec la grâce de son corps et de son jeu la vie tumultueuse de la danseuse révolutionnaire, de la mère effondrée et de la danseuse bohème. Isadora, à présent vieillie, nimbée de vapeurs d’alcool et drapée de longues étoffes rouges, se penche sur son passé glorieux, entre la scène, les salons londoniens, la Russie communiste, puis la French Riviera… Avant de partir pour toujours dans un joli coupé Bugatti.

♥♥♥♥

 

Isadora - jaquette

Isadora – jaquette

Dans les quatre titres disponibles dans les bacs grâce à Elephant Films le 17 janvier, Isadora est proposé à la fois en combo Blu-ray/DVD et DVD simple. Biopic sur la célèbre danseuse Isadora Duncan, artiste à l’origine de la danse moderne qui révolutionna, par sa grande liberté d’expression scénique influencée par les figures grecques antiques, la pratique de la danse. Plaçant la beauté et le culte du corps au cœur de son Art et au dessus de tout depuis sa jeunesse, elle n’a pas hésité à s’exhiber presque nue lors de ses spectacles, le corps seulement caché par des voiles transparents. C’est Vanessa Redgrave (Blow up, Retour à Howards end) qui incarne la danseuse dans ce film signé Karel Reisz (La maîtresse du lieutenant français, Samedi soir, dimanche matin). Prix d’interprétation à Cannes et nommée aux Oscars pour sa prestation, la comédienne est fantastique dans la peau de cette artiste absolue, excessive dans sa vie et exigeante dans son travail. Vanessa Redgrave ne joue pas, elle est Isadora Duncan. Une femme à la personnalité fantasque, aussi lumineuse et amoureuse que sombre et cruelle. Le film de Karel Reisz oscille constamment entre deux époques et « deux » Isadora. D’une part, sa jeunesse et ses années fastes avant le drame de sa vie (la perte de ses enfants dans un accident de voiture), et d’autre part, sa vieillesse où, affaiblie, elle ne danse plus, et passe ses derniers jours en France sur la riviera, rassemblant ses souvenirs en vue d’écrire ses mémoires. Karel Reisz est un réalisateur britannique connu pour être l’un des fers de lance du Free Cinema (l’équivalent de la Nouvelle Vague française) aux côtés d’autres jeunes réalisateurs, comme Tony Richardson (La solitude du coureur de fond) dans les années 60.

 

Isadora

Isadora

 

Avec Isadora, Karel Reisz livre une réalisation très éloignée de ses premiers longs métrages. Le film est long (2h20) et dévide une intrigue fragmentée composant une fresque de toute la vie de la danseuse. L’un des meilleurs passages se situe lorsqu’elle quitte son pays les États-Unis pour la Russie, par conviction politique et sociale envers la nouvelle Union Soviétique fondée en 1922. Elle y connaît le succès, rencontre son mari Sergueï Essenine (Zvonimir Črnko), jeune poète de dix huit ans son cadet, et ouvre une école de danse dans une Russie en proie à la misère. Après le suicide de son mari en 1925 suite à une dépression nerveuse, Isadora retourne aux États-Unis pour une ultime tournée. Devenue entre temps communiste, elle se produit sur scène avec une écharpe rouge sur la poitrine pour affirmer sa nouvelle conviction politique.

 

La très belle réalisation de Reisz s’accorde un peu à l’esthétisme d’un David Lean (Le Docteur Jivago, Lawrence d’Arabie). La superbe partition de Maurice Jarre vient accentuer cette approche fastueuse, pleine de passion, d’excès et de grandeur, de la mise en scène soutenue par la très belle photographie colorée de Larry Pizer (Phantom of the Paradise). On retrouve au casting Jason Robards (Les Hommes du Président), James Fox (The Servant) ou encore John Fraser (Répulsion). Des acteurs solides donc, entourant une Vanessa Redgrave totalement habitée par son personnage et dont c’est sans doute l’un des meilleurs rôles.

 

 

 

Test bonus : La copie restaurée par Elephant Films est particulièrement belle. Aucun défaut ne vient entacher le visionnage. Le son est également de qualité, en mono français ou anglais sous-titré français. L’unique supplément, outre la galerie de photos et les bandes annonces, est La dernière danse d’Isadora Duncan, très court film (pas plus de quelques secondes) montrant la vraie Isadora Duncan en train de danser. Précieux document d’archive.

 

 

 

  • ISADORA (The Loves of Isadora)
  • Sortie vidéo : 17 janvier 2018
  • Version restaurée haute définition
  • Format / Produit : Combo Blu-ray/DVD et DVD simple
  • Réalisation : Karel Reisz
  • Avec : Vanessa Redgrave, John Fraser, James Fox, Jason Robards, Zvonimir Črnko, Cynthia Harris, Bessie Love, John Brandon…
  • Scénario : Melvyn Bragg, Clive Exton, Margaret Drabble
  • Production : Raymond Hakim, Robert Hakim
  • Photographie : Larry Pizer
  • Montage : Tom Priestley
  • Décors : Jocelyn Herbert
  • Costumes : Rebecca Breed,John Briggs, Ruth Myers
  • Musique : Maurice Jarre
  • Édition vidéo : Elephant Films
  • Tarif : 16,99 € (DVD) – 19,99 € (Combo)
  • Sortie initiale : 18 décembre 1968 (USA) – 20 juin 1969 (France)

 

Commentaires

A la Une

David Fincher prépare un prequel à Chinatown pour Netflix

Le réalisateur David Fincher, à l’origine des shows Mindhunter et House of Cards, s’associe au légendaire scénariste Robert Towne pour le… Lire la suite >>

Tout le programme du 23e Festival Les Œillades à Albi

Du 19 au 24 novembre se tiendra à Albi la 23ème édition du Festival Les Œillades, en partenariat avec CineChronicle…. Lire la suite >>

Lady Gaga de retour au cinéma pour Ridley Scott

Lady Gaga pourrait incarner Patrizia Reggiani, l’épouse et meurtrière de Maurizio Gucci, petit-fils et héritier du fondateur de la maison… Lire la suite >>

Un biopic sur les Bee Gees en préparation chez Paramount

Le producteur de Bohemian Rhapsody prépare un biopic sur les Bee Gees.       Le producteur américain Graham King, à… Lire la suite >>

Un trailer déchaîné pour The Gentlemen de Guy Ritchie

The Gentlemen, nouveau film de braquage so british signé Guy Ritchie, se dévoile dans une bande-annonce rythmée au casting trois… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BELLE EPOQUE 565 429 1 565 429
2 JOKER 463 547 5 5 074 165
3 HORS NORMES 382 646 3 1 529 131
4 MALEFIQUE : LE POUVOIR DU MAL 295 221 4 2 402 411
5 ABOMINABLE 262 442 3 1 637 561
6 MIDWAY 238 069 1 238 069
7 RETOUR A ZOMBIELAND 161 784 2 458 756
8 TERMINATOR : DARK FATE 126 753 3 850 150
9 MON CHIEN STUPIDE 122 483 2 412 739
10 AU NOM DE LA TERRE 107 892 7 1 845 632

Source: CBO Box office

Nos Podcasts