Livre/ Montgomery Clift. L’enfer du décor : critique

Publié par Jacques Demange le 4 février 2018

Résumé : Montgomery Clift a été une star immense entre la fin des années quarante et le milieu des années soixante. Mais il ne fut pas une étoile comme une autre. Il a traversé le ciel hollywoodien telle une comète : un peu plus de 13 années passées sur les planches, 20 sur les plateaux de cinéma, soit 17 films et une mort prématurée à 45 ans. Comme James Dean, il a été victime d’un accident de voiture. À la différence du rebelle sans cause qui l’admirait, celui que tout le monde appelait Monty a survécu. Rebelle, il l’a été à sa manière. Moins tonitruante que celle de son cadet. Il a été le premier à imposer ses conditions aux tout-puissants studios, se payant le luxe de réécrire ses dialogues. Si ce livre doit prouver quelque chose, c’est l’étonnante proximité entre ces personnages et l’acteur. Montrer à quel point vie professionnelle et vie privée ont fini par se mêler. L’Enfer du décor n’est donc pas une biographie, mais un travail de synthèse mêlant éléments biographiques et analyse filmique conférant à cet ouvrage un aspect analytique qu’on ne trouve, à ce jour, dans aucun autre ouvrage consacré au comédien. Mais il a une autre particularité, celle d’être le seul en France à octroyer à cet acteur fabuleux et méconnu la place qu’il mérite, celui d’un créateur sensible, érudit et marginal, qui inspira de nombreux autres et changea le statut de l’acteur en insufflant à la profession un supplément d’âme et de coeur, une authenticité.

♥♥♥♥

 

Montgomery Clift - Lettmotif

Montgomery Clift – Lettmotif

Il y a cinquante-deux ans, disparaissait Montgomery Clift. Quoique particulièrement populaire, l’œuvre de Clift n’a connu que peu de retombées critiques importantes. Citons la publication, il y a deux ans, de l’excellent essai de Christophe Damour, Montgomery Clift, le premier acteur moderne aux éditions de l’ACCRA (ce qui tend à relativiser l’assertion de la maison LettMotif qui en quatrième de couverture n’hésite pas à qualifier le présent ouvrage de première analyse consacrée à l’acteur en langue française), et aujourd’hui donc ce Montgomery Clift. L’enfer du décor dû à un travail de fond intensif proposé par le romancier Sébastien Monod. Après un rapide, mais néanmoins complet, retour sur l’enfance et l’adolescence de l’acteur, l’ouvrage privilégie une approche monographique, séquençant sa structure à travers une étude film par film. La perspective chronologique adoptée par l’auteur a ainsi le mérite de souligner l’évolution de Clift, ainsi que celle de l’industrie hollywoodienne. Très complète, chaque partie revient sur le tempérament artistique des réalisateurs ayant collaboré avec l’acteur, ainsi que sur les particularités narratives et formelles des films envisagés. De l’accord parfait avec Elia Kazan pour Le Fleuve sauvage au tournage houleux de Freud, passions secrètes, Monod décrit un parcours marqué par le sublime artistique et la dégénérescence physique, un double-aspect paradoxal que synthétise parfaitement le magnifique Misfits de John Huston. Au creux de ce récit atypique, le lecteur rencontre des figures bien connues (Marlon Brando, Alfred Hitchcock, Howard Hawks, Stanley Kubrick, Marilyn Monroe, Elizabeth Taylor) et (re)découvre certaines œuvres injustement oubliées (La Loi du silence de Hitchcock ; L’Arbre de vie de Edward Dmytryk ; L’Espion de Raoul Levy, le dernier film de Clift). Si l’exploration de l’envers du décor proposé par Monod touche souvent à la complétude, traçant d’intéressants parallèles entre le cinéma et le théâtre, les chefs-d’œuvre et les actes manqués, il manque à l’ouvrage une véritable analyse du jeu de Clift qui aurait permis de mieux souligner les spécificités stylistiques de l’acteur. Remarquons, pour finir, la présence d’un index des noms et des films fort utile, ainsi qu’une bibliographie relativement complète (mais qui se doit d’être actualisée). De son côté, LettMotif a particulièrement soigné sa mise en page, optant pour un grand format ainsi que pour des illustrations pleines pages agrémentant le plaisir de la lecture.

 

 

 

  • MONTGOMERY CLIFT. L’ENFER DU DÉCOR
  • Auteur : Sébastien Monod
  • Éditions : LettMotif
  • Date de parution : 13 décembre 2017
  • Format : 400 pages
  • Tarif : 39 € (version print) – 22,99 € (numérique)

Commentaires

A la Une

The Bikeriders : Michael Shannon retrouve le réalisateur Jeff Nichols

Pour son sixième long-métrage, le cinéaste Jeff Nichols fait à nouveau appel à son acteur fétiche Michael Shannon, et collabore… Lire la suite >>

Wednesday : Première bande-annonce de la série de Tim Burton

Après trois ans d’absence, le réalisateur américain a dévoilé les images de sa première série télévisée pour le géant du… Lire la suite >>

Wise Guys : Robert De Niro dans le prochain film de gangsters de Barry Levinson

L’acteur de 79 ans retrouve le scénariste des Affranchis et s’associe au réalisateur de Rain Man, Barry Levinson, pour un… Lire la suite >>

Le Magicien d’Oz : Kenya Barris à la réalisation du remake

Le créateur de la série Black-ish, Kenya Barris, prend les rênes du remake du Magicien d’Oz pour le studio Warner… Lire la suite >>

Modigliani : Johnny Depp à la réalisation d’un biopic sur le célèbre peintre coproduit par Al Pacino

Pour son second long-métrage, l’acteur américain s’attaque au sculpteur italien Amedeo Modigliani, avec Al Pacino en tant que coproducteur.  … Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 ONE PIECE FILM RED 575 182 1 575 182
2 BULLET TRAIN 313 237 2 804 304
3 NOPE 224 705 1 224 705
4 LES MINIONS 2 : IL ETAIT UNE FOIS GRU 213 497 6 3 358 761
5 THOR : LOVE AND THUNDER 197 826 5 2 577 053
6 KRYPTO ET LES SUPER-ANIMAUX 191 457 3 747 548
7 TOP GUN : MAVERICK 180 658 12 6 057 934
8 LA TRES TRES GRANDE CLASSE 157 884 1 157 884
9 DUCOBU PRESIDENT ! 97 550 5 967 713
10 MENTEUR 82 714 5 777 133

Source: CBO Box office

Nos Podcasts