Action ou vérité de Jeff Wadlow : critique

Publié par Lucia Miguel le 2 mai 2018

Synopsis : Un simple jeu innocent d’Action ou Vérité entre amis se transforme en cauchemar sanglant quand quelqu’un – ou quelque chose – commence à punir ceux qui mentent – ou refusent de jouer.

♥♥♥♥♥

 

Action ou Verite - affiche

Action ou Vérité – affiche

Outre la suite de la saga Insidious, Action ou vérité est la première production de l’année de la l’écurie Blumhouse. Après deux années de succès (Split, Get Out), on ne pouvait que s’attendre à une nouvelle pépite de la part de cette usine de l’horreur. Hélas, malgré une prémisse prometteuse, le film réalisé par Jeff Wadlow (Cry Wolf, Kick Ass 2) ne remplit pas le contrat, restant dans le cadre du film d’adolescents comme un autre. Il est vrai que dès le début le scénario assume complètement son aspect teenager et se veut héritier des classiques du genre, comme Destination finale (2000) ou encore Souviens-toi…l’été dernier (1997).  Tout commence lorsqu’une bande d’universitaires partent au Mexique fêter leur Spring Break. Les codes du genre et les stéréotypes sont très rapidement reconnaissables. Le film va droit au bout. Nous avons donc la jeune fille sage, incarnée par Lucy Hale (connue par son rôle dans la série Pretty Little Liars), amoureuse de Lucas (Tyler Posey), le copain de sa meilleure amie Markie (Violett Beane). Cette dernière est bien plus inconsciente et perturbée. Le reste de la bande est constitué par Penelope (Sophia Taylor Ali) et Tyler (Nolan Gerard Funk), un couple dysfonctionnel (elle est alcoolique et lui prétentieux et hautain), et Bra (Hayden Szeto), un jeune homme qui peine à assumer son homosexualité. Les premières séquences respectent donc à la lettre les codes du teen movie, avec un découpage rapide imitant le film de vacances tourné avec un téléphone portable. On est ainsi plongé dans cette génération insouciante, prête à toutes les folies pendant les vacances scolaires. L’horreur va s’imposer progressivement à travers un jeu populaire en apparence innocent, Action ou Vérité. Rappelons que les participants choisissent de dire une vérité ou d’accomplir une action imposée par les autres joueurs. Il n’est donc pas difficile d’imaginer le potentiel horrifique de ce postulat, qui permettait aux scénaristes une grande liberté pour varier les scènes d’horreur. Mais ce potentiel atout se transforme vite en vrai piège.

 

Action ou Verite

Action ou Vérité

 

Le scénario, qui se tient tant bien que mal pendant toute la première partie, devient aussi arbitraire que ridicule. Les quelques « actions » intéressantes (la jeune fille qui marche sur le toit) disparaissent assez vite au profit des « vérités ». Et le film sombre dans des dialogues quelconques sur la jeunesse, l’amitié et l’amour, cherchant à donner une cohérence scénaristique et un fil conducteur inutiles. Les retournements de situation ne sont aucunement spectaculaires car largement prévisibles. On tente de lui trouver une excuse dans la parodie du genre et l’autodérision. Parfois on s’y croirait presque, mais le clou final ne laisse pas de doute, le scénario dérape aussi fortement que les jeunes dans le jeu démoniaque. Au final, Action ou vérité provoque davantage de rires que de frayeurs.

 

Le casting n’aide pas non plus, avec des acteurs franchement mauvais, dont Lucy Hale, qui incarne le même type de rôle qui l’a fait connaître dans Pretty Little Liars. La seule qui réussit à se détacher de cette platitude est Violett Beane (Flash), qui interprète assez justement la jeune fille en détresse censée faire le contrepoids au personnage principal. Action ou vérité ne contient que peu d’horreur -pas de jump scares, pas de sang, pas de tension- mais des longueurs et des dialogues pénibles. Néanmoins, il se regarde grâce à son rythme assez soutenu. Cela doit expliquer son relatif succès au box-office américain dès sa sortie pour un petit budget investi, ce qui n’est pas le cas dans les critiques, majoritairement très négatives. On attend de voir si les prochaines sorties Blumhouse (notamment le BlacKkKlansman de Spike Lee) vont réussir à relever le niveau et à nous faire oublier ce jeu affreux. 

 

 

 

  • ACTION OU VÉRITÉ  (Truth or dare)
  • Sortie salles : 2 mai 2018
  • Réalisation : Jeff Wadlow
  • Avec : Lucy Hale, Tyler Posey, Violett Beane, Hayden Szeto, Landon Liboiron, Sophia Taylor Ali, Nolan Gerard Funk, Tom Choi, Omar Leyva…
  • Scénario : Michael Reisz, Jillian Jacobs, Jeff Wadlow, Chris Roach
  • Production : Jason Blum
  • Photographie : Jacques Jouffret
  • Montage : Sean Albertson
  • Décors : Melanie Jones
  • Costumes : Lisa Norcia
  • Musique : Mattew Margeson
  • Distribution : Universal Pictures International France
  • Durée : 1h40

 

Commentaires

A la Une

L’appel des 50 : les éditeurs vidéo français poussent un cri de détresse pour sauver le secteur

Cinquante éditeurs vidéo français s’unissent et appellent à sauver le secteur. Le marché de la copie physique (DVD, Blu-ray, Ultra… Lire la suite >>

Mort de George Floyd : le discours poignant de l’acteur John Boyega

L’interprète de Finn, héros de la saga Star Wars, s’est fait le porte-voix de l’indignation face à l’impunité des meurtres… Lire la suite >>

Ari Aster travaille sur une comédie cauchemardesque de 4 heures

Le réalisateur d’Hérédité et de Midsommar n’en a pas fini de traumatiser des rétines et se lance dans un nouveau… Lire la suite >>

Lovecraft Country : second trailer pour la série coproduite par J.J Abrams et Jordan Peele

La série de huit épisodes de Lovecraft Country, qui donne vie aux créatures lovecraftiennes dans l’Amérique ségrégationniste des années 1950,… Lire la suite >>

Léa Seydoux dans Le bal des folles d’Arnaud des Pallières

Prochainement à l’affiche des très attendus The French Dispatch et Mourir peut attendre, Léa Seydoux décroche le rôle principal du… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 LA BONNE EPOUSE 171 000 1 171 000
2 EN AVANT 94 057 2 609 438
3 DE GAULLE 83 266 2 595 179
4 INVISIBLE MAN 59 311 3 620 402
5 RADIOACTIVE 36 738 1 36 738
6 L'APPEL DE LA FORET 34 114 4 1 179 087
7 10 JOURS SANS MAMAN 26 608 4 1 107 557
8 LE CAS RICHARD JEWELL 25 649 4 773 799
9 SONIC LE FILM 24 216 5 2 062 770
10 DARK WATERS 22 173 3 270 545

Source: CBO Box office

Nos Podcasts