Jurassic World Fallen Kingdom de J.A. Bayona : critique

Publié par Cyril Perraudat le 6 juin 2018

Synopsis : Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l’île commence à rugir, Owen et Claire s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction.  Owen se fait un devoir de retrouver Blue, son principal raptor qui a disparu dans la nature, alors que Claire, qui a maintenant un véritable respect pour ces créatures, s’en fait une mission. Arrivant sur l’île instable alors que la lave commence à pleuvoir, leur expédition découvre une conspiration qui pourrait ramener toute notre planète à un ordre périlleux jamais vu depuis la préhistoire.

♥♥♥♥♥

 

Jurassic World Fallen Kingdom - affiche

Jurassic World Fallen Kingdom – affiche

La saga Jurassic Park a effectué un retour fracassant en 2015, avec Jurassic World, qui a raflé près de 1,7 milliard de dollars de recettes dans le monde. Trois ans plus tard débarque la suite, réalisée par le jeune espagnol J.A. Bayona (L’Orphelinat, The Impossible, Quelques minutes après minuit). Il reprend le flambeau de Colin Trevorrow, qui reste très impliqué dans le projet en écrivant le scénario avec Derek Connolly, déjà présent sur le premier opus. Le récit se situe à Isla Nuba alors que le volcan va entrer en éruption, menaçant d’éradiquer tous les dinosaures. Claire part pour une mission de sauvetage et y emmène Owen qui pourra sauver Blue, le raptor qu’il a apprivoisé. Ils vont devoir fuir pour leur survie avant de comprendre que le groupe de mercenaires les accompagnant travaillent pour des commanditaires dont le but s’avère très dangereux. Jurassic World : Fallen Kingdom semble être le lieu d’une bataille perpétuelle entre son metteur en scène, plutôt doué, et ses scénaristes, peu inspirés. Sur le plan de la réalisation, du rythme ou de l’esthétique, ce nouvel opus fonctionne. Le travail est bon. J.A. Bayona se débrouille avec le cahier des charges qu’on lui impose et offre plusieurs beaux plans, grâce à la superbe photographie de Oscar Faura. Ce dernier offre de chatoyants jeux d’ombre et de lumière et une esthétique qui tend vers le gothique dans sa seconde partie au sein d’un immense manoir très hammerien.

 

Jurassic World Fallen Kingdom

Jurassic World Fallen Kingdom

 

Cette seconde moitié semble d’ailleurs plus intéresser Bayona que la première, sorte de passage obligé où tout se déroule à vitesse grand V. Dans le second acte, il peut se pencher sur l’intime, à l’instar de ses films précédents, mais reste malgré tout bridé par un scénario qui tire sans cesse ses ambitions vers le bas. Le déjà-vu s’impose à l’écran, agrémenté de personnages caricaturaux peu attachants, y compris ceux campés par Bryce Dallas Howard et Chris Pratt, d’une transparence assez déconcertantes. Les nouveaux venus ne sont pas mieux lotis ; de la jeune scientifique intrépide à l’informaticien geek et peureux qui fait office d’élément comique. Il y avait du potentiel à chercher du côté de la petite fille, incarnée par Isabella Sermon, mais le film peine à en faire quelque chose de tangible. Elle est cependant au centre d’une jolie séquence autour des peurs enfantines, qui colle pourtant maladroitement à l’ensemble.

 

Le message écologique sur la protection des espèces animales en voie d’extinction et l’irresponsabilité de l’être humain étaient également des thématiques intéressantes mais tout cela est desservi par une histoire truffée d’incohérences ou de facilités scénaristiques. J.A. Bayona se débat avec cette histoire et opte pour une mise en valeur plutôt réussie des dinosaures, à la fois animatroniques et numériques. La réussite technique est d’ailleurs difficilement contestable. Trop chaotique, Jurassic World : Fallen Kingdom semble dès lors faire office de simple pont laborieux vers un troisième opus et les dernières minutes offrent un plan final réellement beau. Quant à la partition musicale de Michael Giacchino, si elle a des sonorités vraiment agréables, elle devient vite envahissante par son omniprésence. Ce parti pris tend à réduire l’impact émotionnel pour appuyer sur la grandiloquence du divertissement et confirmer ainsi l’ambivalence d’un projet qui ne sait jamais vraiment quelle position adopter.

 

 

 

  • JURASSIC WORLD : FALLEN KINGDOM
  • Sortie salles : 6 juin 2018
  • Réalisation : J.A. Bayona
  • Avec : Bryce Dallas Howard, Chris Pratt, Rafe Spall, Justice Smith, Daniella Pineda, James Cromwell, Toby Jones, Isabella Sermon, Jeff Goldblum, B.D. Wong, Ted Levine, Geraldine Chaplin…
  • Scénario : Colin Trevorrow, Derek Connolly
  • Production : Frank Marshall, Patrick Crowley, Bélen Atienza
  • Photographie : Oscar Faura
  • Montage : Bernat Vilaplana
  • Décors : Andy Nicholson
  • Costumes : Sammy Sheldon
  • Musique : Michael Giacchino
  • Distribution : Universal Pictures
  • Durée : 2h08

 

Commentaires

A la Une

House of Gucci : le casting cinq étoiles du prochain Ridley Scott se révèle dans une bande-annonce

Les premières images du nouveau film de Ridley Scott ont enfin été dévoilées, avec une distribution en or, menée par… Lire la suite >>

Ghostbusters Afterlife dévoile sa nouvelle génération de chasseurs dans un nouveau trailer

Après plusieurs reports, le troisième film de la franchise culte des années 1980 se dévoile dans une nouvelle bande-annonce. Prévu… Lire la suite >>

Le Dernier Duel : Adam Driver et Matt Damon s’affrontent jusqu’à la mort

La bande-annonce de la prochaine réalisation de Ridley Scott, Le Dernier Duel, avec Adam Driver et Matt Damon, a enfin… Lire la suite >>

Rifkin’s Festival : Une bande annonce pour le prochain Woody Allen

À 85 ans, le plus européen des réalisateurs américains continue malgré vents et marées à sortir ses films une fois… Lire la suite >>

No Man of God : Elijah Wood face à Ted Bundy dans la bande annonce

Ted Bundy n’en finit plus d’investir le cinéma. No Man of God, le nouveau film basé sur les enregistrements entre… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 KAAMELOTT - PREMIER VOLET 1 015 247 1 1 015 247
2 FAST & FURIOUS 9 248 852 2 1 550 441
3 SPACE JAM - NOUVELLE ERE 182 763 1 182 763
4 BLACK WIDOW 129 821 3 1 479 510
5 LES CROODS 2 : UNE NOUVELLE ERE 120 040 3 908 886
6 OLD 105 841 1 105 841
7 DESIGNE COUPABLE 61 155 2 209 601
8 TITANE 57 184 2 145 707
9 AINBO, PRINCESSE D'AMAZONIE 56 993 2 166 315
10 CRUELLA 50 574 5 1 366 861

Source: CBO Box office

Nos Podcasts