Ressortie / The Last Movie de Dennis Hopper : critique

Publié par Sévan Lesaffre le 18 juillet 2018

Synopsis : Une équipe de cinéma tourne un western dans un village péruvien niché dans les Andes. Une fois le film terminé, tous les Américains s’en vont, à l’exception de Kansas, l’un des cascadeurs, qui souhaite prendre du recul vis-à-vis d’Hollywood et s’installer dans la région avec Maria, une ancienne prostituée. Les choses dégénèrent lorsque les habitants décident de tourner leur propre film : caméras, perches et projecteurs sont faux, mais la violence qu’ils mettent en scène est quant à elle bien réelle. Kansas va se retrouver héros malgré lui de cette « fiction »…

♥♥♥♥♥

 

The Last Movie - affiche

The Last Movie – affiche

Resté inédit en France pendant plus de quinze ans jusqu’à sa sortie en 1988, The Last Movie, boudé par le public, connaît un véritable échec commercial. Le distributeur Carlotta propose désormais de redécouvrir cette oeuvre rare, mal-aimée et au titre prémonitoire dans une copie restaurée en 4K. Deuxième long-métrage de l’Américain Dennis Hopper (Easy Rider, Colors, Une trop belle cible) tourné en 1971 pour Universal, The Last Movie est une oeuvre virtuose sur l’innocence perdue, un film-trip sur le processus de création et une violente diatribe contre le système hollywoodien. En effet, le scénario de Stewart Stern (La Fureur de vivre) s’ouvre sur l’arrivée d’une compagnie de cinéma américaine venue tourner l’histoire de Billy the Kid dans un village du Pérou. Un des Indiens, particulièrement impressionné par le metteur en scène Samuel Fuller (Le Port de la drogue, Shock Corridor), reprend son rôle après le départ de l’équipe. Tout le village participe alors à ce jeu passionné mais dangereux. Tournent-ils « le dernier western » ? Dennis Hopper, qui reprend ici des thèmes déjà présents dans sa précédente réalisation Easy Rider (comme l’idée du paradis perdu et de la corruption amenée par une Amérique du Nord décadente), invite ainsi à rêver la réalité tout en éprouvant et en reproduisant la fiction. Par ce geste mimétique, les villageois entrent dans une spirale de violence qui se déploie en crescendo.

 

The Last Movie - Dennis Hopper

The Last Movie – Dennis Hopper

 

Film « maudit » dans la carrière atypique du cinéaste, The Last Movie égratigne sévèrement le Nouvel Hollywood avec liberté, confusion, et la gueule de bois post-soixante-huitarde. Son caractère très expérimental et aléatoire, produit par un montage brouillon, éclaté, voire psychédélique, par la primauté de l’image dans le travail d’Hopper et par la constante mise en abyme de la mise en scène, le classe parmi les films-ovni sur le monde du cinéma. Plateau de tournage et paysages montagneux occupent le champ et rythment l’ensemble (interludes musicaux nostalgiques, plan-séquence accentuant l’immersion propre au tournage..) dans un jeu d’alternance abrupt. Malgré l’expression d’un langage cinématographique original, The Last Movie reste pourtant et délibérément imparfait, puisqu’il recherche avant tout l’effet de chaos, de désordre, et transcende la thématique du voyage semé d’embuches. Cependant, on remarque un méticuleux travail quant à la profondeur de champ et à la lumière qui définit l’indéniable qualité esthétique de la photographie de László Kovács.

 

The Last Movie - Dennis Hopper

The Last Movie – Dennis Hopper

 

Dennis Hopper, qui interprète lui-même Kansas, le cow-boy/héros, magnifie le corps de la belle Maria, incarnée par Stella Garcia, et fait également de la nature un protagoniste intermédiaire, notamment dans une scène de sexe où la chute d’eau joue un rôle métaphorique, commentant la réflexion sur la vie et le bonheur. Julie Adams (La Nouvelle Aurore, Le Déserteur de Fort Alamo, Révolte au Mexique), quant à elle, campe une Mrs. Anderson délicieusement en mal de perversions, confirmant que le cinéma d’Hopper, plus sensoriel que narratif, est aussi celui du désir, de la séduction et dans lequel la femme est tentatrice. Malgré la lente exposition et progression de l’intrigue ainsi que des personnages mal définis —la situation ne s’éclaircit que tardivement avant de laisser place à l’improbable expédition de Kansas dans Les Andes à la recherche d’une mine d’or—, Hopper livre un western pastiche et en marge à la forme quelque peu aride.

 

Enfin, l’acteur/réalisateur profite du dénouement de The Last Movie, finement construit en apothéose, pour s’autodétruire et mettre en scène sa mort de manière répétée, dans une succession de plans brefs rappelant que tout le film n’est que la célébration d’une fin et celle du Nouvel Hollywood. Si The Last Movie obtient le premier prix à la Mostra de Venise en 1971, il brise pourtant la carrière du cinéaste. Maintenant disponible dans sa magnifique restauration 4K, cette production légendaire des années 1970 demeure néanmoins un véritable ovni dans le paysage cinématographique américain.

 

Sévan Lesaffre

 

 

 

  • THE LAST MOVIE
  • Ressortie salles : 18 juillet 2018
  • Version restaurée 4K
  • Réalisation : Dennis Hopper
  • Avec : Dennis Hopper, Stella Garcia, Julie Adams, Kris Kristofferson, Don Gordon, Henry Jaglom, Thomas Milian…
  • Scénario : Dennis Hopper, Stewart Stern
  • Production : Paul Lewis, Bob Rafelson, Michael Gruskoff
  • Photographie : László Kovács
  • Montage : David Berlatsky, Antranig Mahakian, Dennis Hopper
  • Décors : Peter Cornberg
  • Costumes : Jerry Alpert
  • Musique : Kris Kristofferson, Severn Darden, Chabuca Granda, John Buck Wilkin
  • Distribution : Carlotta Films
  • Durée : 1h48
  • Sortie initiale : 21 septembre 1971 (États-Unis) – 30 novembre 1988 (France)

 

Commentaires

A la Une

Un premier trailer pour Doctor Sleep, suite de Shining avec Ewan McGregor

Le premier trailer de la suite de Shining, avec Ewan McGregor dans le rôle de Danny devenu adulte, a été… Lire la suite >>

Le spin-off de The Big Lebowski centré sur Jesus Quintana se précise

John Turturro travaille toujours sur Going Places, le spin-off de The Big Lebowski, basé sur son personnage de Jesus Quintana…. Lire la suite >>

Steven Spielberg en projet sur une série d’horreur pour la plateforme Quibi

Steven Spielberg écrira une série d’horreur exclusivement conçue pour la future plateforme de vidéo à la demande sur mobile, Quibi…. Lire la suite >>

Michel Hazanavicius et les frères Dardenne collaborent pour un conte animé

Le cinéaste français va porter à l’écran le conte de Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, sous la forme d’un film… Lire la suite >>

Un trailer cauchemardesque pour Midsommar par le réalisateur d’Hérédité

Midsommar, film d’horreur suédo-américain écrit et réalisé par Ari Aster, déjà derrière Hérédité, a dévoilé son trailer cauchemardesque. Le long-métrage invite… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 X-MEN : DARK PHOENIX 689 880 1 689 880
2 ALADDIN 493 107 3 1 625 789
3 PARASITE 376 842 1 376 842
4 ROCKETMAN 207 474 2 484 491
5 GODZILLA II - ROI DES MONSTRES 180 859 2 523 433
6 VENISE N'EST PAS EN ITALIE 177 268 2 370 045
7 MA 160 898 1 160 898
8 JOHN WICK PARABELLUM 134 907 3 666 622
9 POKEMON DETECTIVE PIKACHU 128 366 5 1 576 380
10 DOULEUR ET GLOIRE 101 199 4 681 941

Source: CBO Box office

Nos Podcasts